SHAMROCK-RALLYE DU MAROC : ENCORE ET TOUJOURS PETERHANSEL

 

Mercredi 28 octobre

Etape 4    LES MINES DE BLEIDA

448,84 km

Liaisons : 11,36 km – Secteur sélectif (1 boucle en moto, 2 en autos) : 437,48 km

Alors que Cyril Despres et la paire Stéphane Peterhansel-Jean-Paul Cottret restent de solides leaders, plusieurs  courses dans la course restent haletantes. Jean-Marie Davoy repoussera-t-il les assauts du Buggy Schlesser ?

Olivier Pain se hissera-t-il sur le podium final ? En Quad qui, de Lionel Lainé et Vincent Albira, l’emportera ?

 

Ce mercredi, il s’agissait de disputer la plus longue spéciale du Rallye et visiblement à écouter les concurrents, la plus cassante aussi !

Pendant 60 kilomètres, la piste caillouteuse serpentant à flanc de montagne avec de nombreux passages d’oueds et ravinée à souhait par la pluie a provoquée une très grande prudence chez les concurrents. Après  les mines de Bleida, la piste s’améliorait pour rejoindre les contreforts de Foum Zguid.

Mais il fallait alors redoubler d’attention, de très trop nombreux effondrements venant casser le rythme parfois très rapide. La fin de la spéciale était ensuite variée. Pendant 40 kilomètres, les participants ont alterné entre une piste franchement roulante, parfois sablonneuse, des passages techniques, du … hors piste rapide, des franchissements de dunettes avant de rallier enfin l’arrivée.

A ce petit jeu, comme c’est le cas quotidiennement depuis le départ dimanche dernier, c’est une fois encore, une fois de plus la BMW de Stéphane Peterhansel qui s’est sans aucune surprise, montrée la plus rapide. Le leader arrive au CP au terme des deux boucles avec une solide avance, chiffrée ce jour à …9’35’’ sur la seconde BMW du Russe Leonid Novitsky, ayant avalé les 437,48 kilomètres en 5 heures 17 minutes et 39 secondes .

Descendu de son bolide et après un court débriefing avec les techniciens du Team X-Raid et aussi avec Dominique Bravy le responsable du service compétition rallye-raid   chez le manufacturier ‘’BF Goodrich ‘’, Steph comme à son habitude sur ce Shamrock, souriant, détendu et très disponible, nous racontait sa journée :

«  Techniques, les 100 premiers km l’étaient. On a roulé sur une petite piste jusqu’à une mine. C’était hyper étroit et limite en largeur. Dur de se frayer notre chemin. T’avais l’impression de ne pas avancer. C’était une aubaine pour les buggys. Je n’arrivais pas à faire bouger l’auto à l’inscrire sur le tracé. Sincèrement tu roulais comme sur des œufs ! La seconde partie était bien plus rapide mais un poil dangereuse avec de gros passages dans des effondrements. Mais le road book étant assez précis, nous n’avons pas connus de soucis particuliers. Ce Rallye de déroule étonnement bien l’ambiance y est vraiment très sympa et pour nous tout s’y passe bien.»

Comme c’est le cas quotidiennement, le second à pointer est le dauphin de Peter chez BMW, Leonid Novitsky, lequel lâche donc 9 ‘35’’. Désormais au général, le Russe s‘il occupe toujours la place de second, il accuse dorénavant plus d’une heure de retard : 1 heure 12’48’’ pour être précis !

Les BMW d’usine intouchables au fil des jours et des étapes, le premier … des privés ce mercredi se révèle être à nouveau  François Lethier assisté de Jean Marie Lurquin. Les deux hommes déjà très en vu lundi, récidivent au volant de leur buggy Schlesser et arrivent pour la seconde fois bon troisièmes avec au compteur un retard de …39’’32’’

« C’était cassant très cassant et difficile à se frayer un passage tant la piste était étroite. Mais il s’agissait d’une belle piste ou il y avait véritablement du pilotage et de quoi s’éclater. Lors des premiers kilomètres j’ai malgré tout fait hyper gaffe. Je roulais à mon rythme sans me préoccuper du classement. Pas question de prendre des risques inutiles alors que nous visons le podium »

Podium vers lequel lorgne aussi un certain Jean Marie Davoy ! Eblouissant mardi, le manceau au volant de l’un des buggys de la redoutable armada MD d’Antoine Morel, a curieusement concédé un peu de temps ce jour, s’étant légèrement égaré lors de la première des deux boucles. Bien qu’accusant 23’21’’ aujourd’hui, il demeure troisième du général possédant encore une marge de … 8’29’’ sur le buggy bleu aux couleurs BF Goodrich

« En fait on a essayé de gérer sur ces pistes défoncées, piégeuses et caillouteuses à profusion, en veux-tu, en voilà. Avec Lethier on s’est doublé et redoublé au début. Et puis, j’ai choisi l’option de le laisser passer et de le marquer à la culotte et donc de suivre sa trace dans la poussière sans prendre de risques inutiles. Pourtant à sept bornes du but, en voulant éviter un quad dans la poussière on est… tombé dans un trou d’un mètre cinquante mais grâce à notre vitesse, on a eu le bol d’en ressortir immédiatement »

… Dame chance était passée par la et naviguait dans le coin !

A l’affut – au cas ou en cinquième position au classement provisoire, on retrouve l’équipage Julien – Crespo à 4 heures 59’38’’ de la BMW. Mais le tandem n’est qu’à 38’30’’ du buggy de Lethier !

De son côté Jean Noël Julien, nous déclarait :

«  Cela s’est plutôt bien passé. Je m’attendais à ces champs de cailloux. C’st pourquoi, je suis constamment resté vigilant sans faire de bêtises. J’ai donc roulé à ma main tranquillou. C’était l’étape ou il ne fallait pas commettre de bévues. Ce jeudi arrive la dernière grosse difficulté du rallye avec une nouvelle et redoutable journée dans les dunes. Alors attendons … »

Car les poursuivants se retrouvent loin, très loin, trop loin pour envisager une telle place !

 Chevalier- Laure (6émes) à 6heures 32’08’’ et Smulevici-Martinez (7émes) à 7 heures 44’59’’, ne nourrissent plus aucun espoir de podium.

Cela nous promet donc encore de fort belles passes d’armes entre les trois candidats à la troisième place du podium :  Davoy – Lethier et Julien.

Quant aux Belges du Nissan préparé par l’équipe Overdrive, s’ils remontent jour après jour, ils se retrouvent onzièmes ce mercredi soir, leur retard atteint lui, 15 heures et 58 secondes. Malchanceux lundi, le duo Van Cauwenberghe- Vyncke déjà brillants la veille a de nouveau réalisé une bonne journée. Ils finissent quatrièmes de l’étape avec 51’16’’ de retard sur La voiture victorieuse de Peterhansel. Mais à cause de la pénalité forfaitaire encaissée lundi, ils se retrouvent répétons-le, loin à …15 heures et 58 secondes. Difficile de poursuivre  beaucoup plus haut leur remontée.

« Je n’aime pas ces étapes en deux boucles. Je n’aime vraiment pas m’arrêter après un bref effort puis repartir. »

Nous lâchait Joost à la zone d’assistance justement avant de s’élancer pourtant vers sa seconde boucle.

Chez les ‘’ gros bahuts ‘’ un jour c’est le Tchèque Tomas Tomecek qui l’emporte, un jour c’est la Portugaise Elisabete Jacinto.  A ce petit jeu du «  A toi, à moi », ce mercredi ce fut donc au tour du joli Man bleu ciel de la jeune femme de gagner l’étape avec un peu plus de 35 minutes d’avance sur le Tatra.

Mais au général, Tomecek (septième) conserve le leadership avec encore une substantielle mais néanmoins relative et confortable avance : Plus de huit heures !

Pour lui, malgré le baroud d’honneur de sa rivale (quinzième au général), la victoire dans ce Shamrock, s’annonce et se rapproche à grands pas.

Dans la catégorie des motos ancien brillant motard lui-même, Stéphane Peterhansel reste très attentif au blé qui lève en catégorie moto. Et forcément les performances d’Olivier Pain, troisième de cette étape et quatrième au général, l’intéressent.

Au guidon de sa Yamaha 450, le grand espoir de Saint-Maixent-l’Ecole (Deux Sèvres) vient jouer dans la cour des grands sur chaque étape. Aujourd’hui, seul le Norvégien Pal Anders Ullevalseter, vainqueur de la boucle, et Cyril Despres, deuxième à 11 secondes,  tous les deux sur KTM, ont fait mieux qu’Olivier qui n’a concédé qu’une minute 50 au Norvégien.

Le Norvégien Pal Anders Ullevalseter

Quant au leader Cyril Després, il a été perturbé par un problème de dérouleur de son road-book

« Le contact kilométrique se décalait tous les 300 mètres »

Enrageant et…  dangereux surtout !

Et de vite raconter la suite et lespépins survenus en route à son rival Espagnol

« Nous avons eu beaucoup de rivières asséchés à traverser aujourd’hui et la piste était souvent endommagée par les récentes pluies. Aux alentours du km 40/45 j’ai remarqué que mon compteur kilométrique ne correspondait pas aux notes de mon road book et au km 90 je n’ai pas pu retrouver la piste que nous étions censés prendre. J’ai donc fait plusieurs demi-tours avant de voir Marc Coma prendre une piste à 400 mètres de l’endroit où je me trouvais. Je me suis ensuite rendu compte que le câble qui va de la roue avant au compteur kilométrique était endommagé et qu’il n’enregistrait pas toutes les rotations de la roue.Ensuite à mi parcours, Marc Coma m’a dépassé. Mais en roulant à fond son bi mousse arrière a fondu et il a du rouler au ralenti pour rallier l’arrivée. De ce fait, j’ai moi alors baissé de rythme pour ne pas connaitre la même mésaventure    »

Cyril Despres n’a donc pu donner sa pleine mesure. Il n’en reste pas moins un solide leader avec 11’43 d’avance sur Marc Coma et 12’25 sur Ullevalseter.

Cyril Despres

Olivier Pain pointe lui en quatrième position, à 22’48’’ devant Jordi Viladoms, l’ancien leader désormais à 24’06.

Premier vainqueur dimanche, Jordi s’est en effet …sacrifié ce mercredi en offrant l’une de ses roues à son leader au sein de l’équipe KTM Repsol, Marc Coma. A noter ce mercredi hélas l’abandon sur chute de l’Espagnol Juan Barreda qui avait terminé troisième de la seconde étape.

Olivier Pain

En catégorie Quad, troisième victoire d’étape pour Vincent Albira (Yamaha) qui se classe seizième au scratch moto-quad.

Il a devancé Lionel Lainé et Camélia Liparoti.

Le match au sommet entre quadeurs du Béarn se poursuit puisque au classement général, Lionel Lainé (KTM 525), en passe de devenir Champion du monde, conserve  17’55 d’avance sur le vainqueur du jour.

Entre eux deux, les deux dernières étapes promettent d’être très âprement disputées.

 

Camélia Liparoti.

En Enduro Cup, le Français Antoine Didier s’impose devant le Belge Lambert Wery, les deux Russes Dimitry Pavlov, Sergey Igumnov et Donald Hatton.

Au classement général, les trois premiers, dans l’ordre : Pavlov, Didier, Wery se tiennent en moins de …18 minutes. Eux aussi vont jouer gros ces deux prochains jours.

Gilles Gaignault

Photos : Alain Rossignol

Sport

About Author

admin

Leave a Reply