Super GT Japon : Tréluyer – Motoyama s’imposent et reprennent la tête au Championnat !

 

Depuis la création Championnat GT japonais, la firme Nissan n’était jamais encore parvenue à s’imposer sur le circuit de Sugo.

C’est désormais chose faite !

La quinzième édition aura finalement été celle de la bonne surprise puisque pour la première fois, Benoît Tréluyer a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de l’édition 2009, au volant de la Nissan GT-R qu’il conduit avec Motoyama.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, grâce à cette seconde victoire de la saison l’équipage du Team Nismo s’empare du commandement du Championnat, alors qu’il ne reste que quatre épreuves à disputer.


Pourtant tout n’avait pas débuté sous les meilleurs auspices pour le pilote Français. Cette saison, rien n’est pardonné à l’écurie Motul-Autech, Championne en titre et à son pilote vedette, Benoît Tréluyer qui se voyait infligé une nouvelle pénalité lors du warm-up avant de finalement s’imposer quelques heures plus tard.

Pour Tréluyer, tout commençait par quelques débris sur la piste qui allaient bientôt lui causer quelques petits tracas comme il nous l’explique :

« Les drapeaux jaune étaient déployés depuis cinq tours à cause de petits débris sur la piste. Je suivais une GT300 et, juste avant le drapeau vert, je me portais à sa hauteur sans la dépasser. Hélas, le pilote ralentissait brusquement et je le doublais avant le drapeau. Du coup, je me voyais pénalisé de deux places sur la grille… »

La Nissan GT-R de Tréluyer et Motoyama passait ainsi de la seconde à la troisième ligne sur  grille !

Léger contre temps qui obligeait Satoshi Motoyama à prendre le départ avec un peu moins d’essence pour être en mesure de doubler plus facilement lors des premiers tours.

« Une bonne stratégie que Satoshi ne pouvait malheureusement pas exploiter au maximum car il se retrouvait rapidement avec des pneus trop souples bougeant beaucoup, et il devait calmer le jeu jusqu’au 16e tour avant de retrouver un rythme plus élevé », souligne Benoît.

La course venait d’entrer dans son 25e tour lorsque quelques goûtes de pluie s’abattaient sur le tarmac. Motoyama s’engouffrait dans les stands au 27e pour passer le relais à Benoît et l’écurie optait à cet instant pour des intermédiaires durs en espérant que la pluie n’allait pas par la suite, s’intensifier.

Et, Treluyer de poursuivre :

« Lors des premiers tours, j’ai du faire attention car la trajectoire n’était pas assez humide. Puis, la pluie finissait enfin par arriver. Un peu trop même et je me suis retrouvé deuxième assez loin de la Lexus de tête qui était ressortie en pneus pluie extrême au plus fort de l’averse. Avec mes intermédiaires, je parvenais tout de même à garder le contact, ne lâchant qu’une demi seconde par tour. Et comme nous savions qu’il allait moins pleuvoir, je suis resté en piste… »

La pluie finissait effectivement pas baisser en intensité et Benoît se mettait à fondre à raison de 3’’ par tour sur le leader. Il opérait donc assez rapidement la jonction, passait la Toyota de Ito et creusait un écart qui culminait bientôt à 26’’.

Sur les conseils de l’écurie, il levait bientôt le pied afin d’économiser ses pneus, coupait la ligne en vainqueur et récupérait la tête du Championnat.

« Nous avons 43 points, ce qui veut dire que lors de la prochaine course la voiture embarquera 86 kilos de lests. Ensuite, ces derniers seront réduits de moitié pour tout le monde avant d’aborder la dernière partie de championnat. » 

A noter que par une curieuse coïncidence – la loi des séries – avec les accidents de ces deux dernières semaines (Henry Surtees et Félipe Massa ), la Lexus TOM’S Numéro 36 a été frappée par une roue baladeuse, échappée d’un autre concurrent qui heureusement n’a pas fait d’autres dégâts qu’un capot avant bien enfoncé !!!

Au classement provisoire du Championnat, la paire Motoyama –Tréluyer récupère la tête car elle bénéficie de la déroute des autres prétendants. Le tandem effectue donc le grand saut depuis la sixième place pour s’emparer du leadership au classement général provisoire précédant dorénavant les duo Wakisaka -Lotterer et Oliveira -Ara. 

La prochaine épreuve, la plus longue du calendrier, les 700 km de Suzuka est fixée aux  22 et 23 Août prochain

Gilles Gaignault
Photos : GT Japon

 
Le classement général de Sugo

1 – Motoyama-Treluyer (Nissan GT-R) – Team Nismo les 81 tours en 1h5’:33’’479
2 – Couto-Hirate (Lexus SC430) – Team Sard à 21’’062
3 – Michigami-Kogure (Honda Nsx) – Team LeMans à 25’’012
4 – Ide-Hosokawa (Honda Nsx) – Team  Kunimitsu à 26’’475
5 – Ito-Wirdheim (Lexus SC430) – Team Real à 54’’864
6 – Kaneishi-Tsukakoshi (Honda Nsx) – Team Dome à 1’22’’350
7 – Wakisaka-Lotterer (Lexus SC430) – Team Tom’s à 1 tour
8 – Matsuda-Philippe (Nissan GT-R) – Team Impul à 1 tour
9 – Quintarelli-Yasuda (Nissan GT-R) – Team Hasemi à 1 tour
10 – Tachikawa-Lyons (Lexus SC430) – Team Cerumo à 1 tour
11 – Duval-Nakayama (Honda Nsx) – Team Nakajima à 1 tour
12 – Ishiura-Oshima (Lexus SC430) – Team Kraft à 2 tours
13 – De Oliveira-Ara (Nissan GT-R) – Team Kondo à 3 tours
14 – Firman-Izawa (Honda Nsx) – Team Aguri à 4 tours

Le classement général provisoire du Championnat GT

1. Motoyama et Treluyer : 43 points – 2. Wakisaka et Lotterer:  39 pts – 3. De Oliveira et Ara : 37 pts – 4. Firman et Izawa : 33 pts – 5. Michigama et Kogure : 32 pts

Super GT

About Author

admin

Leave a Reply