ELECTIONS A LA FIA : LE CLUB DES ANCIENS

 

La campagne pour la Présidence de la FIA, dont les élections sont fixées au 23 octobre prochain, a pris hier vendredi 21 août, un nouveau tour.

En effet, l’un des deux candidats déclarés, Jean Todt, a publié un document intitulé « Innovation, Excellence et Travail d’équipe » pour présenter la liste de ses soutiens.

Et c’est la première grande surprise de cette campagne, ou plutôt la confirmation de ce que nous savions déjà :

Celui qui se présente comme l’ « homme du changement » est en fait prisonnier du système Mosley, qui l’a  adoubé et qui a mis à sa disposition tous les moyens de la FIA pour sa campagne.

Nous avions déjà compris qu’il n’avait aucun soutien d’envergure quand il a fait connaître la liste de ses  trois principaux lieutenants, les Présidents délégués pour le sport, la mobilité et le candidat à la Présidence du Sénat, groupe de « sages » et chambre de contrôle des finances de la FIA.

Tous sont en effet anglo-saxons, dont deux employés, et le Président d’un club fantôme, ce qui effectivement est un peu "juste" quand on prétend incarner la… mondialisation. Mais le candidat tentait de faire illusion en noyant quotidiennement les clubs et fédérations membres de la FIA sous des tonnes de projets, dont les plus importants, comme la réforme des statuts  par exemple, sont d’ailleurs les thèmes de toujours des principaux clubs soutenant son adversaire, Ari Vatanen.

Voyons maintenant où se situe l’innovation :

Sur les dix-huit noms cités, tous sont membres sortants de l’un ou de l’autre des deux Conseils Mondiaux de la FIA, et à part Nicolas Deschaux, le jeune Président de la Fédération Française du Sport Automobile, dont on comprendrait mal qu’il ne soutienne pas un compatriote, la moyenne d’âge de la liste ne plaide pas en faveur de la modernité.

Pour ce qui est de l’innovation, c’est raté !

Nous n’aurons pas la cruauté de parler ici d’excellence. Ces personnes sont celles qui ont administré le Sport Automobile International pendant ces dix ou quinze dernières années. Avec le succès que l’on connaît, notre noble sport est aujourd’hui sinistré dans toutes ses disciplines.

Quel renouveau  peut apporter par exemple le Président sortant de la commission des Rallyes tous terrains, un ancien colonel de l’armée britannique à la retraite depuis le siècle dernier, dans la spécialité qui est supposée être la sienne ?

Et que pourrait-on dire de l’action du représentant sortant de l’Afrique quand on constate l’état d’abandon total de notre sport sur ce continent ? Et on ne peut malheureusement que dire la même chose de tous les autres…

Quant à la mobilité, contrairement à son adversaire qui est un expert de ces questions compte tenu de toutes les actions menées dans ce domaine au cours de ses deux mandats de député Européen, Jean Todt, n’en est nullement un spécialiste.

A ce niveau aussi la FIA a besoin d’une équipe solide et structurée que seuls les nombreux clubs déjà rassemblés autour de Ari Vatanen peuvent lui apporter.

 Alors il faut bien convenir que tout cela ne représente qu’une vaste opération de poudre aux yeux, Jean Todt n’ayant malheureusement pour lui pas été capable de mobiliser en dehors du cercle de ceux qui s’accrochent désespérément à leur fauteuil au détriment précisément de l’excellence et de l’innovation.

Gilles Gaignault
Photo : Olivier Thibaud

FIA

About Author

admin

Leave a Reply