24 Heures du Mans : La polémique enfle

 

Le temps est pourri depuis l’ouverture du pesage Lundi. Mais l’ambiance  qui entoure ces 24 Heure du Mans est hélas tout aussi pourrie…

Olivier Quesnel, comme il l’avait laissé entendre au pesage Place des Jacobins a finalement bien déposé une réclamation

De ce fait à cause de ce que l’on appelle ‘’ L’affaire Audi ‘’ les 24 Heures du Mans débutent dans un climat délétère et détestable plein de sous entendus et de suspicion…  à propos de la conformité et de la légalité de la nouvelle Audi R15 !

Le paddock du Mans se retrouve sous une certaine tension et la polémique enfle…

A force de râler, Olivier Quesnel est enfin passé à l’acte.

Il a officiellement  déposé mercredi 10 juin à 10H35 une réclamation au nom du Team Peugeot conformément à l’article 29.2 du règlement particulier des 24 Heures du Mans auto 2009.

 

Une réclamation contre le concurrent Audi auprès du directeur de course – Daniel Poissenot – et du Président du collège des commissaires sportifs des 24 Heures du Mans – Jacques Olivier  – en raison de la non-conformité des trois prototypes Audi avec le règlement technique ACO 2009

Il apparat en effet que deux éléments de l’Audi R15 telle qu’elle a été présentée aux vérifications techniques des 24 Heures du Mans le 8 juin 2009 ne sont pas conformes à l’article 3.6.2  du règlement technique en vigueur :

-Le flap qui joint les deux ailes avant
-Les appendices fixés à la face interne des ailes avant

Ces appendices et flap sont des éléments de carrosserie dont la seule fonction est de générer de l’appui. Ces éléments de carrosserie sont considérés comme des éléments aérodynamiques. Ne figurant pas dans la liste des éléments aérodynamiques autorisés au § 3.6.2, ils sont donc interdits

Certains points de cette non-conformité avaient déjà été signalés à l’ACO en mars dernier lors de ‘épreuve ALMS  des 12 Heures de Sebring.

«  A cette époque notre dossier de réclamation était  déjà prêt mais l’Automobile Club de l’Ouest s’était engagé à faire le nécessaire d’ici l’épreuve mancelle  »

C’est ce que nous a révélé Olivier Quesnel, le boss des Lionnes

Et celui qui découvre Le Mans étant également le patron du Team Citroen en Championnat du Monde des Rallyes WRC d’ajouter :

«  J’insiste sur le fait que notre démarche est constructive et non agressive. Elle a pour but de clarifier une situation floue et d’obtenir un règlement clair et précis afin de préparer l’avenir. Tous les concurrents ont besoin d’une réglementation stable et ferme pour tous avec un pouvoir fort qui tranche. Nous irons jusqu’au bout de notre démarche non pas pour affaiblir l’endurance mais la rendre plus forte. Si notre réclamation est rejetée par le collège des commissaires sportifs nous ferons appel de la décision auprès de la FIA, instance suprême ‘ »

Et Olivier Quesnel de conclure :

«  Maintenant que cette procédure est engagée toutes nos énergies se concentrent sur notre objectif prioritaire 2009 :

Tenter de gagner les 24 Heures du Mans. Place donc à la course.

ORECA RALE AUSSI

Si Peugeot grogne et sort ses griffes, l’équipe Française n’est pas la seule !

En effet à peine connu la réclamation de Peugeot, c’était au tour du boss de l’écurie Oreca de se manifester et de montrer son mécontentement…

Et ce parce que les moteurs des trois Lola Aston Martin ne seraient eux non plus pas ou plutôt plus conformes !!!

Hugues de Chaunac ne cache donc pas sa réelle irritation. Trop de problèmes avec le règlement et surtout trop de marge laisse à l’interprétation. Trop d’inflexions et d modifications de dernière minute…

Effectivement outre la question Peugeot oudi un autre lièvre a été découvert !

Le moteur qui équipe les Aston Martin se retrouve dans le collimateur.

Et Hugues de Chaunac, très remonté et en colère lui aussi contre l’ACO enfonce également le clou :

«  Une sérieuse reprise en main st absolument nécessaire .Elle doit être forte rigoureuse et technique. Le règlement  doit être écrit par des techniciens et des ingénieurs. Les 24 Heures du Mans, c’est une finale de Coupe du Monde de Football. On ne confie pas l’arbitrage à des arbitres de divisons nationale ou de deuxième division. Ici, nous avons besoin d’un arbitrage technique capable d’anticiper les interprétations et de mettre le point final. Avec l’ACO, il n’y a jamais de réponses claires. Cela crée du ressentiment. Faites le tour des écuries : personne n’est content ! Cela prouve bien qu’il y a un réel problème. On ne peut poursuivre et continuer ainsi dans le flou, dans l’interprétation permanente. Cette situation pourrait entraîner le retrait de certains concurrents des l’an prochain »

Il nous faut tout de même après enquête apporter notre pierre à l édifice et dévoiler quelques decouvertes.

Ainsi nous avons appris que si le groupe technique de l’ACO  a bien consulté des ingénieurs de talent, chevronnés et respectés et les a rémunéré pour ce job , les deux experts en l’occurrence Gordon Murray et Bernard Dudot ont laissés entendre que leurs avis n’avaient pas été pris en compte.

D’autre part selon les nombreux ingénieurs qui officient au sein de Teams inscrits aux 24 Heures, le comité technique de l’ACO serait exception faite des ‘’ anciens ‘’ mais légèrement bordurés…  composé d’un ‘’ épicier ‘’ , d’un ‘’ ophtalmo’’, d’un   » industriel  » officiant dans le secteur du bâtiment, d’un ‘’ assureur ‘ !!

Bref un groupe vraiment très pro, trop pro, performant et visiblement très au fait de la technique…

Franchement cela laisse pantois !!

Toujours est t’il que la rébellion de Peugeot et d’ Oreca semble parfaitement justifiée.

Pour en revenir aux Lola Aston Marin, leur moteurs avec l’injection ne serait donc plus un moteur de série…

Par conséquent la bride ne serait plus celle qui convient !

D’ou le courroux d’Hugues de Chaunac

Gilles Gaignault

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply