WTCC : Yvan Muller sauve sa place en tête du Championnat

 

  Yvan et sa garde de SEAT:  »Chauchau » et Jaime Puig 

Gabriele Tarquini et Rickard Rydell ont offert à SEAT les points qui lui permettent de se
maintenir en tête du Championnat du Monde des constructeurs.
 
Yvan Muller,
lui limite la casse au classement du Championnat des pilotes, où il conserve encore cinq points d’avance sur le Brésilien Augusto Farfus.

Il nous raconte son drôle de week-end en Angleterre.


Yvan Muller : « Petit avertissement »

– Que s’est-il passé au premier tour ?

« J’ai pris un très bon départ. De la 11e place sur la grille, je pense que j’étais remonté à la 7e. Je me suis retrouvé à la hauteur de Larini et Farfus dès le second virage. Mais nous sommes partis en travers tous les trois. J’aurais pu m’en sortir aussi bien qu’eux, si je n’avais pas été percuté par la SEAT de Michelisz qui m’a cassé la roue, et la BMW de Porteiro qui m’a tapé sur le toit avec sa roue avant gauche. C’est dire la position dans laquelle nous nous trouvions ! »

– Votre course était déjà terminée !

« L’important était de rester près de l’auto pour surveiller les opérations de dépannage, de faire en sorte qu’elle soit rendue le plus rapidement possible aux mécaniciens de l’équipe SEAT -ORECA, car il n’y avait que deux heures à peine entre les deux courses »

– Ils ont réparé à temps pour la 2e course?

« Ils m’ont rendu une auto parfaite, pourtant il y avait de sérieux dégâts ! Je me suis élancé 24e en fin de grille, et je suis remonté 8e sans rien devoir à personne. Au dernier tour, mon équipier Tiago Monteiro m’a sportivement offert la 7e place, j’ai pu ainsi sauver 1 point de plus, 2 en tout. »

– 11e au départ, c’était une contre-performance?

« Ces qualifications auraient pourtant du bien se passer. A 7 minutes de la fin de Q1, j’étais
encore second avec 8/10e de seconde d’avance sur le 10e. J’étais au stand et normalement je n’avais pas besoin de repartir, mais à trois minutes de la fin, la piste s’est améliorée considérablement. Nous nous sommes fait piéger, je n’avais encore jamais vu çà !  »

– Ce n’était décidément pas votre jour?

« Il y a toujours des moments comme celui-là durant la saison. La réussite n’était pas avec
nous, mais il est vrai que nous n’avons pas su la provoquer non plus… Disons qu’il s’agit d’un petit avertissement – même pas sans frais, puisque je laisse neuf points dans l’affaire – mais ce n’est pas dramatique non plus.  »

– Après Pau, vous avez joué votre 2e joker?

« Oui… C’est vraiment dommage, car Pau était ma course nationale et Brands Hatch l’une de celles que j’affectionne le plus !  »

– Comment appréhendez-vous la fin de saison?

« Oschersleben n’est pas un circuit qui nous sera super favorable, il faudra essayer de limiter les dégâts en Allemagne. Pour la suite, honnêtement, je pense que cela sera très compliqué. Nous vivons sur nos acquis et sur les erreurs qu’ont pu commettre nos adversaires, mais nos voitures, du fait des dispositions règlementaires qui ont été prises en cours de saison, ne sont plus en mesure d’imposer leur loi… »

Comme on peut s’en rendre compte, le Champion du Monde en titre et actuel leader du Championnat millésime 2009, reste très humble et très lucide dans ses propos.

Il est vrai qu’il y a bien longtemps qu’Yvan Muller est un sage !

Gilles Gaignault
Photos : SEAT

Yvan avec Tiago Monteiro son fidéle équipier chez SEAT-ORECA

WTCC

About Author

admin

Leave a Reply