Superleague : Première victoire pour Sébastien Bourdais à Estoril

Après un début de week-end en demi-teinte, Sébastien Bourdais a vite progressé dans la hiérarchie au fil des différentes courses disputées ce week-end à Estoril pour finalement remporter la Super Finale de cette manche Lusitanienne de la Superleague!

Le pilote Français qui découvrait la Superleague, récent transfuge de la F1, n’a pas tardé à trouver ses marques au volant d’une monoplace qu’il découvre et il s’impose dès son arrivée dans cette discipline qu’est la Superleague Formula by Sonangol.

L’ancien pilote Toro Rosso offre du même coup sa toute première victoire à son équipe, le FC Séville

Qualifié en quinzième position sur la grille de départ à l’issue des qualifications, Sébastien Bourdais lui-même n’aurait jamais envisagé un tel revirement de situation durant ce week-end.

D’autant que, dès le premier tour de la course, le Français était victime d’un tête-à-queue et repartait bon dernier. Ayant choisi d’effectuer son pit-stop dès l’ouverture de la fenêtre de ravitaillements, Bourdais entrait dans la pit-lane à l’issue de son septième tour. Soit un tour trop tôt. De retour en piste, il entamait sa remontée dans la hiérarchie. Malheureusement, la direction de course lui infligeait un « passage au stand » de pénalité. Le Français perdait deux places dans l’opération et coupait la ligne d’arrivée de cette première course au onzième rang.

Placé en septième position sur la grille de la seconde course, le manceau effectuait un superbe départ, lequel lui permettait de se hisser en troisième position dès le premier virage !

Après un pit-stop parfaitement réalisé par son écurie, le Français poursuivait sa remontée vers le leader. Revenu à moins d’une seconde d’Alvaro Parente qui pilotait pour cette manche la monoplace aux couleurs du FC Porto habituellement conduite par un autre Français, Tristan Gommendy, l’écart se stabilisait et le Français devait finalement se contenter de la deuxième place.

 

Sélectionné pour disputer la Super Finale réservée aux six meilleurs pilotes à l’issue des deux premières courses, Bourdais s’élançait de la quatrième place.

Réalisant une nouvelle fois un superbe départ, il gagnait déjà une place en dépassant  la voiture du Club Belge d’Anderlecht avant le premier virage. Puis, il se hissait au deuxième rang lorsque la voiture du  Club Brésilien des Corinthians de Sao Paulo virait trop large.

Remontant ensuite irrésistiblement sur la monoplace du FC Liverpool, le Sarthois finissait par prendre l’avantage et coupait la ligne d’arrivée en grand vainqueur de la Super finale.

Ce succès amplement mérité démontre que le moral de l’ancien pilote de GP est intact et qu’il conserve toute sa hargne de briller et de gagner des courses

Meilleur Français à l’issue des qualifications, Franck Perera qui roule lui au volant de la voiture du Club Italien de l’AS Roma s’élançait de la septième place sur la grille de départ de la première course. Auteur d’un envol moyen lors du départ chaotique, il perdait une place. Parmi les derniers à effectuer son pit-stop, Perera regagnait la piste au neuvième rang avant de finalement couper la ligne d’arrivée à la septième place.

Onzième sur la grille de départ de la seconde course, Perera gagnait six places au départ et bouclait brillamment son premier tour au cinquième rang. Au cours du huitième tour, il subtilisait la quatrième place au Chinois Ho-Ping Tun qui conduit pour les Turcs de Galatasaray et revenait sur Bourdais alors troisième.

Puis, les deux Français observaient leur pit-stop en même temps. Malheureusement, la monoplace de l’AS Roma restée immobilisée plus longtemps que prévu et Perera regagnait la piste au treizième rang, perdant ainsi tout espoir de podium et aussi et surtout de rouler dans la Super Finale.

Un mot encore sur le troisième Français engagé. Dixième sur la grille de départ de la première course, Nelson Panciatici qui défend les couleurs de l’unique Club tricolore, l’Olympique Lyonnais parvenait à gagner une place dans le premier tour. Plus tard, perdant de précieuses secondes lors de son pit-stop, il terminait finalement au douzième rang juste derrière Sébastien Bourdais. Sixième sur la grille de départ de la seconde course, Panciatici perdait deux places avant de se faire percuter par un autre concurrent et de partir en tête-à-queue. Après un passage au stand pour évaluer les dégâts occasionnés, la voiture de l’OL repartait en piste en dix septième position et signait cependant le troisième meilleur chrono en course dans son quatorzième tour. Bien que quinzième à l’arrivée, Nelson Panciatici se montrait satisfait de son rythme en course.

Une fois redescendu de ce premier podium en Superleague, Sébastien Bourdais déclarait :

« J’étais loin d’imaginer hier samedi que nous serions capables de nous imposer aujourd’hui. L’équipe a effectué un travail extraordinaire durant ces deux jours, ne dormant que quelques heures pour essayer de trouver les meilleures solutions de réglages pour la course. Lors de la première course, j’ai été embarqué par la voiture de l’Atletico Madrid sur la partie sale de la piste et suis parti en tête-à-queue. Je repars dernier et double quelques concurrents. Malheureusement, nous effectuons notre pit-stop trop tôt et écopons d’une pénalité. Au final, je pense que j’aurais pu finir neuvième de cette première course. Cela allait beaucoup mieux dans la seconde. J’ai pris un bon départ, effectué quelques beaux dépassements et je remontais sur Porto. Malheureusement, mes pneus ont perdu en performance et je n’ai pu aller chercher la victoire. Mais déjà, ce podium faisait du bien. En Super Finale, je suis parti avec des gommes neuves et cela m’a permis de prendre un bon départ, de revenir sur les deux pilotes qui me devançaient et les passer. Ce championnat est très disputé, avec d’excellents pilotes. J’espère que je serai en mesure de rééditer pareil exploit lors des prochaines manches ».

De son côté, Frank Perera racontait :

« J’ai manqué mon départ dans la  première course à cause du cafouillage en tête du peloton. Après le pit-stop, je suis bien remonté et je roulais dans le rythme des leaders. Sur la fin, l’équipe m’a signalé que je perdais de l’huile. Le harnais s’était également desserré et je ne réussissais plus à piloter. Sans tous ces soucis, je pense que nous aurions pu terminer quatrième. En course 2, je me suis engouffré dans le bon espace et j’ai viré en cinquième position. J’étais le plus rapide en piste et remontais sur Sébastien. Puis, lors du pit-stop, mon moteur a coupé. Le temps de le redémarrer, tout espoir de podium s’est envolé. De retour en piste, j’ai connu des problèmes de boîte de vitesses et de pneus qui étaient trop usés. Sans cette succession de problèmes, j’aurai pu me qualifier pour la Super Finale. L’important est d’avoir retrouvé la performance dès mon retour en Superleague Formula. Je suis optimiste pour Monza où je disposerais d’un moteur neuf »

Quant au troisième larron, Nelson Panciatici, lui il concluait cette manche Portugaise :

« J’ai pris un bon départ en course 1 et tenait le rythme des dix premiers. Lors du pit-stop, l’un des mécaniciens a commis une petite erreur. Puis, la voiture s’est révélée moins compétitive avec le train de pneus neufs. Nous en ignorons encore la raison. Dans la course 2, j’ai malheureusement été tapé par un concurrent qui m’envoie en tête-à-queue. Après un passage aux stands, je suis reparti sur le rythme des leaders. Je pense que nous avons enfin trouvé une bonne base de réglages. C’est de bon augure pour la suite et notamment pour la course de Monza. D’autant que les courses de GP2 Séries qui se dérouleront le week-end prochain sur cette même piste seront un excellent entraînement ».

Comme on le voit, le trio des pilotes Français n’a pas démérité, loin de la. Et après la récente victoire à Donington de Tristan Gommendy pour le compte du FC Porto et absent ce week-end – sa voiture était confiée au lusitanien Parente pour son épreuve nationale – Sébastien Bourdais a permis d’entendre à nouveau  »La Marseillaise »

Gilles Gaignault

Photos : Superleague

        

Le classement général provisoire de la Superleague

1 Liverpool FC:  282 points

2 Tottenham Hotspur: 224 pts

3 FC Basel:  223 pts

4 AC Milan:  212 pts 

5 Corinthians:  211 pts 

6 FC Porto: 203 pts

7 RSC Anderlecht: 189 pts 

8 Olympiacos: 178 pts

9 Rangers FC: 173 pts

10 AS Roma: 150 pts 

11 Flamengo: 150 pts 

12 Atlético de Madrid: 142 pts 

13 FC Midtjylland: 137 pts

14 Sporting Clube de Portugal: 136 pts 

15 Al-Ain *: 135 pts      

16 Galatasaray: 133 pts

17  Olympique Lyonnais : 104 pts 

18  PSV Eindhoven : 95 pts

19  FC Sevilla   89 pts

Super League

About Author

admin

Leave a Reply