La grande foire des 24 Heures du Mans

 

Alors que le paddock résonne des critiques formulées à l’encontre de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest ) renommée par certains confrères comme Jean François Meunier de La Montagne à Clermont Ferrand …


Audi Club de l’Ouest !

 

Notre autre confrère, le très sérieux et très populaire quotidien Ouest Francele journal le plus vendu en France – a publié ce jour un excellent papier, sous la plume de Stéphane Bois et donc intitulé


 ‘’ La grande foire des 24 Heures du Mans ‘

Que nous reproduisons avec l’autorisation de son auteur, tant ce brillant article résume parfaitement l’état d’esprit général entourant la délicate actuelle situation dans laquelle se retrouve la prestigieuse course mancelle.

«  Les dirigeants de l’ACO le clament haut et fort : L’endurance avait cette qualité de se tenir loin des débats houleux et mouvementés de la Formule 1. Au jour d’aujourd’hui, au lendemain des vérifications techniques, les 24 Heures du Mans ont des allures d’un mauvais épisode de Dallas.

Avec ces petits arrangements entre amis, ces atermoiements, ces déclarations tonitruantes. La visibilité que se faisait fort de mettre en avant l’ ACO a volé en éclats.

Les tensions nées d’incompréhensions d’interprétations et de tergiversations ont éclatées au grand jour.

Et la 77éme édition des 24 Heures du Mans de devenir une grande foire d’empoigne.

L’endurance est tout simplement arrivée au paroxysme de son évolution. Dans le passé, elle a fait la part belle à l’aventure humaine et technologique. Aujourd’hui elle est le théâtre d’une bataille juridique et technique sur l’interprétation d’un règlement conçu par des hommes compétents sans doute dépassés par la réalité, par les enjeux de toutes sortes qui tapissent le monde du sport automobile du XXI éme siècle.

C’est le final de ce mélodrame qui se joue actuellement. Rien d’autre.

Les limites d’une  association centenaire – l’ACO – prise de vitesse par ‘’ sa ‘’ course dans une époque ou tout est analysé, décortiqué à la mesure de l’investissement humain et financier consenti par les acteurs du spectacle.

Les 24 Heures du Mans sont dans une impasse.

Faute d’avoir mué, elles s’exposent à une révolution douloureuse.

Dans des temps troublés sur le plan économique, l’endurance avait les moyens d’offrir des garanties.

La preuve. 55 voitures seront au départ samedi.

Combien la saison prochaine ?

Finalement, l’endurance n’aura pas échappée aux dérives de sa cousine, la Formule 1.

Peut –être que dimanche le vainqueur se verra retirer son Trophée dans un prétoire de tribunal…

Stéphane Bois (Ouest France)

La messe est dite !

Qu’ajouter à cet excellent réquisitoire…

Cela fait beaucoup, fait désordre…

Il faut reconnaitre que le circuit est recouvert de pubs … Audi, que toutes les voitures de sécurité, les fameuses  » Safety cars  » sont des … Audi, que plusieurs voitures des dirigeants de l’ACO sont des … Audi et que le Musée du Mans tout récemment rénové vient de recevoir une … Audi !!! 

On ne peut s’empêcher comme le souligne l’ami Meunier, une main mise du constructeur Allemand.

iL FAUDRAIT ETRE….  Aveugle !  pour prétendre le contraire…

Comment ne pas y voir un encerclement par la marque aux anneaux !!!

L’équipe Peugeot a soulevée un … liévre en déclarant – avec vérité selon de trés nombreux ingénieurs consultés – que la dernière née des Audi, la R15 n’est pas conforme car elle bénéficiérait d’ un effet de sol dissimulé, ce qui est rigoureusement prohibé et interdit par le réglement de l’ACO, que le paddock commence à nommer  comme La Montagne :

  » Audi Club de l’Ouest  » !

Pour en revenir aux fameuses voitures de sécurité, Il existe suffisament de marques automobiles pour ne pas prendre même avec un vrai contrat des voitures de sécurité aux couleurs d’un concurrent ! 

Simple question d’éthique et de bon sens…

Il existe suffisament de marques d’automobiles pour que l’ACO les utilise en voitures de sécurité

Quand on sait aprés enquéte que l’ACO a tout de même réglé pour l’exercice 2008…  UN MILLION d’EURO aux impots !!!! 

Cela laissait de quoi – si l’on oubli un accord avec un autre constructeur non engagé et non présent dans la course– s’offrir au minimum… quelques simples  » voitures de sécurité  »…sans ouvrir la porte aux spéculations et autres polémiques

On éviterait ainsi de supposer un … parti pris !

N’e déplaise à certains…

Gilles GaignaulT

Photos : Philippe Janot – Patrick Martinoli – Infoscourse

 

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply