WINTER SPORTCARS SERIES : RETOUR AU PAUL RICARD AVEC STEPHANE ORTELLI ET ARNAUD VINCENT

 

Notre ami Stéphane Ortelli participait ce week-end à la première épreuve

 des Winter Sportcars Séries organisée par Oreca et le circuit provençal

HTTT Paul Ricard.

Pour une fois le pilote Ortelli  se transforme en Stéphane reporter et il nous

raconte cette belle aventure partagée en compagnie de son pote, l’ancien

Champion du monde de moto en 125cc, Arnaud Vincent

Gilles Gaignault

Bonjour à tous,

Je vous ai laissés sans nouvelles depuis la fin de saison mais j’avais

 une bonne raison: Je me suis beaucoup occupé de mon père et je

vous remercie pour vos messages de soutien ces deux dernières

semaines. Il est sorti des soins intensifs vendredi, il va un petit peu

mieux, mais il faut continuer à le surveiller de près et c’est ce que je

vais faire…


 

J’ai quand même pu m’éclipser ce dimanche pour participer, comme je l’avais promis à mon ami Arnaud Vincent, le Champion du monde moto, à la toute première journée des Winter Sportscars Séries, sur le circuit Paul Ricard HTTT. J’en profite pour remercier tout de suite les responsables du circuit, Claude Sage et Gérard Neveu, et aussi la société Oreca, qui a eu l’idée de ces journées de course à l’anglaise, façon « club races », et a très bien organisé cette journée inaugurale. Nous étions invités et nous avons essayé de faire honneur à cette invitation, en participant activement aux essais et aux trois courses (deux fois 30 minutes, une fois une heure), dans un proto BRS de la série Bioracing, qui peut fonctionner avec du bioéthanol.

Deux Champions du monde, un d’auto (FIA-GT2, 2002 et 2003) et un de moto (Arnaud en 2002, catégorie 125) sur un proto un peu écolo ressemblant beaucoup à une 908, engagé par Stéphane Clair (Chrono +) et Philippe Marcello (M-Tech), le projet a beaucoup plu à Jean-François Beautes, gérant associé du cabinet Assurancial, spécialisé en assurances des sports de haut niveau dont le sport mécanique fait partie intégrante. C’est grâce à ce nouveau partenaire que nous étions au départ dimanche et j’en profite donc pour le remercier aussi, comme nos autres fidèles partenaires le circuit de Monteblanco et la boisson énergétique Active02. J’espère qu’on pourra pérenniser tous ces partenariats en 2010, sur des programmes intéressants.

L’objectif était bien sûr de compléter l’expérience d’Arnaud sur quatre roues, car il avait déjà montré un gros potentiel cet automne. C’est déjà le deuxième Champion du monde que je coache cette année, après le rallyman Petter Solberg, au printemps chez Oreca, et la BRS est une voiture idéale pour progresser sur quatre roues. Elle est très intéressante à conduire à cause de son aérodynamique digne des protos fermés les plus récents en LMP1 ou LMP2.

Avec toutefois un seul petit bémol, car 340 chevaux pour 850 kilos, c’était impossible de résister aux Formula Le Mans (480 CV) et aux GT les plus puissantes, débridées et sans lest (Lamborghini, Ford GT40, Ferrari F430) dans les lignes droites du Paul Ricard HTTT. Mais on s’est bien rattrapés dans les parties plus sinueuses et avec Arnaud on était donc un peu les « Petits Poucets » de ces Winter Sportscars Séries.

Les résultats ?

Arnaud a fini 10e de la première course courte (30 minutes, un seul pilote), en partant en slicks sur une piste mouillée et en ne commettant aucune erreur, puis j’ai réussi à prendre la 6e place de la deuxième manche, juste derrière Christopher Brenier, 18 ans, sur l’autre BRS engagée par le Team Chrono +.

Dans la course longue (une heure), Arnaud a pris le départ mais a été un peu bousculé par une GT au premier virage, puis j’ai pris le relais au bout d’une demi-heure. Malgré une petite pénalité (passage au stand trop rapide pour changer de pilote), on était 7e à cinq minutes de la fin… quand il a fallu remettre un peu d’essence pour finir la course, notre moteur étant un peu trop gourmand. On a quand même fini 9e sur une vingtaine d’engagés, malgré notre handicap de puissance, ce qui est de bon augure pour la prochaine manche des Winter Series, le 6 décembre, où il y aura sûrement plus de monde.

Pour finir, je dois quand même vous raconter que j’ai eu la chance d’ouvrir le dernier Tour de Corse au volant d’une Porsche Panamera Turbo de 500 CV, portant le numéro 00, le premier week-end de novembre, soit 1000 km de routes incroyables dont 250 km de spéciales. Nous avons tout eu, du sec, de la pluie, des feuilles mortes ou des châtaignes sur la route, et même de la neige le dimanche matin.

Cela a permis à beaucoup de monde de se rendre compte que la Panamera est une vraie sportive, même avec quatre portes, et qu’on peut la conduire vite en toute sécurité, même sur des routes corses !

J’ai aussi pu voir de près que le vainqueur 2009, Pascal Trojani (Peugeot 307 WRC), avait parfaitement repris le flambeau des grands pilotes corses de l’histoire, comme Orsini, Manzagol et Loubet, et que le Tour de Corse a encore de beaux jours devant lui, même en dehors du Mondial des rallyes.

C’était une opération originale pour fêter le 40e anniversaire de la victoire d’une Porsche en Corse, celle de Gérard Larrousse en 1969. Je me suis régalé et j’ai hâte de reprendre le volant de cette voiture exceptionnelle, que j’avais découverte lors du Festival Porsche au Paul Ricard HTTT.   

Voilà, j’ai d’autres infos en réserve pour la fin de l’année, qui devraient vous surprendre, mais pour l’instant rien n’est sûr, donc motus et bouche cousue !

A bientôt sur un circuit…

Stéphane Ortelli

Photos : Patrick Martinoli et DR

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply