F1- GP de BELGIQUE : TRIOMPHE DE LA FERRARI DE KIMI RAIKKONEN

 

L’ancien Vice champion du monde, le Finlandais Kimi Räikkönen s’est imposé ce dimanche sur le tobogan ardennais de Spa, offrant ainsi à l’équipe Ferrari sa toute première victoire de la saison.

Le Finlandais auteur d’un départ ‘’canon ‘’ l‘emporte en devançant le surprenant poleman Giancarlo Fisichella, lequel en finissant à une brillante seconde place permet à l’écurie Force India de marquer ses premiers points au Championnat du monde

Le podium de ce GP de Belgique est complété par la Red Bull du jeune Allemand Sebastian Vettel, décidemment devenu une valeur sûre car toujours placé cette saison

Pour Raikkonen courir à Spa sur le tracé de Francorchamps c’est un peu comme s’il roulait chez lui tant cette piste parait devoir être sa chasse gardée!


Pour Raikkonen courir à Spa sur le tracé de Francorchamps c’est un peu comme s’il roulait chez lui tant cette piste parait devoir être sa chasse gardée!

Le Champion de Ferrari l’a confirmé avec talent en s’imposant pour la quatrième fois ce dimanche – après 2004 -2005 et 2007– au terme d’une course survolée et dominée de bout en bout.

La maîtrise d’Iceman

Rapidement au commandement dès le départ grâce à son KERS, lequel apporte une puissance supplémentaire immédiate, Kimi qui s’élançait de la troisième ligne s’est très vite retrouvé en seconde position à la sortie de l’épingle de la Source, seulement devancé par le poleman Fisichella, auteur lui aussi d’une superbe envolée.

Alors qu’en milieu de peloton, le leader du Championnat du monde le britannique Jenson Button se ratait, semant la panique et éliminant dans sa bévue, le Champion du monde en titre Lewis Hamilton mais aussi le jeune Espagnol Jaime Alguersuari et aussi et surtout le Français Romain Grosjean, qui avait pris un excellent départ se retrouvant aux cotés des deux valeurs sures de la F1, le GP de Belgique perdait déjà deux de ses principaux protagonistes.

Une fois la voiture de sécurité rentré aux stands au quatrième des quarante quatre tours et les drapeaux jaunes rangés, le Finlandais de Ferrari se positionnait immédiatement dans l’aspiration du leader Giancarlo Fisichella dépassant facilement la Force India grâce à son système KERS dans l’Eau-Rouge.

Ne commettant aucune faute, Kimi qui n’avait plus gagné le 27 avril 2008, s’envolait alors vers une victoire amplement méritée – la dix huitième de sa carrière – remportant ainsi son quatrième GP de Belgique mais surtout son premier succès cette saison.

Il confirme ainsi après ses deux récents podiums à Valence et en Hongrie le retour au premier plan de la Scuderia après un début de saison dramatique et catastrophique ! 

Ce triomphe d’une monoplace de la Scuderia ne pouvait pas mieux tombé alors que se profile déjà le prochain GP, celui … d’Italie dans le temple de Monza, prévu dans deux semaines !

Si Raikkonen mérite d’étre grimpé à nouveau sur la plus haute marche du podium de Spa, il ne faut pas oublier de féliciter le vaillant Fisichella.

FISICHELLA DANS… LA FERRARI A MONZA !!!

Surprenant poleman, le vétéran pilote Italien a confirmé en course sa prestation des qualifications et il se classe à une remarquable seconde place. Laquelle ne peut que combler de joie son patron le milliardaire Indien Vijay Mallya, ravi de l’aubaine et qui voit ainsi Force India glaner huit précieux points, ses tous premiers de sa jeune histoire en F1 !!!

Ce qui n’est pas rien et se fête…

De quoi alimenter – si l’on en croit la chaîne TV Italienne RAI DUE – les rumeurs qui placent déjà Giancarlo dans le second baquet de la Ferrari à Monza en remplacement de Luca Badoer une nouvelle fois bien pâle en ce dimanche et qui finit encore bon dernier. Fisicho laissant son baquet dans la Force India à l’ancien Champion du monde de kart, son compatriote Vitantonio Liuzzi, pilote d’essai et de réserve du Team

Battu mais heureux, Giancarlo racontait :

"Ça a été une nouvelle très belle journée avec un super résultat. Avant Spa, si vous nous aviez demandé si nous serions contents de terminer 8e, on aurait répondu que ce serait un résultat fantastique. Etre deuxième, c’est un rêve. Honnêtement, je suis un peu déçu car je sens que nous aurions pu gagner la course. J’ai été malchanceux avec la voiture de sécurité car Kimi a pu se retrouver juste derrière moi au redémarrage et me dépasser grâce au KERS. Même derrière lui, j’étais plus rapide mais avec son KERS, il n’était pas possible de le dépasser dans les lignes droites."

Fisicho et son patron le milliardaire Indien Vitaj Mallya : HEU  REUX !

Au classement du Championnat c’est quasiment le statu quo car exception faite de Vettel qui glane six points et de Barrichello qui en ramasse lui, deux, tous les autres protagonistes candidats au titre (Button et Weber) repartent bredouilles de Francorchamps.

Avant le grand rendez-vous du GP d’Italie, les positions évoluent donc peu et tout reste ouvert. Certes Jenson mène toujours totalisant 72 points mais son équipier Barrichello en compte ce dimanche soir 56.

Quant aux deux pilotes Red Bull, Vettel affiche 53 points et Weber, 51,5 pts

Vettel, précisant :

" D’un point de vue comptable au championnat, c’est un bon résultat. Ce n’était pas facile de partir du milieu de la grille mais ça s’est bien passé. J’ai peut-être été trop prudent au milieu du premier tour quand Nick Heidfeld est sorti de la piste. J’ai perdu une place par rapport à Nico Rosberg et j’ai dû le repasser au redémarrage après la voiture de sécurité. J’ai perdu trop de terrain sur les premiers dans le premier relais mais dans le second et le troisième relais, la voiture était fantastique. »

Le vainqueur du jour apparait maintenant en cinquième position mais loin, affichant seulement 34 points, ce qui lui ôte toute chance de redevenir en novembre prochain à nouveau Champion du Monde !

A l’arrivée, Kimi lâchait :

 " Nous avons toujours voulu accrocher cette victoire. Mais nous devons être réalistes. Nous savons que notre voiture n’est pas aussi rapide que celles en tête du Championnat. Mais sur quelques circuits, comme les derniers, elle est assez correcte. En Hongrie, nous avions été plus proches de la victoire que jamais cette année. Ici, nous l’avons fait. Cela dépend vraiment du circuit. Mais nous ne devons pas nous attendre à gagner course après course. Nous nous donnerons évidemment à 100%. Mais tout dépendra d’un éventuel évènement étrange, comme ce qui s’est passé ici en qualifications  »

 

Gilles Gaignault

Photos : Constructeurs

F1

About Author

admin

Leave a Reply