F1 : Romain Grosjean : Un pilote …. banquier en piste !

 

 

Romain Grosjean est donc le tout premier pilote Français depuis Patrick Tambay en 1984 et 1985, à se retrouver dans le baquert d’une monoplace de Grand Prix 100 % Française : La Renault

Quelques jours à peine après son  » baptême  » effectué lors du GP d’Europe à Valence, le  »pilote – banquier  » raconte ce que fut cette toute première expérience 

Effectivement, outre sa jeune carrière de pilote automobile, avant de débarquer en F1, il roulait avec succès en GP2 – l’anti chambre des GP – et auparavant en F3 Eurosèries , Romain, travaille en semaine dans une banque à Genève !

Comme Nicolas, le fils d’Alain Prost

 

Romain, vous avez disputé votre premier Grand Prix à Valence. Avez-vous pris du plaisir lors de cette première course ?

 » Oui, c’était un week-end très spécial pour moi. J’ai
pris beaucoup de plaisir à chaque seconde de la course et je remercie
toute l’équipe pour son soutien permanent. Tout était nouveau pour moi
et j’ai du apprendre très rapidement. Mais j’ai réussi à me sentir à
l’aise avec la voiture et la confiance est venue de manière graduelle
tout au long du weekend. Globalement, je suis satisfait de ma
performance. Je suis content d’avoir fini la course et j’ai pu
accumuler pas mal d’expérience. J’ai également beaucoup apprécié de
voir les mécaniciens m’applaudir sur le muret des stands à l’arrivée.
Il me faut à présent poursuivre dans cette voie à Spa, bien travailler
avec mes ingénieurs, et continuer à faire des progrès. »

Qu’avez vous fait les jours suivant votre premier Grand Prix ?

 » Après le Grand Prix, je suis resté à Valencia encore un
jour pour profiter de la ville et pour me détendre un peu avant de
retourner à Genève. Mardi, je suis retourné au travail, à la banque  – il
y travaille encore à mi-temps – histoire de garder les pieds sur terre !
Je pense qu’il est important pour moi de continuer ce travail car j’y
prends du plaisir et cette routine a toujours bien fonctionné pour moi
par le passé. »’

 

Spa-Francorchamps, est-ce un circuit que vous connaissez-bien ?

 » Oui, c’est un de mes circuits favoris. Je le connais
très bien pour y avoir remporté la course longue de GP2 l’an passé. Spa
est un des circuits traditionnels et j’ai hâte de pouvoir piloter ma F1
dans des virages tels que l’Eau Rouge. Après avoir couru sur un circuit
urbain, il sera bon de nous retrouver sur un circuit plus
conventionnel, qui présente de belles courbes et de continuer à
apprendre à connaître la R29. »

Quel sera votre objectif ce week-end ?

 » L’équipe m’a jusqu’à présent beaucoup aidé. Elle ne m’a
pas mis sous pression mais j’aimerais être plus compétitif à Spa et me
rapprocher de Fernando. Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre,
et je prendrai les choses par étapes. Je verrai la manière dont se
déroulent les essais libres avant de me fixer des objectifs. Il faut
également prendre en compte le fait que la météo est difficile à
prédire à Spa. Il y a un risque de pluie, il nous faudra donc être
prêts à réagir à chaque opportunité qui se présentera à nous. »

Comme on peut le constater, Romain à les pieds sur terre et on peut logiquement espérer de lui quelques belles performances lors des prochains GP !

A commencer pourquoi pas dés Spa ce week-end.

Le tobogan ardennais, il le connait bien.

Gilles Gaignault

Photos : Renault et GP2

 


 

F1

About Author

admin

Leave a Reply