Michelin pourrait ouvrir une usine en Inde

 

Après avoir annoncé ce mercredi 17 juin, la suppression de 1093 postes et un plan de départ de 1800 personnes en France, Michelin pourrait, selon la presse indienne, investir environ 1 milliard d’euros dans une nouvelle usine en Inde.
 
Michelin et avec raison met le cap sur les marchés émergents. Alors que le manufacturier Clermontois a annoncé mercredi la suppression de près de 1100 emplois en France et l’ouverture d’un plan de départ volontaires pour près de 1800 personnes, le journal indien ‘’The Economic Times ‘’ indiquait  ce jeudi matin un possible investissement de la firme Française, portant sur près de 70 milliards de roupiessoit l’équivalent d’un milliard d’euros – sur dix ans en Inde.

 
Citant une source proche du dossier, le quotidien indien indique que Michelin aurait demandé aux autorités indiennes l’autorisation « d’acquérir 100% d’une nouvelle compagnie,’’ Michelin India Tamil Nadu Tyres’’ » créée en avril 2009, située dans le sud-est de l’Inde.

Celle-ci mettrait en place une unité de fabrication de pneus de type radiaux et tubes.

Le quotidien ajoute que « la première phase de développement nécessiterait un investissement de 40 milliards de roupies (600 millions d’euros) d’ici à 2016 ».

Cet investissement pourrait permettre de créer 1500 emplois et qui pourrait aller jusqu’à atteindre 2000, une fois la seconde phase de développement terminée. Pour Michelin, il s’agirait de rebondir dans le pays après l’échec de sa co-entreprise avec l’entreprise ‘’Apollo Tyres.’’

Reste à savoir maintenant si le fabricant de pneumatiques obtiendra l’autorisation des autorités indiennes.

Pour mémoire, ‘’Carrefour’’ et ‘’Ikea’’ notamment, ont un temps mis en sommeil l’idée de s’implanter en Inde et ce à cause de la lenteur des démarches administratives et des contraintes réglementaires. Des blocages qui ne devraient toutefois pas exister, selon ‘’ The Economic Times’’ pour le projet du fabricant de pneumatiques Français.

A travers cette information, c’est évidemment la question du redéploiement géographique du groupe Clermontois qui est en question.

Pour Michel Rollier, le co- gérant du groupe Michelin, l’annonce du plan de départ et des suppressions de postes ont pour but de « spécialiser » les usines Françaises et de « les rendre plus compétitives ».

Selon ce dernier, ces mesures sont nécessaires « pour conserver des usines en France ».

Des réajustements qui vont aussi surtout de pair avec la conquête de nouvelles parts de marché dans les pays émergents, ou se profilent d’ores et déjà des concurrents locaux…

Gilles Gaignault

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply