SHAMROCK RALLYE DU MAROC : PETERHANSEL AU DESSUS DU LOT SURVOLE LA COURSE

 

 

Lundi 26 octobre 2009 :

Etape 2 – LA PISTE DE FORT ZGUILMA 

557,34 Km

Liaison : 218,4 Km – Secteur sélectif (1 boucle) : 169 km

En raison du dramatique accident mortel (voir encadré)  survenu à deux membres de l’organisation, la spéciale du jour a été réduite à une seule boucle  !

« The Show must go on.. »

La course continue.

Mais c’est un rallye endeuillé qui a finalement avec plusieurs heures de retard pris le départ

Comme la veille pour la première étape, ce lundi l’équipage Stéphane Peterhansel – Jean Paul Cottret au volant de leur BMW, surclasse une fois encore la concurrence et enlève l’étape. L’équipier du leader, le Russe Leonid Novitsky navigué par l’Allemand Andreas Schulz termine à nouveau second accusant un retard de 6’27’’, cependant que François Lethier – Jean Marie Lurquin prennent eux au volant de leur Buggy Schlesser la troisième place.

A l’arrivée, heureux de sa journée, Stéphane Peterhansel nous racontait les raisons de sa présence sur ce Shamrock, lui le spécialiste du Dakar !

«  Pour être précis, je suis venu pour m’acclimater encore un peu plus avec cette BMW  que je découvre cette année après tant d’années derrière le volant d’un Mitsubishi. Jusqu’alors, je n’ai en effet participé à son volant qu’à la Baja Espagnole en juillet dernier ou j’avais fini second derrière mon équipier Nani Roma. En fait, j’aurais pu gagner, ayant enlevé quatre des cinq secteurs chronos mais dans la cinquième, victime d’ennuis de freins, j’avais concédé du temps à mon équipier. Au cours de l’été, j’ai ensuite participé avec le Team BMW-X-Raid  à deux séances de tests de dix jours ici au Maroc dans la région d’Erfoud. Et puis aussi j’ai roulé plusieurs jours sur un circuit tout-terrain qui m’est familier prés du Creusot ou nous tournions en essai avec l’équipe Mitsu.»

Ravi de la possibilité de découvrir encore un peu plus cette BMW, Stéphane ajoute :

« En fait ce Shamrock me permet d’effectuer mes vrais débuts avec l’auto dans une course Africaine. De me remettre dans le bain et de retrouver le rythme de la haute compétition en prévision du prochain Dakar. En plus, le Shamrock qui est une très belle épreuve  avec des parcours différents et très variés chaque jour est une course ou je ne ressens pas trop de pression. C’est donc idéal pour me replonger dans le grand bain de la compétition. »

Et visiblement cela se passe plutôt bien puisqu’en deux jours, ‘’ Peter ‘’ a déjà relégué son équipier Leonid Novitzky, à 15’36’’ !

Et, collé une … valise à la meute de ses rivaux

Autrement dit, pour Stéphane, ce galop d’entrainement se présente sous les meilleurs auspices et alors que nous n’en sommes qu’au début, la victoire finale lui semble d’ores et déjà promise samedi à l’arrivée à Zagora.

Une chose en tout cas est sure : Les BMW sont ici pour préparer la campagne Sud américaine du Dakar en janvier ou la firme Allemande espère bien l’emporter et battre le vainqueur sortant, le Team VW, qui avait un temps envisagé de disputer ce Shamrock mais qui finalement n’a pas donné suite à son projet. Dommage, car il eut été intéressant  de comparer les performances actuelles des deux équipes favorites au départ de Buenos-Aires, le 1er janvier.

Derrière les deux BMW-X-Raid, intouchables, la performance du jour rest à mettre à l’actif du Buggy de Jean Louis Schlesser ! Lequel, victorieux du Shamrock l’an dernier à Läayioune officie cette année comme patron de son équipe. En effet, l’ami Schless a cédé son volant à son ami, François Lethier  un Français vivant à Marrakech depuis huit ans – secondé par Jean Marie Lurquin, longtemps co-équipier du boss. Déjà vu sur le Rallye de Tunisie et aussi sur l’Africa race derrière le volant d’un Toyota T2, Lethier prend au fil des étapes, ses marques.

«  On n’est jamais prophète dans son pays. Mais la spéciale correspondait bien aux spécificités du buggy. J’ai attaqué sans chercher à faire un temps, bien à l’aise, totalement décontracté. Et à l’arrivée très bonne surprise »

Et ce lundi, à lui les honneurs de finir…  premier des non BMW ! Du coup, le Buggy Schlesser remonte à la cinquième place du classement provisoire

Terminant le secteur chronométré à 22’02’’, le Buggy Schlesser aux couleurs de BF Goodrich devance Jean Luc Blanchemain, l’ancien pistard habitué des grosses GT et des 24 Heures du Mans et reconverti cette année aux Rallyes-raid, il a disputé au printemps le Tunisie, lequel finit quatrième à 23’32’’.

Jean Noêl Julien, troisième dimanche lors de l’étape initiale de ce Shamrock  termine cinquième ce lundi, accusant 32’08’’ de retard sur la BMW de Peterhansel.

Néanmoins, il conserve la troisième place du général mais maintenant il se retrouve déjà à 1heure dix minutes et trente trois secondes.

Huitième seulement ce lundi car il s’est égaré sur le parcours, Philippe Vandromme occupe cependant toujours la quatrième place du général pas très loin du Buggy MD de Julien. Très exactement sept minutes dix les séparent ! Autant dire que la lutte pour le podium promet car Philippe est venu pour cela :

«  Je dispose d’un engin exceptionnel avec une tenue de route parfaite. De plus j’ai à mes côtés un navigateur hors pair en la personne de Frédéric Vivier. Mais incroyablement ce lundi on a galéré et on s’est paumé ! 

Comment jardiner dans le désert ?

La réponse à cette question, Philippe Vandromme et Frédéric Vivier semblent l’avoir trouvée aujourd’hui…

« Jardiner », en langage du rallye-raid, cela veut dire « chercher sa route »… Et bien leur route, ils l’ont cherchée deux fois, perdant selon eux un total d’au moins 15 minutes… au grand mécontentement de Philippe qui rate ici l’occasion d’accéder à la troisième place du podium, le Nissan  du belge Van Cawenberg, ce matin 3ème, ayant eu des problèmes mécaniques.

Philippe raconte :

 « Le plus rageant, c’est que c’était une spéciale pour les buggys aujourd’hui…  Fred a une tâche très ardue, je l’avoue, et je peux également faire une erreur de pilotage de mon côté…  Mais quand on voit que les 3ème et 4ème  sont des buggys équivalents au nôtre avec des équipages moins expérimentés que nous, il y a moyen de se poser des questions…

Il y avait d’immenses étendues en hors piste, à suivre au cap et nous nous sommes régalé en termes de pilotage… et puis une fois la récréation passée, le parcours était tracé dans des zones très difficiles de cailloux acérés  qui n’attendaient que nos pneus pour attaquer ! Ca a donc été une alternance de très roulant et de très cassant.

Heureusement que nous n’avions qu’une boucle à parcourir, pour les raisons que nous connaissons, car je n’aurais pas adoré repartir dans ces zones très éprouvantes. C’est dur pour nous et dur pour la mécanique que nous avons pu préserver un peu…»

Et en guise conclusion, Philippe lance un  »P’tit » clin d’œil à son équipe :

« Je félicite notre équipe MD Rallye Sport : sur 11 voitures, 11 sont toujours en course, et, au classement de l’étapes, nos autos occupent les 4ème, 5ème, 6ème et 8ème places !»

Enfin, ‘’Monsieur Dakar’’ car il compte vingt six participations pour dix neuf arrivées, alias Etienne Smulevici, n’a pas connu une bonne journée. Il termine dix septième de  la spéciale, concédant 42’35’’.

Chez les ‘’ Mastodontes ‘’, succès ce lundi de la Portugaise Elisabete Jacinto dont le Man (vingtième au scratch) devance d’une infime petite seconde le Tatra du Tchèque Tomas Tomecek , vainqueur dimanche : 2h27’47’’ contre … 2H27’48’’ !!! Difficile de les départager ….

Dans la catégorie des motos, l’étape revient au Français Cyril Despres au guidon de la KTM Red Bull. Il précède son éternel rival, l’Espagnol Marc Coma sur la KTM aux couleurs d’AMV Assurances- Repsol qui lui concède 2’25’’. La troisième place revient à une autre KTM, d’un autre Espagnol, Juan Barreda qui finit à 4’05’’.

Le leader, le catalan Jordi Villadoms lâche 5’04’’. Malgré tout, le partenaire de Coma chez KTM Repsol conserve sa place en tête de la course mais il ne lui reste qu’une poignée de secondes : 28 pour être précis sur son leader ! Le vainqueur du jour, Cyril Despres gagne une place au général doublant François Pain. Il accuse 2’37’’ de retard et devance Pain de … 1’58’’

Cela nous promet de belles journées entre ces quatre là …

Mardi, la troisième étape dénommée ‘’ Les Mirages du Lac Iriki ‘’ sera longue de 566 kilomètres

La spéciale débutera dixit Stéphane Clair

«  Par un jeu de pistes de 35 km. Ensuite beau morceau de bravoure avec franchissement des grandes dunes de l’Erg Cheggaga. Puis, hors piste sur le Lac Iriki et enfin pistes sablonneuses pour revenir vers l’oasis sacrée  »

Et, une fois encore ‘’Gare ‘’ à la navigation car les pistes changent souvent de direction !!!

Gilles Gaignault

Photos : Alain Rossignol 

Ce lundi matin à l’aube alors que le jour se levait et que le soleil commençait timidement à poindre à l’horizon, un terrible accident de la route survenu à un véhicule de l’organisation entre Zagora et Tagounit a causé la mort de deux des occupants.

Isabelle Catelin qui travaillait pour la société ERTF (les GPS) et Mohammed Berrichi de la société TD Com.

Deux figures sympathiques et appréciées de tous car habitués à couvrir les rallyes-raid Africains

Cinq personnes se trouvaient à bord

Les trois blessés ont immédiatement été transportés par hélicoptère vers Ouarzazate. On apprenait rapidement que leurs jours n’étaient fort heureusement  pas en danger.

Ce lundi soir au bivouac, avant le briefing quotidien Stéphane Clair au nom de NPO et de tous les concurrents, a demandé une minute de silence en hommage aux victimes.

Rallye Maroc

About Author

admin

Leave a Reply