24 Heures du Mans : Superbe podium pour l’équipe Luc Alphand avec les jeunes Clairay–Jousse–Maaseen

 UNE EQUIPE QUI A FIERE ALLURE !!!

Avec les deux Corvette ‘’ usine ‘’ pilotées par des pilotes professionnels et chevronnés, les deux premières places du podium de cette 67éme édition des 24 Heures du Mans, semblaient inaccessibles !

La bataille des autres bolides inscrits en GT1, allait donc se résumer à une lutte pour les accompagner sur la troisième marche du podium…

Et pourtant, le retrait de l’une des deux Corvette ‘’ officielles ‘’ , a finalement ouvert toute grande,  l’accession à la … seconde place !

Laquelle revient à l’une des deux Corvette ‘’ privées ‘’ du Team LAA de Luc Alphand et Philippe Poincloux !

Très fragilisée tout au long de l’hiver, après le retrait  tout aussi brutal qu’inattendu – bien qu’un accord verbal ait été validé quant à la poursuite du partenariat – du grand équipementier Français Valeo, l’équipe que dirigent conjointement Luc Alphand et son fidèle associé Philippe Poincloux, est malgré tout, resté dans le milieu de la compétition.

Mieux même puisqu’engagée sur trois fronts (LMS –GT FIA –GT FFSA) l’équipe LAA a réalisé un fabuleux début de saison, gagnant plusieurs épreuves assorti de nombreux podiums !

De quoi redonner confiance et le moral à toute l’équipe LAA, avant d’aborder le trés important rendez-vous manceau

Après des essais surtout consacrés à bien régler les deux Corvette et à bien travailler avec leur partenaire pneumatique Dunlop, les bolides LAA débutaient relativement  discrétement ces 24 Heures. Les deux équipages suivant à la lettre les instructions données lors du briefing interne au Team. Il faut dire aussi que les averses le premier soir des essais, n’étaient pas propice à la grande attaque !

En course, les deux Corvette roulaient pratiquement roue dans roue en début d’épreuve.

Au jeu des ravitaillements et des entrées en piste de la voiture de sécurité, la 72  que Luc partageait avec son fidèle complice Patrice Goueslard et le P’tit nouveau, le très expérimenté et rapide Stéphane Grégoire, la 72 donc se trouvait très légèrement devant la voiture sœur, la 73  confiée au jeune équipage  Yann Clairay – Xavier Maassen et Julien Jousse.

Après le dramatique accident survenu à la 72  alors pilotée par Patrice Goueslard, proprement jeté sur les rails, à la sortie du virage ultra rapide du Tertre Rouge  par Daren Turner, lequel conduisait l’Aston Martin numéro 008  – comme le montre la vidéo de Youtube – , c’est la 73, qui prenait le relais et au terme d’une course, menée grand train par le trio des ‘’ juniors ‘’  a offert à l’équipe LAA, la seconde place du podium, mettant ainsi un peu de baume au cœur à l’équipe !

Laquelle accusait le coup du retrait de la 72 et était dépitée par l’incident regrettable mais surtout inadmissible, qui a ruinée la course de cette 72 et détruit complètement la Corvette… Le comportement de Turner qui avait déjà envoyé valdinguer la Radical, un peu plus tôt à l’entrée de la piste de décélération, est proprement scandaleux…

Et ce ne sont pas les quatre minutes de sanction, moteur arrêté, au pied  de la direction de course, qui rendront à Patrice Goueslard et ses équipiers, le fruit de leur beau début de 24 Heures !

Turner, sous prétexte qu’il pilotait l’une des voitures candidates à la victoire, l’une des trois Lola Aston Martin, s’est tout simplement comporté comme un ‘’ voyou ‘’  Comme si la piste lui appartenait. Son pilotage agressif  est inqualifiable, inadmissible et proprement scandaleux…

Mais oublions les choses qui fâchent mais qui doivent être dites et connues de ceux qui n’assistaient pas aux 24 Heures et revenons à la course.

Et à ce magnifique podium, de la 73

 
« Entre joie et peine »
est d’ailleurs l’expression retenue pour qualifier cette 9ème participation de l’écurie Luc Alphand Aventures aux 24 Heures du Mans.

« Joie », en référence à cette seconde place des jeunes pilotes de la N°73 qui ont tout simplement effectué une course parfaite.

« Peine » pour qualifier le regrettable et injuste abandon de la N°72, projetée on l’a dit dans le mur au niveau du Tertre Rouge par l’Aston Martin 008.

En résumé, laissons maintenant la parole aux acteurs. A commencer par le boss, Philippe Poincloux :

« Samedi, peut avant 22 Heures, alors que nos deux voitures effectuaient une course parfaite avec des chronos très proches de ceux effectués par les Corvette usine, Patrice Goueslard a été heurté par Darren Turner au volant l’Aston Martin LMP1. Le bac à gravier étant trop peu large au niveau du Tertre Rouge, la Corvette N°72 sortie de la trajectoire a alors violemment percuté le mur à plus de 200km/h. Si bien heureusement Patrice est sorti indemne de ce crash, en revanche, la voiture est détruite. Une course contre la montre au résultat très incertain est déjà entamée pour être présent  en LMS à Portimao les 1er et 2 août prochains. »

Et celui qui tient les cordons de la bourse de l’équipe qu’il gère au mieux, en cette période de vaches maigres, de poursuivre :

«  Je suis très en colère contre l’attitude des pilotes Aston Martin dont l’un d’entre eux a d’ailleurs été exclu pendant la course. Turner est un habitué de ce type de manœuvre et il a déjà été sanctionné dans le passé. Un pilote avec un tel comportement ne devrait plus être autorisé à participer à l’épreuve. « Gentleman » est un mot anglais mais qui, dans ces circonstances, ne s’applique pas à cette équipe.  »

Ces paroles sont terribles mais tellement vraies. Et quand on sait comment Luc Alphand est apprécié sur les circuits, sortir aussi piteusement l’une des ses voitures est honteux. L’attitude de Daren Turner, est tout simplement inqualifiable !

Et Philippe Poincloux de reprendre ces explications :

« En ce qui concerne la Corvette N°73, les « Rookies » malgré leur jeune âge et le manque d’expérience sur le tracé sarthois ont tout simplement effectué un sans faute, une course parfaite. Ils ont respecté à la lettre le planning de course fixé. Il était tout simplement impossible de faire mieux compte tenu que nous ne disposons pas des évolutions moteur et aéro réservées aux Corvette usine et non disponibles à la vente pour des teams privés. Je tiens à féliciter tout le staff technique pour l’admirable préparation des deux voitures. Je souhaite également féliciter l’équipe belge DKR Engineering venue prêter main forte pour l’occasion ainsi que Pratt & Miller et Katech pour leur aide technique. Un grand merci à nos partenaires comme le Conseil Général de la Sarthe ou encore Dunlop qui nous soutient
techniquement et avec qui nous avons développé des pneus très performants et endurants. Enfin, merci à l’ACO qui cette année encore nous avait renouvelé sa confiance».

Quant aux pilotes, eux aussi étaient très satisfaits. Tout d’abord de finir les 24 Heures et bien sur ensuite de grimper sur la seconde marche du podium

Comme nous le raconte le Lavallois, Yann Clairay  qui avait déjà gouté à l’épreuve mancelle il y a deux ans avec la Courage du Paul Belmondo Racing :

« Tout le monde a réalisé un excellent travail. Après l’amer abandon de la 72 dans la nuit, ce podium est la meilleure des récompenses pour toute l’équipe et nos partenaires. Un grand coup de chapeau à Philippe et au staff DKR Engineering qui n’ont jamais perdu le moral. Je suis également très satisfait de mes deux équipiers « Rookie » qui n’ont commis aucune erreur. Les « anciens » de la 72 nous ont constamment tout au long de la semaine apporté leur expérience, ils méritaient vraiment de figurer à nos côtés sur le podium ».

De son coté, Julien Jousse, poursuivait :

« J’appréhendais énormément le circuit, la voiture (première expérience en GT), le trafic ou encore le pilotage de nuit. Pour me familiariser avec le circuit, je me suis d’ailleurs beaucoup entrainé sur un simulateur Mobsim. La course s’est remarquablement bien déroulée pour nous, nous nous sommes toujours efforcés d’être prudents surtout après l’abandon de la 72. Notre équipage était très homogène et nous n’avons connu aucun ennui mécanique. Je suis très heureux de ce résultat ».

Le mot de la fin, nous le laissons à Xavier Maassen qui lui aussi découvrait Le Mans :

 « Quel début ! C’est juste incroyable de faire un si bon résultat pour une première participation. Durant ces 24 Heures nous n’avons déploré aucun souci mécanique et aucune erreur de pilotage, c’est la preuve d’un travail effectué d’excellente qualité ».

Et comme pour mieux récompenser ce brillant résultat, c’est Julien Jousse qui s’est vu attribuer le ‘’Prix Jean Rondeau ‘’ 2009 !

A 22 ans, le pilote de la N°73 est le lauréat du Prix Jean Rondeau. Ce prix qui porte le nom du célèbre et regretté pilote  – disparu dans une collision avec un train, le 27 décembre 1985 – qui a gagné les 24 Heures du Mans  en 1980 avec une voiture qu’il avait lui-même fabriquée , récompense tous les ans, le meilleur jeune pilote français.

« Pour ma première expérience au Mans, non seulement je termine sur la deuxième marche du podium et en plus de cet excellent résultat je reçois cette récompense qu’est le Prix Jean Rondeau. Bien évidemment je suis extrêmement fier, je ne m’y attendais pas du tout, un grand merci. Ma semaine mancelle ne pouvait pas mieux se dérouler ! »

Expliquait Julien Jousse, en apprenant qu’il allait recevoir cette récompense !

 

Gilles Gaignault

Photos: Gilles Vitry – Patrick Martinoli – Infoscourse

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply