SHAMROCK-RALLYE DU MAROC : LES HONNEURS DU JOUR POUR PETERHANSEL ET DESPRES

"

Mardi 27 octobre  

Etape 3  : LES MIRAGES DU LAC IRIKI  »

566,48 km

Liaisons : 198,60 km – Secteur sélectif (1 boucle moto – 2 boucles autos) 367,88 km

Disputée autour au sud de Zagora du côté d’ M’Hamid, cette troisième étape a été pour bon nombre de concurrents une VRAIE journée de ‘’ galériens ‘’ !

Disputée sur une boucle par les motos et quads mais deux figuraient au menu des  voitures et camions, cette spéciale dénommé « Les Mirages du Lac Iriki  » a tenu toutes ses promesses ! Une véritable étape Africaine bien dans l’esprit des Dakar d’antan…

Et le menu fut copieux !

Avec tout ce qu’un pilote de Rallye-raid peut trouver : Fech-fech, herbe à chameaux, caillasse et sable…

Sable à volonté. Encore et toujours !

Avec les redoutables dunes de Chaggaga. Sur que la majorité des participants s’en souviendront, dont nous (voir encadré). Il faut dire que la journée fut rude et que les ensablements succédaient aux ensablements…

En veux-tu, en voilà !

En catégorie auto, Stéphane Peterhansel sur BMW-X-Raid poursuit son étonnant cavalier seul. Trois victoires d’étape sur trois et toujours aucun souci. Ce mercredi, il a encore ‘’ atomisé ‘’ son seul véritable adversaire et néanmoins équipier au sein de la formation Allemande, le jeune Russe Léonid Novitsky,  à qui il colle encore une valise : 47 minutes 37 secondes !!! sur l’ensemble des deux boucles …

A l’arrivée, Stéphane précisait :

 « Je dois cette nouvelle perf à mon navigateur Jean Paul Cottret. Vraiment Il m’épate encore! A un moment, nous ne savions plus trop où nous nous trouvions en plein milieu de ces montagnes de dunes. C’est alors qu’il a inspecté la carte, vérifier le GPS et puis il s’est décidé et m’a dit ‘’la piste elle est à droite’’ ! Franchement je m’incline et lui dit une fois de plus : Bravo »

Vu le temps, on peut affirmer que le ‘’ Roi ‘’ Peter a littéralement surfé au dessus des dunes de Chaggaga

Et d’ajouter :

« Aujourd’hui il y avait de quoi se défouler. Je ne m’en sors pas trop mal »

Le matin avant de s’élancer, il nous avait parlé de ce Shamrock qu’il découvre sans oublier d’avoir une pensée pour les deux membres de l’organisation NPO qui nous ont quittés, lundi peu avant l’aube :

« Après la triste journée d’hier, il faut remettre les choses à leur place. Un tel drame laisse peu d’importance à la course. Mais notre métier c’est la course…  »

Puis revenant sur son Rallye, il avait poursuivi :

« C’est vrai, il n’y a pas une concurrence féroce mais justement il faut essayer de conserver le rythme et de faire comme si, il y a bagarre. Ce Rallye me permet en plus de réapprendre le visuel. Ca défile vite, très vite. Il faut réadapter l’oeil à la vitesse et à l’obstacle. Je roule à mon maximum dans l’optique du Dakar car cette BMW  a la capacité de le gagner. Mais gagner cette course c’est toujours compliqué et loin d’être une mince affaire. C’est la raison pour laquelle je suis ravi de pouvoir m’entrainer sur cette superbe épreuve qu’est le Shamrock qui nous offre tous les types de terrain comme on va les rencontrer en Am sud en janvier »

Derrière les deux BMW intouchables, comme chaque jour la bataille fait rage pour accrocher le podium. Ce mardi, après les Belges Vancauvenberghe – Vyncke dimanche et Lethier -Lurquin la veille, c’est un troisième tandem qui a fait sensation.

L’équipage Jean-Marie Davoy- Marc Jourdan qui se partage l’un des Buggys MD réalise ‘’ l’exploit ‘’ du jour et termine troisième de l’étape. Performance qui leur permet en outre de devenir les …  premiers au général provisoire des non BMW

 « Une excellente étape pour nous. On a tout bien géré calmement sans s’énerver. De la pression des pneus à régler plusieurs fois dans les dunes en passant par la navigation parfois piégeuse dans l’Erg. »

Parmi les concurrents en vu en début de Rallye, certains ont perdus gros ce jour !

C’est notamment le cas de  Smulevici-Martinez seulement douzièmes :

 «  Je suis en colère ce qui est rare chez moi ! Cette étape était tracée pour notre buggy Gache SMG  et résultat, je fais plusieurs erreurs et de grosses bêtises. C’est rageant. »

De leurs côtés Vandromme- Vivier ont perdus toutes chances de grimper sur le podium car vu leur important retard à la fin de la première boucle, ils n’ont pu s’engager dans la seconde et se voient attribuer une pénalité forfaitaire

Philippe Vandromme :

« Je suis ici d’abord pour me faire plaisir, et si les résultats suivent, tant mieux… La première boucle a été très difficile et il n’était pas question pour moi de partir pour une seconde… Imaginez, nous avons mis 4h45 au lieu de 3, et nous étions parmi les premiers ! Si nous étions repartis, je suis certain que nous aurions passé la nuit là-bas !

Notre chance était de partir en 8ème position… C’est une bonne place car la piste n’était pas trop labourée et nous avions des « lièvres » à pourchasser devant nous.

Nous avons passé la zone de fech-fech sans difficulté, et, une fois dans les dunes, nous avons pu doubler plusieurs concurrents… Tout allait bien et l’expérience parlait ! Puis ça a été à notre tour de nous ensabler, sur la crête d’une très grande dune… Nous y sommes restés 1h15 ! L’enfer… Et puis j’ai été déçu par nos coéquipiers… Aucun ne s’est arrêté 30 secondes pour nous tirer de là ! Un petit coup de sangle aurait suffit !

Nous avons ensuite terminé la spéciale, très fatigués par cette heure en plein soleil… Au total ce sont 70 km de dunes qui nous ont été offertes… C’est vraiment beaucoup pour un rallye soi-disant accessible à tous !

Je ne sais pas encore s’ils vont décider de neutraliser la seconde boucle… C’est vrai que ce serait dur pour les 10 voitures qui s’y sont aventurées… mais cela ferait bien mes affaires ! Sans quoi, vu les pénalités que nous allons accumuler, je pense que la chasse à la 3ème place peut être terminée pour nous !

Mais ce rallye, est encore loin d’être terminé… On fera les comptes vendredi après-midi ! »

Blanchemain-Brousse ont aussi laissé beaucoup de temps

Mais d’autres, outre Davoy-Jourdan, peuvent entrevoir cette possibilité.

A commencer par la paire  Patrice Chevalier – Dominique Laure, quatrièmes sur le Buggy Springbok-MD !

Sans oublier les revenants – retardés par la casse du pont de leur Nissan lundi – Joost Vancauwemberg-Steven Vyncke, cinquièmes et François Lethier –Jean Marie Lurquin avec leur Buggy Schlesser  »BF Goodrich » septièmes derrière le surprenant pilote Tchèque Tomas Tomecek et son très rapide camion Tatra

Ces équipages sont parvenus à limiter la casse et à se sortir des cordons de dunes sans trop d’encombres

Alors qu’il reste encore trois jours de course, Stéphane Peterhansel a ‘’ le ‘’ Rallye bien en mains. Son lieutenant Novitsky devant logiquement hériter de la seconde place car on voit mal qui pourrait l’en déloger, tous les regards maintenant vont se tourner pour la place qui reste sur le podium vers le tandem Jean-Marie Davoy – Marc Jourdan (3ème), François Lethier – Jean-Marie Lurquin (4ème), Jean-Noël Julien – Christophe Crespo (5ème).

Et éventuellement vers l’étonnant binôme Tomas Tomecek et son Tatra surprenant sixième ce mardi soir du général !

Un mot enfin sur le petit Drakart n°411. Lequel a détesté la poussière et n’a pas vu les dunes.

Après une spéciale encourageante lundi, et des perspectives de plaisir de pilotage dans les dunes, Antoine Vandromme et Corine Dubois partaient plein d’entrain dans cette longue spéciale, annoncée comme difficile…

Conscients du danger du fech-fech – cette poussière si fine qu’elle reste en suspension dans l’air et crée un épais brouillard à chaque passage d’un concurrent -,  ils décidaient de mettre la pédale douce et ne pas se précipiter pour doubler les 4×4 et camions partis devant eux…  et d’attendre les dunes du km 45 pour démontrer la supériorité de leur petit Drakart !

Bien mal leur en prit puisqu’ils s’immobilisaient déja au …km 22 pour finalement rejoindre leur parc d’assistance 3h30 plus tard, en ayant hélas malheureusement pour eux,raté tous les contrôles de passage de la spéciale !

Antoine Vandromme explique:

« C’est le problème de démarrer des profondeurs du classement : nous partons derrière des camions difficiles à doubler car ils dégagent énormément de poussière et on ne peut pas s’approcher d’eux ! D’autant plus que, dans le fech-fech, il n’y a rien à faire… à part subir…»

Et le néophyte de préciser :

« Donc à partir du Km18, notre moteur a commencé à perdre de la puissance, à tel point qu’il devenait difficile de passer les dunettes… Nous avons décidé de rebrousser chemin et rejoindre le départ car il nous était impossible d’envisager de passer les grandes dunes sans puissance… Nous avons nettoyé notre filtre à air, complètement bouché par cette fine poussière, et, pensant nos ennuis derrière nous,  sommes repartis à l’assaut de la spéciale… 3 Km après nous étions immobilisés à nouveau pour la même raison… Après 20 km comme ça, à s’arrêter sans cesse, nous avons pris une piste parallèle, plus carrossable, et sommes allé directement à l’arrivée, sans passer par les autres difficultés… Quelle déception ! »

Et l’infortuné pilote de ce joli Drakart mignon tout plein de conclure :

« Je trouve que nous avons quand même du mérite et c’est vraiment un rallye difficile pour faire notre apprentissage ! De l’avis de tous les concurrents, ce Shamrock 2009 n’est pas un rallye d’amateurs… ce qu’il devrait être ! Les portions cassantes ou très techniques sont trop longues (ce mercredi, 150 km de pistes de pierres les attendent), et en plus on doit les emprunter deux fois ! C’est épuisant pour nous et pour la mécanique ! De plus, notre buggy n’a pas été assez préparé pour ces conditions, et Alain Fricker, son concepteur n’avait pas prévu un rallye si difficile pour les mécaniques… Par exemple, il aurait fallu un filtre à air plus adapté pour affronter toute la poussière que nous mangeons depuis le début… Nous avons maintenant tellement de pénalités, que l’unique objectif est de rallier l’arrivée, vendredi après-midi… Nous y arriverons, j’en suis certain : nous sommes tous les deux ultra motivés ! Pour gagner la catégorie SSV, ou Open, il faudra que les autres galèrent encore plus que nous ! »

La messe est dite !

CYRIL DESPRES PREND LES COMMANDES EN MOTO

Dans la catégorie motos lors de cette troisième étape du Shamrock -Rallye du Maroc, Cyril Despres au guidon de sa KTM Red Bull remporte la spéciale et prend la tête du classement général provisoire devant les deux Espagnols, Jordi Viladoms et Marc Coma qui pilotent les KTM Repsol.

A l’arrivée, satisfait de sa journée, Cyril Despres racontait :

« Nous n’avons fait qu’une seule boucle de 185 kilomètres et si vous commettez une erreur sur une distance aussi courte, vous pouvez vraiment perdre beaucoup de temps. En plus, nous sommes déjà passés dans cette région lors du Dakar 2007 et je savais qu’il y avait deux secteurs avec beaucoup de traces de véhicules allant dans toutes les directions. En tenant compte de tout ça, je suis parti ce matin à un rythme soutenu en faisant très attention à mon road book. Dès que je suis arrivé dans l’Erg Cheggaga, j’ai un peu ralenti le rythme pour ne pas prendre de risques. En sortant des dunes, j’ai fait très attention de ne pas me perdre dans une zone où l’organisation avait fait pas mal de modifications la nuit dernière. Ma tactique semble avoir porté ses fruits, au CP du km 120, je me suis rendu compte  qu’il n’y avait pas de pilote à proximité. Puis, sur la ligne d’arrivée, j’ai attendu pas mal de temps avant que la deuxième moto n’arrive… »

C’’est finalement le leader Jordi Villadoms qui pointait en seconde position mais 3’39’’ après Despres. Le Norvégien Pal Anders Ullevalseter arrivait lui 2’47’’ plus tard cependant  que Marc Coma accusait lui 1’ supplémentaire au compteur, soit très exactement 7’26’’ après la KTM Red Bull. Quant à Olivier Pain, arrivé cinquième il lâchait sur cette spéciale…19’11’’ !

Au classement provisoire, Cyril Despres s’empare de la tête avec 1’02’’ sur Villadoms, 5’17’’ sur Coma, 12’36’’ sur Ullevalseter et 21’09’’ sur Pain

Gilles Gaignault

Photos : Alain Rossignol

L’AVENTURE, C’EST … L’AVENTURE !

Roulant quotidiennement comme l’année dernière à Lâayoune sur la totalité du parcours de ce Shamrock dans la voiture du sponsor de l’épreuve, notre ami Franck Allard (deux fois victorieux de l’épreuve, ancien vainqueur des 24 HTT de Paris et multiples Champion de France TT) patron d’AMV Assurances, sponsor de la course, nous avons-nous aussi ‘’ galérés ‘’ dans les dunes de Chaggaga !

En effet, nous avons eu droit nous aussi à nos ensablements. Ba oui, pourquoi laisser ce plaisir aux concurrents !

Plantage, tankage et jardinage dans les redoutables cordons de dunes

Une fois ! Deux ! Trois ! Quatre ! Cinq ! Six !

Et même sept fois, nous y avons eu droit…

Alors, la punition est immédiate et indispensable.

Sortie des plaques de désensablage ! S’engage alors une interminable partie de pelles… Et ce alors que le thermométre annonce une température de… 43° !!!

C’est dire si nous en avons bavés, éreintés par ce cagnard.

Le meilleur de nos plantages ?

Prisonnier et pris au piège, nous avons mis … quatre bonnes heures avant de parvenir à nous extraire et nous sortir de ce guêpier !

A force de courage, de ténacité et de volonté malgré le soleil brulant ‘’ Yes Sir ‘’ avec Franck et Eric Brassaud, nous y sommes enfin parvenus…

Comme quoi, ‘’ La réussite, c’est le prix de l’effort ‘’ !

Partis mardi matin dés le lever du jour, nous avons finalement rejoint le bivouac à 21 heures après avoir parcourus un peu moins de 400 kilomètres en … quatorze heures !!!

Qu’ajouter ?

On peut certainement à l’image d’un certain Stéphane Peterhansel, mieux faire …

Gilles Gaignault

Photo : Arnaud Delmas – Marsalet

Rallye Maroc

About Author

admin

Leave a Reply