24 Heures du Mans : 24 bonnes raisons d’y assister … 24 bonnes raisons d’y aller !

 
 

Sur les 82 demandes d’engagements aux 24 Heures du Mans 2009 reçues par l’ACO, il reste 55 voitures sélectionnées, parmi lesquelles pléthore de candidates à la victoire, au classement général et dans chaque catégorie :

20 LM P1 – 12 LM P2 – 6 LM GT1 et 17 LM GT2.

Un spectacle à ne surtout pas manquer… et avec de bonnes raisons ! 
 
 


# 1 – Voir Peugeot réaliser son rêve : gagner Le Mans avec la 908 !
Second en 2007 et 2008, la marque au lion veut sa victoire en diesel après deux en essence (1992 et 1993 avec la 905). Les moyens sont considérables : 3 prototypes LM P1 908 HDi FAP confiés à des pilotes de talent : Sébastien Bourdais – David Brabham – Marc Gené, Christian Klien – Pedro Lamy- Nicolas Minassian et Franck Montagny- Stéphane Sarrazin et Alexander Wurz. Et pour la première fois, Peugeot Sport confie une quatrième voiture à un Team privé, connu pour être un ex-opposant au diesel mais néanmoins une indissociable légende du Mans, à savoir Pescarolo Sport (lire ci-dessous). Mais une armada de 3+1 Peugeot sera-t-elle suffisante pour faire barrage aux Audi, entre autres ?

# 2 – Voir Audi égaler Ferrari
Audi innove en 2009 avec une R15 TDI aux lignes surprenantes… et signe une victoire à Sebring dès sa première course ! La machine à gagner qu’était la R10 est  aujourd’hui devenue… R15 : empattement plus long, moteur en V raccourci de 12 à 10 cylindres et aérodynamique à faire jaser… L’ambition d’Audi est de rejoindre Ferrari au palmarès des vainqueurs avec une… 9e victoire. Les trois R15 d’Audi Sport Team Joest seront pilotées par Timo Bernhard- Dindo Capello – Romain Dumas, Tom Kristensen- Lucas Luhr- Allan McNish et Alexandre Prémat – Mike Rockenfeller – Marco Werner. Un Team de choc « épaulé » par deux R10 TDI, confiées au Team privé, Kolles, pour barrer la route des Peugeot, là aussi, entre autres…

# 3 – Ecrire la suite de l’histoire d’Aston Martin au Mans
Après ses succès de 2007 et 2008, Aston Martin quitte cette année la catégorie LM GT1 et s’engage officiellement en LM P1 avec trois inédits prototypes essence à châssis Lola. En plus de la 008, les n°007 et 009 aux couleurs bleu et orange de Gulf ne vont pas passer
inaperçus, d’autant que leur première course aux 1000 km de Barcelone en avril dernier s’est soldée par une victoire… en l’absence il est vrai, d’Audi et Peugeot. Mais Le Mans, c’est cinq fois plus long, et la puissance du V12 Aston Martin devra aller de pair avec la fiabilité pour espérer bousculer les diesel. Un défi énorme porté par l’histoire d’Aston Martin au Mans : En 1959, il y a tout juste  50 ans, Aston Martin s’est octroyé un doublé retentissant devant … quatre Ferrari, pourtant données comme grandissimes favorites ! Alors, l’histoire se répétera t’elle ?

# 4 – Soutenir le défi de Pescarolo Sport
C’est la surprise de la catégorie LM P1 : Pescarolo Sport va faire rouler sous ses propres couleurs (vertes) une Peugeot 908 HDi FAP avec le fameux N°17. Même si le diesel n’a pas toujours été en odeur de sainteté dans le Team, nul ne peut contester l’immense expérience, et la détermination sans borne de Pescarolo Sport. Donc cette voiture sera toute acquise à la cause de Peugeot et fera tout son possible pour s’intercaler entre les trois Peugeot 908 « d’usine » et les Audi… sans oublier les essence. Un défi formidable pour le recordman de participations au Mans qui, malgré ce « cadeau » de Peugeot, engage tout de même une Pescarolo Judd (n°16) pour dominer la catégorie essence, voire plus…

# 5 – Soutenir les challengers LM P1
Pour gagner au Mans, il faut tenir la distance, s’arrêter le moins possible, ne pas faire de faute, et croire en sa chance. C’est le cas des challengers qui feront leur course sans se soucier du combat des chefs entre les prototypes d’usines. Parmi eux, outre les deux Courage-Oreca n°10 et n°11 disposant d’un important soutien du motoriste japonais AIM, la Pescarolo Judd N°16 et la Lola (voir ci-dessous n°13), citons les Ginetta Zytek du Team LNT (n°6) et Strakka Racing (n°23), la Création Judd (n°4), et la Courage Judd (n°12) engagée par le Team français Signature Plus.

# 6 – Voir Mazda défier Porsche
Superbe plateau en LM P2 : 11 voitures dont 2 Porsche RS Spyder (n°5 pour Navi Team Goh et 31 pour Team Essex). Victorieuses l’an passé en LM P2, elles vont rencontrer une opposition inédite des moteurs Mazda qui s’appuient sur le savoir faire du motoriste AER et qui équipent  quatre châssis : Deux Pescarolo du Oak Racing (ex-Saulnier Racing) n°24 et 35, et deux coupés de RML et KSM, n°39 et 25.

# 7 – Applaudir Senna dans une Courage-Oreca
Bruno Senna, neveu de l’illustre t inoubliable Champion qu’était Ayrton Senna et Vice champion GP2 en 2008, rêve de Formule 1. Nul ne l’ignore, et surtout pas Hugues de Chaunac, patron d’Oreca, qui ne veut pas laisser un tel talent dans l’attente d’un bon volant. D’où la présence du Brésilien dans la Courage-Oreca n°10. Pour cette première, il partagera le volant avec l’excellent pilote « maison » Stéphane Ortelli, et Tiago Monteiro habitué de épreuves du WTCC mais déjà venu par deux fois au Mans.

# 8 – Découvrir la Formula Le Mans
Pour la première fois de son histoire, la FLM (Formula Le Mans) va courir en ouverture des 24 Heures du Mans. Cette formule monotype créée par l’ACO et Oreca aura les honneurs de la piste le samedi 13 juin à 10h30, pour douze tours.

# 9 – Se souvenir des années en 9
Honneur à 2009 pour cette 77e édition des 24 Heures du Mans, avec…. 9 anniversaires à souhaiter : 70 ans pour la dernière victoire Bugatti ; 60 ans pour la renaissance des 24 Heures après la guerre et la 1ère victoire Ferrari. 50 ans pour le succès d’Aston Martin. 40 ans pour la 1ère victoire de Jacky Ickx, pour le dernier départ type « Le Mans », et la dernière victoire d’une Ford GT 40. 20 ans pour la dernière victoire de Mercedes. Et, 10 ans pour l’unique victoire de BMW.

# 10 – Etre fan de Sébastien Bourdais
C’est l’enfant chéri de la Sarthe, né à la clinique du Tertre Rouge 30 ans plus tôt. Engagé dans le Championnat F1 2009 avec l’écurie Toro Rosso, il fait Le Mans pour la huitième fois, et la deuxième au volant d’une Peugeot 908. La victoire aux 24 Heures du Mans serait la réalisation d’un rêve, à partager avec son père (qui a couru… 9 fois l’épreuve), et son fan club.

# 11 – Compter les Lola en course
Avec huit voitures, le constructeur Britannique Lola Cars affiche le plus grand nombre de châssis d’une même marque au départ. En LM P1, trois coupés Aston Martin Racing et AMR Eastern Europe (respectivement n°007, 009, et 008), plus un coupé B 08/80 Speedy Racing Team Sebah (n°13). En LM P2, deux coupés Judd (Racing Box SRL n°30 et Speedy Racing Team Sebah n°33) et deux coupés à moteurs Mazda (RML n°25 et KSM n°39). Une belle présence « concurrencée » par celle des GT2, les plus nombreuses : 10 Ferrari F 430 GT.

# 12 – Saluer un Lord au volant
Ce n’est pas tous les jours qu’un ‘’lord ‘’Britannique affiche sa passion pour la course automobile. Alors saluons l’unique Aston Martin V8 engagée en LM GT2 (n°87) : son pilote propriétaire est Lord Drayson, Ministre de la science et de l’innovation du Royaume-Uni, qui participe cette année à ses toutes premières 24 Heures du Mans. Lequel s’est ‘’ rodé ‘’ lors des deux premières épreuves de la Série LMS (Le Mans Séries)

# 13 – Le 13 au départ
Cette année, le fameux Numéro 13- longtemps attribué au local Yves Courage – au départ sera la Lola Aston Martin du Speedy Racing Team Sebah. Animée par un V12 essence, son objectif est de faire mieux que la Lola Aston Martin de l’an passé (9e). Grâce à son numéro porte-bonheur ?

# 14 – Faire signer un autographe au Docteur Shepherd
C’est le plus « people » des pilotes au départ cette année : l’acteur Patrick Dempsey (alias Dr Shepherd dans la série télévisée Grey’s anatomy) sera au volant de la Ferrari F 430 GT du Team Advanced Engineering (n°81, aux couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque, l’association du Professeur Francne Lecat). Habitué des courses aux USA, il sera un « Rookie » au Mans, et il devra faire au moins dix tours pendant les essais libres du 10 juin pour ajouter son nom à la liste des 277 pilotes déjà confirmés au Mans, avant l’édition 2009.

# 15 – Voir une Lamborghini jouer la trouble-fête
L’Aston Martin DBR9 n°66 du Team Jet Alliance Racing va être bien seule pour renouveler la victoire de 2008 en LM GT1, surtout face aux Corvette C6.R : Deux officielles, du Team Corvette Racing n°63 et 64, et deux pour l’écurie Sarthoise LAA (Luc Alphand Aventures) n°72 et 73. Mais gare à la trouble-fête : Une Lamborghini Murcielago (JLOC n°68) aimerait bien être la première voiture de la marque classée aux 24 Heures, et pourquoi dans le peloton de tête de sa catégorie…

# 16 – Parier sur Porsche ou Ferrari
Intense bagarre en perspective parmi les dix sept LM GT2 : Dix sont des Ferrari F 430 GT, cinq des Porsche 911 GT3 RSR (997), plus une Spyker C8 Laviolette et l’Aston Martin V8 du Drayson Racing. Sans présager du résultat, il est certain que le starter d’honneur soutiendra les Italiennes : Luca Cordero di Montezemolo, Président de Ferrari, donnera en effet effctivment le départ, en hommage à la première victoire de Ferrari aux 24 Heures, le 26 juin 1949.

# 17 – Etre partout grâce aux 12 écrans géants
Pratique, les 12 écrans géants du circuit permettent de suivre les évènements de course (presque) sans changer de place. Unique au monde sur un site de cette dimension.

# 18 – Se balader avec une télé portative
L’art et la manière d’être son propre réalisateur télé, c’est de louer une Kangaroo TV portable sur place. Images de la course, caméras embarquées, commentaires, classements, vous saurez et vous verrez tout !

# 19 – Profiter des aménagements de Beauséjour
Nouveauté 2009 : L’aire d’accueil de Beauséjour se dote d’une surélévation spectateurs qui offre une parfaite vue sur la piste depuis la courbe du Buisson jusqu’au virage Porsche. Accessible par un chemin depuis l’aire, ce talus sera sécurisé par un grillage normalisé suivant les règles FIA.

# 20 – Faire la fête… foraine
Pour un instant frisson, la fête foraine est incontournable au niveau de Maison blanche, avec la grande roue qui offre une vue exceptionnelle de la course… à 40m de hauteur ! Grandiose…

# 21 – Se restaurer sur la terrasse du Welcome avant d’aller aux concerts
Inauguré l’an passé, le Welcome est un immense espace de restauration ouvert au public, avec une vue exceptionnelle sur la piste, à la sortie des stands. Confort et ambiance assurée. Non loin de là, de l’autre côté de la piste, les concerts seront eux aussi incontournables… et gratuits ! : Pep’s et Pascale Picard le mercredi, puis Twisted Wheel, The Stranglers, et R. Jam Music, le samedi (21h, passerelle Dunlop).

# 22 – Assister à la séance d’autographes des pilotes allemands
Grâce au couplage de billetterie entre les 24 heures du Nurbürgring et les 24 Heures du Mans, de nombreuses animations seront organisées à Arnage le vendredi 12 juin de 11h à 16h : exposition de voitures victorieuses aux 24 Heures du Mans, séance d’autographes avec des pilotes allemands présents pour la course, défilé en ville, fanfare bavaroise etc.

Ouverte 7 jours sur 7, dans l’enceinte du Musée des 24 Heures Circuit de la Sarthe, la boutique ACO propose 190 m2 dédiés aux produits officiels 24 Heures du Mans. A voir absolument pour (se) faire des cadeaux…

# 24 – Avoir le plaisir de dire : « quelle course, et en plus, j’y étais ! »

Gilles Gaignault
Photos : Patrick Martinoli – Infoscourse
 
 
Prenez date…

Lundi 8 juin et Mardi 9 juin : Pesage, vérificaions techniques, Place des Jacobins

Mercredi 10 juin
18h/24h, essais libres 24 Heures du Mans.
 
Jeudi 11 juin
19h/21h, et 22h/24h, essais qualificatifs 24 Heures du Mans.
 
Vendredi 12 juin
18h/19h, parade des pilotes (centre ville du Mans).
 
Samedi 13 juin
9h/9h45, warm up ; 13h15/13h45, mise en épi ;
15h, départ de la 77e édition des 24 Heures du Mans.
 
Dimanche 14 juin
15h, arrivée de la 77e édition des 24 Heures du Mans.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply