Grand Prix de France F1 : L’opinion de Bruno David*

 

Bruno David qui évolue dans le monde automobile depuis plusieurs décennies nous a fait parvenir une note au sujet du Grand Prix de France de F1.

« Les propos de Monsieur Barbaroux au sujet du Grand Prix de France dans Auto Hebdo du 27 mai sont étonnants. En effet, pourquoi l’État devrait-il s’engager pour la création d’un circuit de F1, pourquoi y aurait-il injonction au gouvernement « de se déterminer d’ici à la fin du mois ? » (sic)

En effet, il faudrait rappeler que pour organiser un GP de F1, il est nécessaire de répondre à trois demandes claires qui sont les suivantes : une compétence sportive, un circuit et un promoteur.

En France, les compétences sportives ne sont pas contestées, ensuite il existe trois circuits qui pourraient, au moyen d’aménagements certes importants, accueillir la F1:

Magny-Cours, Le Mans et Le Castellet.

Les budgets de restructuration seraient de toute façon extrêmement loin des coûts de création d’un nouveau circuit à partir d’une page blanche. Encore faudrait-il que les propriétaires de ces circuits trouvent un intérêt économique pour se lancer dans l’opération.

Quant à la question du promoteur, qui est totalement indépendante du circuit, elle consiste à trouver une entreprise qui devra prendre le risque financier (quel que soit le circuit) à hauteur de 20 à 25 M d’euros. Or tout calcul simple, eu égard aux contrats avec la FOM, montre qu’aucune perspective de rentabilité n’est avérée.

Alors en quoi l’Etat, dans une période de crise profonde qui détermine, de fait, d’autres priorités, devrait-il répondre à cette attente ?

Enfin, il ne faut pas oublier que c’est la Fédération Française qui, déjà en l’absence de candidats, s’était attribué le rôle de promoteur du GP de France et c’est elle-même qui a renoncé à l’organisation de celui-ci, devant les coûts exigés et les caprices de son organisateur qui n’aime pas la campagne !

Pourquoi les organisateurs potentiels, les détenteurs de circuits devraient-ils organiser des GP de F1 à perte ? Pourquoi l’Etat devrait-il participer de près, ou de loin, à ces pertes ? Autrement dit pourquoi ce sport doit-il appauvrir les uns pour enrichir les autres ?

La formule 1 tient à réglementer les coûts des teams, pourquoi pas, mais va-t-elle, dans le même sens diminuer drastiquement le coût du plateau.

Voilà une piste pour tenter d’optimiser l’organisation d’un GP de F1 au profit de tous les protagonistes : concurrents, promoteurs, circuits et…spectateurs !

On ne peut plus rêver, ça ne pourra marcher que comme ça. »

Bruno DAVID
Consultant.
Ancien directeur de la société d’économie mixte de gestion des 24H du Mans

Qu’il nous soit permis d’ajouter que tout récemment,  Jacky Lorenzetti, Président fondateur du réputé Groupe immobilier Foncia et à la tête d’Ovalto investissements et de la Foncière Terreis et également propriétaire du non moins célèbre club de rugby, Racing Métro 92 et qui rêve d’un grand stade pour y établir son club, lequel vient il y a tout juste dix jours de remonter dans l’élite, en accédant pour la saison prochaine au prestigieux ‘’Top 14 ‘’  voit loin pour le club rugbystique et a déclaré à ce sujet :

« Pour bâtir ce stade d’une contenance de 40000 places à Nanterre d’ici à 2011, le projet d’environ 180 millions d’€ sera entièrement financé par un pool d’investisseurs privés. Ca ne coûtera rien à l’état »

Vola un bon exemple en tant de crise d’un bâtisseur responsable de ses actes et désirs !

Gilles Gaignault

Sport

About Author

admin

Leave a Reply