TOUR DE CORSE HISTORIQUE : LES FAVORIS ELIMINES , GUIGNARD INATTENDU LEADER

 GUIGNARD-MEFFRE , LEADERS INATTENDUS MAIS MERITES…

Après les multiples mésaventures successives survenues au fil des jours aux trois grandissimes favoris, la neuvième édition du Tour de Corse Historique s’est offert du coup un inattendu leader !

En effet après Jean Pierre Manzagol en proie à d’insolubles problèmes d’amortisseurs, après Philippe Gache, victime lui d’ennuis de boites de vitesses puis d’embrayage, ce fut au tour de Jean Claude Andruet de devoir lui à son tour renoncer, suite à une sortie de route heureusement sans gravité pour l’équipage !

Dans ces conditions, les trois principaux candidats   » hors course » pour la victoire finale ce dimanche à l’arrivée à l’Ile Rousse, c’est l’inattendu ‘’ ex pistard ‘’ Hervé Guignard assisté de Didier Meffre qui se retrouve à sa grande surprise ce samedi soir, à la veille d’en terminer avec cette neuvième édition du Tour de Corse Historique, au commandement.

Effectivement, Manzagol puis Gache et enfin Andruet plus dans la course, c’est la Porsche 911 d’Hervé Guignard qui ayant su saisir sa chance, a pris la tête du Tour de Corse Historique 2009 .

Si Manzagol continue d’accumuler un important retard avec une Berlinette toujours inconduisible suite à ses insolubles ennuis de suspensions, Gache ayant lui écopé de lourdes minutes de pénalité suite à ses problémes de boite et Andruet étant lui sorti, sortie engendrée par une pédale d’accélérateur bloquée, Guignard, l’ancien pilote de monoplaces sacré ‘’ Volant Avia ‘’ à La Châtre à l’automne 1985, s’est donc emparé de la tête au volant de la Porsche numéro 8 , qu’il partage avec Didier Meffre.

Mais ce samedi, si Guignard a donc rejoint l’lle Rousse en leader, c’est Philippe Gache bien malchanceux jeudi et vendredi qui s’est révélé «  l’homme du jour ! » Au volant de sa Talbot Sunbeam, il a enlevé les quatre spéciales au menu du jour, histoire de se venger de ses déboires…antérieurs.

Le vainqueur au printemps dernier de la Giraglia n’a rien lâché et n’a laissé que les accessits à ses rivaux, enlevant les quatre chronos : Ghisoni – Vivario, Ponte Novu – Canavaggia, Novella – Col San Colombanu et Notre Dame de la Sera –Olmu , démontrant ainsi que sans la malchance, il aurait pu faire un beau vainqueur ! 

Las, le destin en a décidé autrement mais Gache nous a époustouflé et vraiment régalé :

«  Je réalise le carton plein. Après mes déboires des jours précédents, j’ai enfin pu disposer d’une auto fiable et compétitive. Je me suis véritablement régalé sur ces routes mythiques et c’est dommage d’avoir connu ces pépins de boite et d’embrayage mais c’est ainsi  »

Revenu au par fermé installé sur le port de l’Ile Rousse, Jean Claude Andruet, lui nous racontait sa mésaventure :

«  Quel dommage. J’avais fait le trou et semblait me diriger vers une confortable victoire. Je continuais cependant d’attaquer car je voulais récupérer les quelques petites secondes concédées lors de la spéciale précédente,  la première du jour lorsque dans le Col de Gradelle , la pédale d’accélérateur s’est bloquée à fond dans un droit – épingle gauche ou j’étais alors en pleine attaque. Résultat , impossible de stopper l’auto en dix mètres alors que j’étais lancé à pleine vitesse. Triangle avant droit arraché , c’en était fini, je ne pouvais plus repartir, j’étais bloqué mais c’est un miracle que je n’ai pas  blessé de spectateurs qui se trouvaient hélas dans une zone pourtant interdite ! »

Mais s’il semblait déçu, Jean Claude n’en a pas cependant déserté et quitté le Rallye. En effet, il continue de suivre l’épreuve afin de prodiguer ses précieux conseils à l’équipage féminin de la Berlinette Alpine, numéro 142, toujours en course et composée de deux jeunes femmes : Christine Peauger et Annie Lorre. La première n’étant autre que l’épouse de Philippe Peauger, le patron de TCM –Feralu , son fidéle sponsor dans les épreuves historiques depuis plusieurs saisons.

Quant au tandem leader de ce neuvième Tour Historique, Hervé Guignard – Didier Meffre , à moins d’un gros pépin ce dimanche lors de la cinquième et ultime étape, il a visiblement lui course gagnée.

Mais Guignard reste prudent :

«  Ce samedi vu les circonstances et notre position en tête j’ai surtout essayé d’assurer sans rien lâcher. Au départ de Porto Vecchio, j’ai cherché à assurer en attaquant dans les portions propices et en levant le pied dans les parties piégeuses. Cela a payé puisque nous conservons le commandement avant la seizième et dernière spéciale ce dimanche »

Pour le duo de la Porsche numéro 8, il ne reste plus que les 8,820 km entre Montemaggiore et Cateri avant de connaitre enfin la délivrance et le grand frisson, amplement mérité :

Gagner le plus prestigieux des Rallyes Historiques , le Tour de Corse !

En tout cas, Yves Loubet et José Andréani paraissaient  heureux de voir un authentique ‘’ pilote amateur ‘’ se diriger vers le succès dans leur magnifique épreuve

Gilles Gaignault

Photos : Terre de Corse

UNE AUTRE BONNE SURPRISE: FRANCOIS PADRONA ET SA FORD ESCORT

 

Corse Historique

About Author

admin

Leave a Reply