24 Heures du Mans : Peugeot en route vers la gloire… Chemin de croix pour Audi !

 

Peugeot qui rit. Audi qui pleure…

Ce qui faisait dire à Jean Philippe Colin, directeur général d’Automobiles Peugeot :

«  Peugeot se défend comme un lion  »

A la mi-course, en cette nuit mancelle de samedi à dimanche, c’est bien une 908 HDi FAP qui mène les 77émes 24 Heures du Mans.

En effet, constamment au commandement depuis le départ de l’épreuve donné hier samedi à 15 Heures par le Président de Ferrari, Lucas Cordero di Montezemolo, une 908 HDi FAP Peugeot a effectivement en permanence et constamment occupé le commandement de la course.

Ce fut tout d’abord la numéro 8, celle de l’équipage des Français Sarrazin -Montagny –Bourdais, auteur de la pole qui après s’être élancée en tête, occupa d’abord le commandement avant de devoir céder sa place suite à une poussette de Sébastien Bourdais sur une Porsche qui le contraignait à changer de capot, cédant ainsi sa place à la numéro 9, confiée au trio étranger Wurz – Géne – Brabham.

Laquelle a la mi-course continue de dominer l’épreuve et de caracoler en tête avec un tour d’avance sur la seconde Peugeot, cette numéro 8 rapidement revenue au milieu de la nuit en seconde position.

 

Deux 908 HDi FAP  devant, quid des Audi ?

Eh bien la firme d’Ingolstadt, inamovible lauréate depuis des années –  elle a obtenue huit succès depuis 2000  laissant  en 2003 la victoire à sa cousine Bentley – a connu un véritable calvaire vivant rapidement un chemin de croix en perdant deux de ses voitures.

Tant et si bien qu’à trois heures du matin on retrouve donc …deux Peugeot aux deux premières places !

 

Une seule Audi, la numéro 1 en pleine bagarre pour la seconde place est encore dans la course pur espérer poursuivre la fabuleuse moisson des bolides Allemands, déjà huit fois victorieux au Mans. Mais franchement au vu de premières heures de course la parie cette année s’annonce sérieusement compromise et la bagarre pour une nouvelle victoire des plus aléatoires !

Car la numéro 1 est seule à la lutte face aux … quatre Peugeot. Par conséquent, il lui sera difficile de pousser les voitures Françaises à leur maximum.

Le patron d’Audi, le Dr Wolfgang Ulrich ne peut plus se permettre l’attaque à outrance au risque de perdre sa troisième et ultime carte !

 Les deux autres Audi R15 ont il faut le dire disparues du haut du classement. La numéro 2, à la suite d’une très violente sortie de route de Lucas Luhr très tôt, trop tôt en début d’épreuve qui l’a contraint à l’abandon, le bolide étant pulvérisé dans le choc contre les ails. La numéro 3, celle ou on trouvait les deux Français Alex Prat et Romain Dumas associé à Timo Bernhard étant elle aussi hélas  hors jeu pour la victoire, irrémédiablement condamnée à faire de la figuration dés le départ !

Effectivement Alex Prémat, alors au volant au cours des premiers tours se sortait dans les S d’Arnage, ruinant ainsi lui aussi trop vite les espoirs de la firme d ‘Ingostadt.

Avant qu’une longue succession ensuite de multiples arrêts ne condamne irrémédiablement cette voiture à tenter une impossible remontée, navigant à plus de vingt tours de la voiture leader.

Quant à la troisième 908 HDi FAP et à la Peugeot Pescarolo, ces deux voitures  incroyablement se télescopaient dans les stands, en tout début de course lors du premier relais ravitaillement ! Alors que la 908 numéro 7 quittait son stand, la Peugeot Pesca numéro 17 qui elle rejoignait le sien juste a cote de celui de sa ‘’ cousine ‘’ la heurtait lui cisaillant ainsi bêtement le pneumatique arrière gauche.

La sanction était immédiate….

Si la Pesca ne souffrait que de peu de dommages de carrosserie, il n’en était pas de même pour la Peugeot ‘’ usine ‘’

Blessée, cette numéro 7 allait devoir effectuer un tour complet au ralenti, le pneu se déchiquetant au fil des secondes … et des kilomètres  pourtant avalés lentement pour éviter le pire !!!

 Elle parvenait par miracle à revenir à son stand oui miraculeusement car elle finissait son tour, sur la jante….

De quoi donner des sueurs froides au staff Peugeot !

Elle allait  cependant toutefois plonger dans les profondeurs du classement mais ses pilotes qui cravachaient parvenaient  à regagner place des sueurs place, pour rentrer dans le Top 10 peu avant la mi course. Réintégrant la course dans la course

A la mi course, les positions étaient donc les suivantes :

En tête, la Peugeot numéro 9 suivi a un tour de la Peugeot numéro 8. Elle-même suivie dans le même tour par l’unique Audi rescapée, la numéro 1.  Des vainqueurs 2008 : Kristensen – Capello -McNich

On trouvait enduite la Peugeot – Pescarolo à trois tours, la première des Lola Aston Martin. Et les deux bonnes ‘’ vieilles ‘’ Audi R10 les gagnantes des trois dernières éditions dorénavant engagées par un Team Privé, celui de Colin Kolles.

Comme on le voit, la victoire parait devoir enfin se dessiner et sourire à Peugeot.

Mais Le Mans reste Le Mans avec cette terrible gestion du trafic, fatal à plusieurs voitures comme la Corvette numéro 72 du Team Alphand.

Laquelle alors qu’elle était pilotée par le rapide et chevronné Patrice Goueslard se faisait littéralement pousser par le pilote de la Lola Aston Martin, numéro OO8, à très haute vitesse au Tertre Rouge. La Corvette filait alors vers le rail qu’elle tapait violemment. 

La sanction infligée lors à l’Aston était de … quatre minutes d’immobilisation devant la direction de ourse , moteur arrété.

Pas  »cher payé  » quand on a vu l’épave de la Corvette !!  La facture elle sera autrement plus … salée !

Hélas…

Et ce d’autant plus que cette même Aston, numéro 008 avait déja … heurté violemment la Radical un peu plus tôt, l’envoyant … baldinguer dans le rail, à la hauteur de l’entrée de la piste de décélération !!!

Ou elle aussi avait terminée ses 24 Heures…

Gilles Gaignault
Photos : Philippe Janot – Patrick Martinoli – Infoscourse

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply