DAKAR 2010 : AFFLUENCE ENORME POUR LE DEPART A BUENOS AIRES

 UNE FOULE IMMENSE A BUENOS AIRES

 

Après une cérémonie de podium de départ où plus de 300 000 Porteños ont afflué ce vendredi 1 janvier, les 362 concurrents du Dakar 2010 ont quitté en fin d’après-midi Buenos Aires en direction d’un premier bivouac situé à Colon après 317 kms  effectués en liaison et qui se trouve en direction du nord ouest de l’Argentine, en direction de l’état de Santa Fé.

Ou le Gouverneur n’est autre que l’ancien Vice champion du monde de Formule 1, l’Argentin Carlos  » El Lole  » Reutemann

C’est là que sera donné le départ de la première étape, ce samedi matin.

LE PARC FERME

Sur la totalité du parcours situé en plein cœur de Buenos aires, Enrique Meyer, le Secrétaire général du Tourisme Argentin, estimait l’assistance à environ 800.000 de ses compatriotes.

De son côté, Leonardo Boto, directeur lui de l’Institut National du Tourisme Argentin, indiquait que selon ses services, la foule était encore plus importante en ce 1 janvier 2010, que l’année passé pour le premier passage du Dakar en Am sud !

Au cas où ils auraient eu besoin d’un surplus de motivation pour boucler le parcours dans son intégralité, la démonstration collective d’affection étalée sur les six kilomètres séparant la Rural de l’Obélisque ou se trouvait le podium départ, a fourni aux concurrents une raison supplémentaire de revenir à Buenos Aires.

Les 362 pilotes et équipages qui composaient la liste officielle des partants à l’issue des vérifications ont toutefois été privés de la compagnie de Javier Pizzolito, première victime du premier coup du sort du Dakar !

La moto de l’amateur argentin a en effet malheureusement pris feu avant même d’avoir quitté le parc fermé…

Cruel !!

Incrédule et dépité, au bord des larmes, l’infortuné actuel leader du Championnat d’Argentine de rallye, lâchait :

« Je n’ai rien compris. La moto était au point mort. Il y a eu des étincelles et tout a brûlé  »

Pizzolin tentait de comprendre et de  fournir une explication pour tenter de trouver l’origine de l’incendie :

« Peut-être un court-circuit ? »

Les 361 restants ont en revanche puisé de l’énergie dans un imposant bain de foule dont certains avaient déjà goûté les effets en 2009. Manifestement, il s’agit de sensations dont aucun ne se lasse. Les concurrents Argentins, deux fois plus nombreux que l’année dernière, se dirigeaient vers l’Obélisque avec une forme d’émotion patriotique. Les autres, qui ont aussi traversé les océans pour vivre ce moment de communion, réalisaient difficilement l’ampleur du phénomène.

Boostés par cette séance magistrale d’encouragements et d’applaudissements, les véhicules du Dakar ont ensuite effectué leurs premiers tours de roues, avec une expédition sans difficulté dans la Pampa argentine.

Pour éviter un réveil trop matinal au moment de déclencher le chrono ce samedi matin, les organisateurs ont monté un premier bivouac à Colon, c’est-à-dire à proximité du lieu de départ de la première spéciale.

Aujourd’hui vendredi, le programme consistait donc en une liaison de 317 kilomètres sur route. L’exercice n’a rien de périlleux pour ces aventuriers, qui s’attaquent à une boucle de … 9000 kilomètres où ils auront à notamment affronter les dunes du désert d’Atacama au Chili.

Mais ce vendredi soir 1 janvier à Colon, on dort déjà… sous la tente.

Le Dakar 2010 est lancé et bien commencé.

Maintenant, place à l’aventure…

Gilles Gaignault

Photos : Raul Sanchez et Maindru

Sport

About Author

admin

Leave a Reply