ENDURANCE : LE PROJET GREEN GT AVANCE


 

 

De passage
à Paris, Christophe Schwartz, l’un des initiateurs du projet Suisse dénommé Green
GT
, nous a rencontré et parlé de cette belle aventure.

Laquelle
consistait à fabriquer le…. premier prototype 100 % électrique.

Basée à
Aclens prés de l’école polytechnique de Lausanne en Suisse, l’entreprise Green
GT
a été créée début 2008, par trois hommes passionnés d’automobiles et venant d’horizons
complémentaires, tels que les sports mécaniques,les énergies renouvelables et la
finance.

Jean
François Weber,
ingénieur EPFL, ancien directeur de Mader Racingune division
moteur du Groupe Français Mecachrome
-, le célèbre préparateur de moteurs de
course fondé à Gland un peu plus bas sur le Lac Léman prés de Saint Prex par
Heini Mader et Hans Funda


Christophe
Schwartz,
ingénieur EPFL, professionnel de l’automobile et spécialiste lui en
cellules photovoltaïques et piles à combustibles.

Enfin,
Stanislas de Sadeleer, administrateur de sociétés, amateur de voitures de compétition
et particulièrement de belles bagnoles anciennes, gentleman driver à ses heures
libres bien connu sur les circuits. Lequel assure le marketing et le
développement commercial de Green GT

Green GT s’appuyant
sur un réseau de sous- traitants hautement qualifiés, tels que pour les calculs
par éléments finis, la CAO,
la simulation,les essais sur banc et fabrication.

Tous les
hommes chargés du suivi et travaillant chez Green GT viennent de la F1 voire du GP2.

Mais revenons
à ce bolide, véritable voiture de course 100% électrique.

 

 

Sous une
robe rien que de très classique, ce prototype cache une technologie de pointe,
d’origine principalement Suisse.
La Green GT
est donc une voiture de course 100%électrique, dont les deux moteurs sont
alimentés aujourd’hui par des batteries lithium-ion Leclanché de 30 kWh soit
108Mj. Ces batteries assurent une autonomie de 15 à 25 tours, selon les circuits.

Au Mans, dans l’optique d’une éventuelle future participation d’ores et déjà
programmée et prévue pour 2011, l’autonomie serrait de … 12 tours !

La
Green

GT
 se
veut 100% propre : lorsqu’elle sera à l’atelier entre deux week-ends de
course,elle sera branchée sur un réseau alimenté par 100 m2 de cellules
photovoltaïques Flexcell, installées sur le toit de l’atelier.

Son châssis
en fibre de carbone dont le concepteur, Pierluigi Corbari est un homme bien connu sur les pistes, est réalisé
par la compagnie Italienne ATR. Il est équipé de deux moteurs électriques
triphasés synchrones de deux fois 100Kw. Le 0 à 100km/h est atteint en moins de
cinq secondes, pour une vitesse maximale avoisinant 300 km/h. Le couple,
disponible aux roues arrière via la transmission mise au point par Green GT,
est de plus de 2000 Nm sur les premiers tiers de la plage de vitesse du
véhicule.

Les tous
premiers tours de roue de la
Green GT
se sont déroulés les 7 – 8 et 9 juin dernier, sur le
circuit provençal HTTT Paul Ricard aux mains d’un pilote chevronné, le
transalpin Christian Pescatori, un habitué des épreuves d’endurance.

Le pilote
italien a effectué une trentaine de tours avec une puissance limitée volontairement à un tiers de son potentiel maxi (300 Ch.) et ce sans rencontrer
le moindre problème.

Les 27 – 28
et 29 août
, nouvelle séance de 30 tours toujours au Ricard  mais cette fois, la puissance était augmentée
au deux tiers, soit environ 140 kilowatts (l’équivalent d’environ 280cv
thermique).

 

 

 

Christophe Schwartz
nous résume les débuts de la Green GT :

«
L’objectif était de développer les liaisons au sol et de travailler sur la
gestion électronique du bloc moto-propulseur. De ce point de vue, les essais
ont été très positifs. Dans les relances et la motricité, nous sommes très
contents. La prise en main de la voiture semble très facile. »

Et l’un des
pères de cet ambitieux projet, de poursuivre :

« Après
avoir confirmé le fonctionnement de tous les systèmes en piste, nous allons
entrer dans une phrase d’Endurance. Ce premier proto va maintenant multiplier
les séances au banc, sur lequel nous allons simuler plusieurs types de circuits.
Le but étant d’obtenir les limites pour valider la durabilité de notre système.
»

Selon notre
interlocuteur, l’idée est de faire acte de candidatures pour les 24 Heures du
Mans
mais en …. 2011, histoire d’être vraiment prêt et compétitif :

« Nous allons effectivement préparer une version endurance avec changement rapide
des batteries capables de tenir 50 minutes soit douze tours du grand tracé
manceau. L’enjeu étant d’observer des arréts de 45 secondes maxi. Nous espérons
être retenu par l’ACO et rouler hors course comme la fameuse BRM numéro ‘’ 00 ‘’
 en 1966 et plus récemment il y a
quelques années comme les deux Vaillante qui roulaient  hors classement pour les b besoins du film de
Luc Besson

 

 La présentation
officielle  de la
Green
GT
 
devrait avoir lieu au cours de l’hiver en tout cas avant la fin de
l’année 2009.

Avant de
rouler au Mans en 2011, les promoteurs de ce superbe projet ambitionnent de
mettre sur pied dés 2010, un challenge monotype de plusieurs épreuves réunissant
une quinzaine de Green GT !

Les courses devant durer trente minutes. Comme en Carrera Cup

Un mot
encore pour parler du prix de ce P’tit bijou, complétement d’actualité et certainement promis sûrement à un bel avenir :
295.000 €.

 

Gilles Gaignault   – 

Photos : Green GT

 

 

 

Endurance

About Author

admin

Leave a Reply