DAKAR 2010 : SUCCES GARANTI AVEC UN PLATEAU RASSEMBLANT 383 ENGAGES

 

 

 

Ce mardi matin à eu lieu au très sélect Restaurant de l’Ile à Issy les Moulineaux et situé en bord de Seine, au pied des tous nouveaux bureaux d’ASO, la présentation du Rallye Dakar millésime 2010.

Pour la deuxième année consécutive, le Dakar on le sait se déroulera à  nouveau en Amérique du sud pour un défi long de 9000 kilomètres,  conduisant les pilotes et équipages sur les routes, les pistes, les  montagnes et les déserts à travers les sublimes pistes et paysages de  l’Argentine et du Chili que les heureux participants ont découverts en janvier dernier.

Du 1er au 17 janvier prochain, les 383 concurrents qui se sont inscrits se  départageront sur 14 étapes. Dont certaines  prévoient une visite  approfondie du réputé désert d’Atacama et de ses effrayantes et gigantesques dunes.


Mais les participants sillonneront également le sable blanc du côté de Fiambala avant de filer vers la côte pacifique, ou encore gris dans la région de Nihuil, lesquels complèteront l’éventail des superbes couleurs et la variété des difficultés tout au long de l’épreuve.

Au terme de la procédure d’inscription, quelques jours avant l’accueil au Havre (25-26 novembre) des véhicules qui entameront la traversée de l’Atlantique par bateau jusqu’au débarquement à Buenos Aires, la liste des engagés confirme le statut du Dakar comme épreuve Reine de la discipline des Rallyes-raid !

 

Avec un plateau rassemblant 185 motos et quads, 138 voitures et 50 camions, et malgré la difficile conjoncture économique qui sévit depuis plus d’une année, la course née de l’imagination du regretté Thierry Sabine au cours de l’été 1978, reste et demeure au fil des ans, la plus attractive au monde.

La couverture médiatique prévue, avec des images qui seront diffusées dans 189 pays, assure un relais ‘’hors-normes’’ aux constructeurs, aux partenaires et aux pays qui s’impliquent.

A l’heure de donner le coup d’envoi des célébrations du bicentenaire de leurs deux Nations, l’Argentine et le Chili seront d’ailleurs trois fois plus représentés que l’année dernière, avec des pilotes chevronnés habitués aux pistes piégeuses à souhait et capables de créer la surprise.

C’est peut-être dans la catégorie motos, dont le paysage est d’ores et déjà transformé par la nouvelle réglementation adoptée, qu’un « natif » pourrait s’imposer.

Le constructeur Aprilia croit autant en l’avenir des 450cc sur l’épreuve qu’aux chances du Chilien Francisco « Chaleco » Lopez.

Côté français, David Frétigné, 3ème l’an dernier sur Yamaha, ou David Casteu, qui se lance avec la marque Sherco dans l’aventure de la 450cc, comptent eux aussi bien rivaliser avec les vainqueurs des quatre dernières éditions :

Les pilotes KTM, l’Espagnol Marc Coma et son habituel rival le Français Cyril Despres, qui rouleront avec une bride limitant les performances de leur grosse cylindrée autrichienne. Les 450cc développées par Honda et BMW seront, elles aussi, candidatent au Top 10.

 

En autos, malgré le retrait de la redoutable équipe Mitsubishi, la redistribution des cartes devrait cependant donner lieu à une confrontation intense.

Avec un véhicule de plus en plus performant et deux recrues de premier rang, Stéphane Peterhanselqui visera une dixième victoire – et Nani Roma, le Team BMW X-Raid, tout récemment auteur d’un beau doublé sur les pistes Marocaines à l’occasion du dernier Rallye Shamrock, présente des arguments solides face aux tenants du titre :

L’armada Volkswagen.

 

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, le patron sur le terrain du Team de Wolfsburg, le Danois Kris Nissen a bien évidemment renouvelé sa confiance à ses mousquetaires. Et, conservé son habituelle ossature composée du dernier vainqueur du Dakar, le Sud Africain Giniel De Villiers et de l’ancien Champion du monde des Rallyes WRC, l’Espagnol Carlos Sainz.

Recruté par VW, Nasser Al Attiyah, se retrouve face à ces deux monuments condamnée à l’excellence s’il veut à nouveau briller comme ce fut le cas lors des premières étapes du Dakar 2009 ou il avait survolé le début de course, enquillant les victoires en spéciales au volant de sa BMW-X -raid.

Enfin en camions, les Kamaz russes de Kabirov et Chagin auront tout aussi intérêt à se méfier des ambitions d’Ales Loprais, sur le camion tchèque Tatra.

 

En lançant le Dakar 2010  ce mardi matin, Etienne Lavigne n’a pas manqué  de lancer un joli ‘’ clin d’œil ‘’ au passé et de rappeler les raisons et les motifs qui avaient un beau jour de 1978, poussé notre ami Thierry Sabine à … inventer le Paris –Dakar :

Tout simplement créer une aventure et  ‘’FAIRE REVER’’ !

A la fois ceux qui avaient la chance de partir à la découverte des pistes Africaines mais aussi ceux qui restaient et n’avaient comme lien avec ces ‘’ aventuriers ‘’ que d’écouter chaque soir entre 22 H et 22 H30, notre pote Max Meynier aujourd’hui disparu et qui racontait cette folle épopée sur les ondes de RTL.

Pour en avoir été, étant même le tout premier leader aprés avoir gagné avec le Range Rover aux couleurs du Paradis Latin partagé avec le frère de Cyril Neveu, la toute première spéciale à Montlhéry, nous pouvons témoigner que ce Dakar  était loin de ressembler à ses petits frères qui année après années ont grandis, terriblement grandis…

A l’époque, point d’avions suiveurs, ni d’hélicoptères non plus. Pas de GPS , ni de cantine ouverte jour et nuit !

Les premiers concurrents n’ayant qu’une simple boussole pour tenter de se repérer avec un Road – book des plus succincts

Bref, les années ont passées, les décennies ont défilées mais si le Dakar  a pris sa vitesse de croisière, comme le rappelait Etienne Lavigne, il continue plus de trente ans après sa naissance à  FAIRE REVER !!!

Au cours de son intervention, le directeur du Dakar n’a d’ailleurs pas manqué d’évoquer les récentes rumeurs qui laissaient supposer que la course propriété d’ASO, était fragilisée :

«  Comme tout le monde j’ai bien évidemment entendu ces bruits. Mais le Dakar va bien. Il demeure l’épreuve majeure en Rallye-raid. Celle qui présente le plus de concurrents et qui est très bien soutenu par ses partenaires. Compte tenu de la situation économique, ce chiffre est remarquable »

Revenant sur le parcours 2010, Etienne Lavigne poursuit :

«  Pourquoi retournez en Amérique du Sud ? Tout simplement parce que nous y sommes les bienvenus et invités. »

Et d’ajouter avec un sourire malicieux :

« Cela ne se refuse pas » !!!

Au cours de son intervention assisté de l’ancien motard  David Castera, devenu directeur sportif du Dakar et en charge notamment du parcours et de l’indispensable sacro-saint road book, il a également rappelé que ceux qui ont eu la chance il y a douze mois de disputer le Dakar Sud-américain en avaient tous pris ‘’ Plein les yeux, plein le cœur ‘’ . 

Avec au fond de leur mémoire, ces inoubliables images des volcans recouverts de neige ou les lacs couleur émeraude sans oublier les majestueuses dunes du redoutable désert d’Atacama !!!

De quoi redonner envie d’y retourner…

Comme le célèbre Général Mc Arthur à la fin de la guerre de Corée qui se rappelant la beauté des paysages, s’était exclamé :

« I will come back, once » !!! qui signifie ‘’ Un jour, je reviendrais ‘’ !!!

DAVID CASTERA – ETIENNE LAVIGNE – FRED LEQUIEN : SACRE TRIO

Après avoir détaillé le parcours, Etienne Lavigne a bien sur évoqué le futur de l’épreuve et l’avenir :

«  Pour 2011, chez ASO nous ne manquons pas d’idées. Nous sommes dynamiques et souhaitons faire vivre le Dakar »

Et de conclure :

«  En Amérique du sud mais aussi en Afrique. On peut tout à fait imaginer des Dakar en alternance sur les deux continents. Vous serez surpris de son avenir  »

Pour l’heure chez ASO, on a pris la direction du Havre ou des ce mercredi matin, commence l’embarquement des véhicules et de l’ensemble des engins de la caravane du Dakar.

Vu la densité des difficultés au programme et qui attendent la caravane, combien peuvent aujourd’hui affirmer sans forfanterie qu’ils seront ponctuels au rendez-vous du 17 janvier à Buenos Aires, après avoir bouclé les 9000 kilomètres du parcours ?

Les héros de cette 32éme édition auront alors à coup sûr traversé un océan d’émotions et écrit une nouvelle page de l’histoire de cette merveilleuse aventure.

Un mot encore pour annoncer que ‘’ Lucho ‘’ alias Luc Alphand, sans volant suite à son accident survenu fin juin dans l’enduro d’Ambert en Auvergne, a été embauché l’espace du Dakar, comme … consultant par France télévision  et ce afin d’épauler notre confrère Gérard Holtz.

Rencontré le week-end dernier à Toulon ou il donnait le coup d’envoi du match de Rugby, Toulon – Brive , Luc ancien lauréat du Dakar nous avait dit : Vouloir absolument suivre l’épreuve.

Le voila soulagé notre copain Lucho.

Gilles Gaignault

Photos : Alain Rossignol Gilles Vitry et Photoclassicracing

 

 

Le parcours de l’édition 2010

1er janvier : Buenos Aires – Colon (317 km)

2 janvier : Colon – Cordoba (652 km dont 219 de spéciale pour les motos, 684 km dont 251 de spéciale pour les autos)

3 janvier : Cordoba – La Rioja (626 km dont 294 de spéciale pour les motos, 687 km dont 355 de spéciale pour les autos)

4 janvier : La Rioja – Fiambala (441 km dont 182 de spéciale)

5 janvier : Fiambala – Copiapo (629 km dont 203 de spéciale)

6 janvier : Copiapo – Antofagasta (670 km dont 483 de spéciale)

7 janvier : Antofagasta – Iquique (598 km dont 418 de spéciale)

8 janvier : Iquique – Antofagasta (641 km dont 600 de spéciale)

9 janvier : repos

10 janvier : Antofagasta – Copiapo (568 km dont 472 de spéciale)

11 janvier : Copiapo – La Serena (547 km dont 338 de spéciale)

12 janvier : La Serena – Santiago (586 km dont 238 de spéciale)

13 janvier : Santiago – San Juan (434 km dont 220 de spéciale)

14 janvier : San Juan – San Rafael (796 km dont 476 de spéciale)

15 janvier : San Rafael – Santa Rosa (725 km dont 368 de spéciale)

16 janvier : Santa Rosa – Buenos Aires (707 km dont 206 de spéciale)

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply