TROPHEE ANDROS : LES LAURIERS POUR LAGORCE ET DAYRAUT A L’ALPE D’HUEZ

 LES QUATRE PILOTES F1 REUNIS A L’ALPE D’HUEZ

PANIS – LAGORCE – PROST et GROSJEAN

Ce week-end pour le troisième rendez-vous du Trophée Andros et ultime épreuve avant la traditionnelle ‘’ trêve des confiseurs’’, Franck Lagorce  et Jean Philippe Dayraut se sont octroyés les deux victoires. Le Toulousain déjà leader, augmentant même légèrement son avance sur Alain Prost, pourtant brillant et deux fois sur la troisième marche du podium, pour la porter à douze points.

Il faisait en ce début des vacances scolaires des fêtes de Noël, un vrai froid de gueux !!!

La température avoisinait les -15°C en fin d’après-midi, au moment où la deuxième journée de  compétition débutait sur le circuit de l’Alpe d’Huez.

Troisième la veille, le Dacia Duster piloté par Alain Prost n’embarquait ce dimanche que 20 kg de lest. Cependant, la piste sinueuse de l’Alpe d’Huez, exigeant beaucoup de motricité, se détériorerait assez rapidement pour laisser apparaître quelques plaques de goudron. La gestion des pneumatiques était donc une nouvelle fois au cœur des débats avant d’aborder les deux manches qualificatives.

 

Dès le warm-up, consacré au rodage des pneumatiques, Alain Prost et le Team Dacia constataient une nette progression du comportement par rapport à la veille, avec 40 kg de lest en moins à bord du 4×4 Dacia.

 

Tout comme en Andorre, le Team Dacia décidait de garder les pneumatiques les plus frais pour la deuxième manche qualificative. La première session se déroulait parfaitement bien, avec quatre tours réguliers qui permettaient à Alain Prost de pointer au 4e rang, juste devant la Skoda de Jean-Philippe Dayraut. L’ancien quadruple Champion du monde de F1 toujours aussi motivé, lâchait :

« J’ai essayé de beaucoup doser l’accélération afin de préserver nos clous. Nous avons opté pour la même stratégie qu’en Andorre. Par conséquent, tout se décidera lors de la deuxième manche.»

 

La deuxième manche qualificative se transformait en véritable bras de fer entre Alain Prost et Jean-Philippe Dayraut. Le pilote du Dacia Duster démarrait très fort et imposait sa loi lors des deux premières boucles, en signant au passage le tour le plus rapide du week-end au prix d’une attaque magnifique.

 

Néanmoins, le troisième tour s’avérait décisif. Alain Prost perdait quelques dixièmes pendant que Jean-Philippe Dayraut maintenait le rythme. Deuxième de cette manche, le Dacia Duster figurait au troisième rang au cumul des deux manches qualificatives.

« Nous manquons encore de constance sur quatre tours rapides. Nous allons tâcher de profiter de la trêve pour travailler sur ce point, avec de nouvelles évolutions techniques prévues dès Isola 2000. Notre Dacia Duster est une voiture complètement nouvelle, la marge de progression est donc encore importante. »

 

Parti depuis la deuxième position sur la grille de départ, Alain Prost résistait pendant toute la course aux assauts de Franck Lagorce. Il terminait sa finale au deuxième rang. Au cumul des manches qualificatives et de la finale, Alain Prost était classé, comme la veille, à la troisième position :

« Nous avons emmagasiné beaucoup d’informations lors de ces trois premiers rendez vous de la saison. Nous savons dans quel sens travailler et nous savons quels points nous devons faire progresser. Nous repartons à 12 unités de Jean-Philippe Dayraut. Nos ambitions sont toujours très élevées. Il reste encore huit courses à disputer, nous avons le temps de refaire notre retard. »

Samedi pour la première journée, à l’Alpe d’Huez, pour ce troisième rendez-vous de la saison, Alain Prost et le Team Dacia ont été accueillis par d’omposantes chutes de neige, rendant les conditions de piste pour le moins particulières. Les premiers tours de roues s’effectuaient en fin d’après-midi, sur ce tracé très technique avec ses fameuses épingles en dévers.

Suite à sa victoire en Andorre, soixante kilogrammes de lest étaient embarqués à bord du Dacia Duster. Sur une piste où une couche de neige fraiche rendait le grip précaire, Alain Prost signait le deuxième temps des essais libres.

 

Lors de la première manche qualificative, alors que la neige s’arrêtait momentanément de tomber, tout ne se passait pas de la meilleure des façons, Alain Prost ne réalisant que le cinquième temps :

 « Le comportement de la voiture ne me convenait pas totalement lors de cette première manche qualificative. La piste a beaucoup évolué après les essais libres. Nous avons fait de légères modifications pour la deuxième manche. Nous devons également penser à gérer nos pneumatiques. »

 

La deuxième manche démarrait fort, avec un très bon premier tour. Une légère touchette durant la deuxième boucle coutait plusieurs précieux dixièmes, mais l’ami Prost parvenait à améliorer sensiblement à l’issue des quatre tours chronométrés. Il signait le troisième temps au cumul des deux manches, derrière Franck Lagorce impressionnant au volant de sa Clio et Jean-Philippe Dayraut sur la Skoda.

 

« Avec 60 kilos de lest dans notre Dacia Duster, c’est un très bon résultat. Jean-Philippe est deuxième, nous sommes juste derrière, sur le plan comptable c’est parfait si les positions restent ainsi après la finale. »

 FRANCK LAGORCE A L’ATTAQUE …

Pour sa finale, Alain Prost partageait la première ligne avec Franck Lagorce. Le pilote Dacia conservait sa deuxième position à l’extinction des feux. Comme en Andorre, Alain Prost s’appliquait à contenir la Toyota de Bertrand Balas, tout en pensant à économiser ses pneumatiques pour le lendemain, sur une piste laissant déjà apparaître quelques plaques de goudron.

Sur la piste, Bertrand Balas montrait, une fois de plus, le potentiel de la Toyota Auris. Le Grenoblois se distinguait en se classant à une plus qu’honorable cinquième place en ce premier jour et surtout il revenait sur le podium provisoire du Trophée.

 

Le lendemain, chaussé de bons pneus le pilote du Groupement des Concessionnaires Toyota se positionnait en haut de la feuille de temps avec à nouveau une nouvelle cinquième place. La mécanique jouait alors un vilain tour à l’équipe Toyota : l’arbre central se cassait, reléguant Bertrand dans les profondeurs du classement de cette seconde course :

« Je n’ai jamais vu un arbre se casser. C’est extrémement rare…, déplorait notre ami Balas. Avant d’ajouter : C’est franchement bien dommage, notre régularité depuis le début de saison nous permet de jouer chaque week-end le podium. Après les cinq premières courses, nous étions dans le trio de tête, cela prouve les compétences du Team. Je n’ai pas dit mon dernier mot, la victoire n’est pas inaccessible. »

Peu après la mi-course, le pilote Dacia se faisait surprendre par un trés incisif Bertrand Balas pour le moins audacieux. Il franchissait ainsi la ligne d’arrivée au troisième rang, position qu’il occupait également au cumul des manches et des finales :

 « Nous avons réussi à marquer d’importants points alors que nous n’étions pas au mieux aujourd’hui avec les 60 kilos de lests. Dans l’optique du Championnat, c’est donc une bonne journée. Demain dimanche, nous n’aurons plus que 20 kg dans l’auto. Il faudra en profiter. »

On a vu plus haut ce qu’il est advenu.

Comme on l’imaginait cette année, la lutte entre les ‘’ cadors ‘’ de la glace est chaude, chaude, chaude !

Cela nous donne de formidables empoignades ou à tour de role, Dayraut –Prost – Lagorce – Panis – Balas  et Dubourg parviennent à tirer leur épingle du jeu…

Et nous régalent !!!

Qui s’en plaindra ?

Cela donne des courses de toute beauté. Il y a longtemps que l’Andros n’avait bénéficié d’un tel spectacle entre autant de vainqueurs potentiels..

Un mot encore pour évoquer les grands débuts du pistard venu de la F1 ou il a également débuté la saison écoulée : Romain Grosjean.

Le pilote de GP membre de l’écurie Renault F1 s’en est plutôt bien tiré en se classant  au volant de la Renault Clio du Team DA, à de très honorables sixième et quatrième places !

Débuts donc parfaitement réussis

On le reverra à la mi-janvier lors des courses de Lans en Vercors.

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Bakalian

 

Le classement de l’Alpe d’Huez 1 

1. Franck Lagorce (Renault Clio) – 2. Jean-Philippe Dayraut (Skoda Fabia) – 3. Alain Prost (Dacia Duster) – 4. Jean-Baptiste Dubourg (Renault Clio) – 5. Bertrand Balas (Toyota Auris) – 6. Romain Grosjean (Renault Clio) – 7. Benjamin Rivière (Fiat Stilo) – 8. Didier Thoral (Toyota Auris) –– 9. Fabien Pailler (BMW Serie 1) – 10. Olivier Panis (Skoda Fabia)

Le classement de l’Alpe d’Huez 2

1. Jean-Philippe Dayraut (Skoda Fabia) – 2. Jean-Baptiste Dubourg (Renault Clio) – 3. Alain Prost (Dacia Duster) – 4. Romain Grosjean (Renault Clio) – 5. Franck Lagorce (Renault Clio) – 6. Olivier Panis (Skoda Fabia) – 7. Lionel Regal (Kia Rio) – 8. Alain Gaunot (BMW Série 1) –– 9. Olivier Pernaut (BMW Serie 1) – 10 Grégoire Demoustier (Skoda Fabia)

 

Le classement général provisoire du Trophée Andros

 

1. Dayraut : (458 pts)  – 2. Prost : (446 pts)  – 3. Dubourg : (433 pts) – 4. Lagorce : (426 pts)  – 5. Panis : (422 pts) – 6. Balas : (413 pts) – 7. Thoral : (398 pts) – 8. Llorach : (379 pts)  – 9. Rivière : (368 pts) – 10. Joncoux : (362 pts) .

Trophée Andros

About Author

admin

Leave a Reply