F1 : Bernie Ecclestone va tenter de sauver l’avenir des Grands Prix

 

 

Directement impliqué et complètement concerné par le devenir des Grands Prix, le grand manitou et surtout grand argentier qui contrôle la totalité du business en F1, alias Bernie Ecclestone, va tout faire pour sauver la discipline Reine du sport automobile !

Au fond, il est vrai n’en déplaise à ce bon cher Président Mosley que c’est lui Bernie qui décide de TOUT !

Il tient non seulement les cordons de la bourse mais il choisit les circuits, signe les contrats encaisse les dollars, décide des chaines TV pour chaque pays, vend les panneaux publicitaires sur les pistes, les loges VIP, restauration et boissons à prix d’Or !!

Bref, c’est  bien lui le personnage incontournable en F1

Depuis qu’en 1981 et les fameux ‘’ Accords dits de la Concorde ‘’ car signés  au siège de la FIA, 8  Place de la Concorde à Paris et ce sous la bienveillance du tout puissant Président de l’époque, Jean Marie Balestre, par toutes les écuries de l’époque regroupées au sein d’un organisme la toute puissante FOCA, créée et  déja géré par ce même … Ecclestone !

Ces accords signaient la paix entre la FIA et la FOCA, l’association regroupant les Teams britanniques, suite à la guerre qui les avait opposées au cours de l’hiver 1980, marquée par deux événements importants, deux Grands Prix qui avaient vu les écuries, soutenant chaque camp, s’affronter par d’autres moyens que le chronomètre : 

D’une part le GP d’Afrique du Sud ou les grandes écuries qualifiées de ‘’ légalistes ‘’ (Ferrari – Renault – Alfa Roméo) s’étaient abstenues laissant les Teams Britanniques (Brabham-Lotus-Tyrrell –McLaren) en découdre. Mais … pour du beurre, la FIA n’ayant pas reconnu l’épreuve.

Quelques mois plus tard, à Jarama c’était tout le contraire ! Seules les équipes légalistes disputèrent le GP d’Espagne, les écuries anglaises de la FOCA n’y participant pas. Jean Marie Balestre, Président de la FIA et de la FISA (Fédération Internationale du Sport Automobile) se voyant même refuser l’accès au circuit madrilène… Et y déléguant, Maurice Bélien, le directeur du circuit de Zolder.

Deux ans plus tard,  le 25 avril 1982 à nouveau seules les équipes représentant les grands constructeurs avaient pris le départ du GP de Saint Marin, de sinistre mémoire à cause de la brouille Villeneuve-Pironi !

Auparavant en janvier, les pilotes s‘étaient tous révoltés refusant la Super licence que voulait leur imposer la FISA et s‘étaient retranchés dans un Palace de Joburg, le Sunnyside Park Hôtel. Finalement après deux jours de palabres et de négociations, ils avaient tous disputés le GP d’Afrique du sud, le 23 janvier, remporté par la Renault –turbo d’Alain Prost.

Comme on le voit, la totalité de tous ces conflits a toujours trouvée une issue…

Mais aujourd’hui, l’affaire opposant les équipes regroupées au sein de la FOTA et la FIA semble beaucoup plus grave…

Entre temps, en 2002, le Président Max Mosley a vendu à Bernie Ecclestone et ses associés, les droits sur la F1 et ce pour une durée de …. 100 ans !!!!

Vendre les droits sur une aussi longue période parait complètement démesuré. Mais Mosley a signé, et ce d’autant plus que c’est lui-même qui s’était fait le chantre de cette proposition, évitant au passage tout type d’appel d’offres !

En ce début d’été 2009, la hache de guerre étant visiblement de nouveau déterrée, Bernie Ecclestone veut tout faire pour tenter de régler le nouveau conflit qui vient d’éclater au grand jour entre la FIA et la FOTA. Craignant pour le … magot !

On peut comprendre son empressement à trouver une issue au conflit, car la FOTA constitue un danger de mort pour son organisation, et donc… ses revenus, alors que les huit équipes regroupes dans la FOTA ont clairement laissé entendre et fait part de leur intention de créer un Championnat parallèle et concurrent, faute d’être parvenues  à un accord avec la FIA sur les règlements 2010.

Bernie Ecclestone, comme il en a l’habitude est resté assez discret et s’est encore très peu exprimé sur le sujet depuis le début de cette querelle.  Mais une chose est d’ores et déjà sure et certaine :

Ecclestone n’a nullement intérêt à ce que le conflit s’envenime et c’est la raison pour laquelle il veut à tout prix éviter la scission et l’explosion des GP.

Dans un interview accordé à nos confrères du très sérieux quotidien Londonien ‘’ The Times ‘’ Bernie qui est le  patron de la FOM l’organisme qui régit tout en F1 –  explique notamment :

« J’ai donné 35 ans de ma vie et bien plus à la Formule 1. Mon mariage s’est  tout récemment brisé à cause de la Formule 1, donc je suis certain que je ne vais pas laisser les choses se désintégrer pour ce qui est, au final, presque rien. Si on analyse les problèmes, il n’y a rien qui ne peut pas être facilement réglé. »

Le Conseil Mondial de la FIA qui se déroulera ce mercredi , Place de la Concorde à Paris, pourrait avoir une grande influence sur l’évolution de la situation.

D’après certaines rumeurs, un départ du Président Max Mosleysouhaité par de très nombreux pays membres de la FIA – pourrait  régler et aplanir la situation tendue et apaiser les tensions. Mais l’envisager est peu probable ?à quelques mois des élections à la FIA, à l’automne.

Et ce d’autant plus que le Président de la FIA, a assuré ce dimanche dans un interview à la chaine Française TF1

« Qu’il n’avait nullement l’intention de partir dans une période aussi importante pour la F1.»

Quant à la FOTA, ses membres devraient eux se réunir plus tard au cours de la semaine, attendant visiblement , le résultat et les décisions prises ce mercredi par le Conseil Mondial de la FIA avant de reparler de leur éventuel futur Championnat de monoplaces.

Lequel pourrait prendre l’appellation de ‘’ World GP ‘’ ou ‘’ World Série ‘’

 

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Asset – Bernard Bakalian – Patrick Martinoli

Le Président de la FOTA et de Ferrari trés remonté contre la FIA

F1

About Author

gilles

Leave a Reply