24 Heures du Mans ; Quel avenir pour Le Mans et l’endurance ?

 L’Armada Peugeot se devoile mardi 9 juin 2009, Place des Jacobins

Alors que Peugeot n’a pas raté ‘’ la course ‘’ qu’il fallait gagner en remportant ce dimanche les 77éme 24 Heures du Mans, en mettant l’inamovible écurie Audi, pourtant victorieuse depuis 2000, la grande et belle équipe Audi, KO !

Jamais au cours de ces 24 Heures 2009, aucune des trois  nouvelles Audi R15 n’a semblé, n’a paru capable de prendre l’avantage et de repousser les 908 Peugeot derrière elles !

A aucun moment, cela n’a été possible…N’a été envisageable !

Bie au contraire dés le départ, les Peugeot se sont lancées à fond vers leur objectif maintes fois avoué :

Foncer vers la victoire.

Les deux lionnes en route vers la victoire et la gloire !

Très rapidement, trop rapidement, la messe semblait dite, tant la supériorité affichée par les trois voire quatre bolides ‘’ made in France ‘’ , paraissait flagrante et évidente.

Et sans les inévitables voitures de sécurité, les écarts auraient été encore beaucoup plus importants et beaucoup plus tôt dans la course.

En effet à chacune des sorties des voitures de sécurité, les écarts avoisinaient un tour. Du coup lorsque la course était relancée, les Audi se trouvaient juste derrière les lionnes… Lesquelles reprenaient alors leur fuite en avant !

Finalement,au vu des premières heures de course et de l’exceptionnelle préparation de l’épreuve mancelle, l’équipe Peugeot a gagné et à rempli sa mission, laquelle était cette année de triompher aux 24 Heures du Mans.

Et de battre enfin après deux tentatives ratées en 2007 et 2008, l’adversaire, l’immense équipe Allemande Audi, avantagée par une bonne dizaine d’années d’expérience des courses d’endurance et des 24 Heures du Mans.

C’était la mission fixée par la direction générale d’Automobiles Peugeot. Et le droit à l’erreur était cette année interdit !

D’ou la joie de Christian Peugeot à l’arrivée !

Mais l’opération n’était pas si évidente car devancer une telle écurie au palmarès exceptionnel était loin, très loin d’être évident.

D’ailleurs depuis le retour de Peugeot, lors de toutes les confrontations importantes, c’est toujours la firme aux anneaux qui l’avait emporté !

Aux 24 Heures du Mans 2008 notamment car en 2007, les 908 débitaient et débarquaient sur les pistes d’endurance. Par conséquent, il s’agissait d’une première saison de découverte et d’apprentissage, après prés de quinze ans d’absence, le dernier succès de Peugeot au Mans ,remontant au 20 juin 1993 !

Dans le Championnat LMS 2008 ou Audi triomphait lors de la dernière manche à Silverstone, remportant le titre avec son tandem franco Allemand, Premat –Rockenfeller

Au Petit Le Mans à Atlanta à l’automne 2008

Et tout récemment ,le 18 mars 2009 aux 12 Heures de Sebring ou la toute nouvelle Audi R15 l’avait emporté, débutant ainsi sa carrière par une victoire, battant déjà les 908!

Alors, c’est dire si la mission était…. INGRATE

Bref, la partie était donc loin d’être gagnée c’est le moins que l’on puisse dire…

 

Finalement  les  trois 908 Peugeot sont à l’arrivée et obtiennent un mérité doublé. Peugeot a triomphé et gagné son pourtant difficile pari !

Et maintenant quelle va être la suite ?

Au cours de sa conférence de presse vendredi dernier, Olivier Quesnel, le Directeur de l’équipe Peugeot sport qui réussit aussi en Rallye ou il  chapeaute également l’équipe Citroën WRC avec son ‘’diamant’’ Sébastien Loebn a annoncé la suite du programme sportif 2009 et ce avant même de connaître le résultat du Mans !!!

Preuve que Peugeot comptait bien poursuivre l’aventure après avoir … gagné les 24 Heures

Début aout, l’équipe Peugeot s’alignera au départ des 1000 km de l’Algarve à Portimao au Portugal, troisième manche de la série LMS (Le Mans Séries 2009). Ensuite à la rentrée les 908 refranchiront l’Atlantique pour disputer de nouveau l’épreuve de Petit Le Mans à Atlanta avant d’être engagées ensuite en ALMS dans l’épreuve prévue à Laguna Seca prés de Monterey au sud de San Francisco.

Ensuite pour ce qui concerne l’avenir, il va falloir attendre le résultat de la réunion  prévue avant la fin juin qu’organisera l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) et qualifiée de capitale par tous les protagonistes !

Qu’il s’agisse des usines comme Audi et Peugeot ou bien des grandes équipes privées comme Pescarolo et Oreca

Au Mans, tout  ce petit monde râlait et cela a même poussé Olivier Quesnel à déposer une réclamation sur la conformité des Audi R15 ! De son côté, Hugues de Chaunac pestait contre les Lola Aston Martin, estimant à juste titre que leur moteur n’était pas celui qui correspond à la fiche d’homologation FIA Chez Aston au Mans on avait adapté une injection laquelle ne figure pas sur le moteur homologué FIA – !!

Bref, il est grand temps que tous les protagonistes discutent autour d’une table dans la sérénité et parviennent à un accord.

L’endurance à tout à y gagner, surtout en ces heures ou la F1, est gangrénée et minée par les polémiques permanentes qui empoisonnent l’avenir même des Grands Prix….

Mais elle peut elle aussi tout perdre à contrarier les actuels intervenants et participants à cette fabuleuse discipline qu’est l’endurance.

Il fallait être au Mans pour humer cette atmosphère unique, pour découvrir cette foule immense de passionnés qui a une fois encore dépassée les 250.000 spectateurs.

MELANT PILOTES – INGENIEURS – SPONSORS, AVEC LE PUBLIC RAVI DE L’AUBAINE …  ANNUELLE !!!!!

Bref, l’endurance doit au plus vite retrouver tout son lustre d’antan et attirer de nouveaux grands constructeurs et ce après avoir convaincu ceux qui y sont déjà d’y demeurer !

L’Endurance peut et doit avoir un avenir radieux. C’est une évidence.

Elle a déjà deux défenseurs de très grande qualité avec les deux patrons des Teams Audi et Peugeot. Ces deux la sont devenus des Amoureux fous des 24 Heures du Mans. Surtout Quesnel qui découvrait Le Mans.

Et qui en a pris  » Plein les yeux, plein le coeur  »

Olivier Quesnel pour la maison Peugeot et son homologue Allemand pour la firme Audi, le très apprécié Dr Wolfgang Ullrich, peuvent  tous les deux par leur présence faire franchir un nouveau cap au monde de l’endurance, au cours des prochaines semaines.

Comme le répétaient inlassablement pratiquement tout ce que l’endurance et Le Mans comptent de spécialistes, ces deux hommes, Olivier Quesnel et Wolfgang Ullrich sont aussi professionnels et exigeants que l’ACO (Automobile Club de l’Ouest), une simple association à but non lucratif, peut trop souvent sembler… franchement amateur !  Et ce alors que ce club organise la plus belle la plus grande course du monde…

La polémique qui a pourri les premiers jours de la grande semaine du Mans et concernant la réclamation – justifiée selon une très grande majorité de spécialistes –  déposée par Peugeot contre Audi et ce à cause de la conformité de la R15, a parfaitement illustré ce décalage énorme qui existe entre les acteurs et l’organisateur.

Olivier Quesnel n’a pourtant pas arrêté,  jour après jour de lâcher :

«Le Mans est une épreuve  magique, exceptionnelle. Nous désirons y revenir en 2010 mais il nous faut un règlement clair »

Wolfgang Ullrich pour Audi dit lui , dans un parfait Français, rigoureusement la même chose :

« Le Mans c’est  vraiment ce qu’il y a de mieux en sport automobile, l’équivalent de toute une saison de F1 en 24 heures, avec le même moteur »

Mais pour revenir et poursuivre leur aventure Sarthoise, les deux hommes ont tous les deux besoin  d’y voir clair et de disposer d’une visibilité  sur le futur règlement que l’ACO doit au plus vite présenter et dévoiler  pour les années à venir.

Sans cela, il leur est impossible de se présenter devant leurs conseils d’administration respectifs  pour défendre  les budgets nécessaires à la poursuite de programmes et au lancement des nouveaux bolides pour la tranche 2011 – 2015

Et les deux patrons, le vainqueur comme le vaincu, attendent donc au plus vite d’être fixés !

Les maisons Audi et Peugeot investissent des moyens considérables mais bien plus acceptables que ceux d’une saison de F1

 Mais comme le disait Hugues de Chaunac, patron de la structure ORECA, lui aussi irrité

« Outre le règlement, il nous faut aussi également un calendrier ‘’haut de gamme’’, pour que les retombées sur ces investissements lourds ne dépendent pas que d’une seule course, fut-elle la plus grande du monde comme le sont les 24 Heures.  »

C’est la grande idée soulevée par Olivier Quesnel, vendredi dernier lors de sa conférence au Mans. Mettre sur pied une sorte de Coupe du Monde d’Endurance avec deux courses de  24 heures, dont celle du Mans, et deux courses de 12 heures, dont celle de Sebring  (Etats-Unis) et une aussi en Amérique du sud , soit au Brésil soit en Argentine. Mais il souhaite aussi voir une épreuve en Asie, en Chine ou au Japon et ce pour d’évidentes raisons commerciales …

 

Actuellement,  l’endurance repose essentiellement sur les 24 Heures du Mans, l’épreuve Reine, la Cathédrale. Il y a ensuite les séries Le Mans (LMS) avec cinq courses en Europe, l’ALMS  avec dix épreuves en Amérique.

Et trés prochainement dés l’automne prochain  les ASLM (Asian Séries Le Mans) verront le jour en Asie : Deux week-ends et quatre courses.

Olivier Quesnel espère lui attirer de nouveaux grands constructeurs en endurance

Ce futur calendrier pourrait effectivement séduire les grands constructeurs, comme Toyota, Fiat la maison mère de Ferrari et même pourquoi pas  Renault !

Autant de géants de l’automobile qui s’interrogent sur leur engagement futur en F1 sur fond de conflit  et autres polémiques permanentes avec la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile)

A  ce sujet, la présence au Mans  – ou il était venu donner le départ pour honorer le soixantième anniversaire de la toute première victoire de Ferrari le 26 juin 1949 – de Lucas Cordero di Montezemolo, entouré de tous les principaux dirigeants de Ferrari est significative. Evidemment questionné et interrogé sur l‘éventuelle venue de Ferrari, le Président Montezemolo, un grand diplomate a répondu par des pirouettes et images mais il ne s’est pas dérobé :

« Nous sommes venus voir la course, mais aussi les voitures et le règlement. Cela fait trop longtemps que Ferrari n’a pas gagné au Mans, depuis 1965 avec Jochen Rindt et Masten Gregory. Selon que nous parviendrons à résoudre notre conflit en F1, ce que je souhaite en priorité, ou  bien à créer un autre championnat, Le Mans pourrait  véritablement nous intéresser… comme troisième option. Avec un moteur diesel comme certains ? Non. Trois fois non ! Avec un moteur hybride, pourquoi pas ?   »

Si d’autres grands constructeurs ne viennent pas en endurance y rejoindre Audi et Peugeot, cette discipline demeurera très difficile à vendre aux media et notamment aux télévisions.

Lesquelles exception du Mans, s’intéressent peu ou pas aux courses d’endurance.

D’autre part, si d’aventure comme le laisse entendre la rumeur des paddocks, de grands noms venaient courir en endurance et au Mans, cela changerait inévitablement la donne…

Des pilotes aux noms magiques comme Sébastien Loeb ou Michaël Schumacher sans oublier Fernando Alonso.

Autant de Champions qui ont tout dernièrement laissés entendre qu’ils pourraient se laisser séduire et tenter par Le Mans..

Mais comme on ne débute pas par les 24 Heures, inévitablement ces ‘’ icones ‘’ passeraient au préalable par les épreuves moins réputées de la série LMS, par exemple afin de bien se mettre en main, leurs montures respectives.

On retrouverait alors nouveau  ‘’l’âge d’or ‘’de l’endurance.  L’époque ou tous les plus grands pilotes s’affrontaient chaque week-end sur toutes les pistes du Monde.

Un dimanche en F1, le suivant en F2 et le troisième en endurance

Imaginez un plateau avec des Audi, des Peugeot, des Ferrari, des Renault, des Porsche, des Toyota, des Aston Martin, des Nissan et pourquoi pas des Jaguar

Cela aurait de la gueule…

Ce n’est plus du domaine du rêve, avec l’actualité et les conflits qui agitent le milieu des GP de F1, cela redevient tout à fait possible et envisageable.

Peut-être pas à court terme – 2010 – mais à moyen terme

 

Gilles Gaignault

Photos: Patrick Martinoli – Philippe Janot – Bernard Bakalian – Bernard Asset

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply