F1 : Renault et Toyota en partance de la F1

 

Renault et Toyota : à vendre !
 

Après Honda, deux autres constructeurs au moins sont prêts à se désengager du championnat du monde F1.

 
Les soucis de la banque ING ajoutés au manque de résultats du Renault F1 Team mettent sérieusement l’équipe en péril.

Après Honda, deux autres constructeurs au moins sont prêts à se désengager du championnat du monde F1. On ne sait, exactement, quels arguments seront avancés par Toyota et Renault : la réglementation 2010 de la FIA (Fédération internationale de l’automobile) qui va plafonner le budget de chaque écurie à 45 millions d’euros, la crise ou les deux. Ce qui est sûr c’est que les deux équipes sont tournées vers la sortie. Tandis que Brawn GP tient la dragée haute à la paire McLaren-Ferrari depuis le début du championnat 2009, Renault aussi rame sur le sable.

Et Bernie Ecclestone le deus ex machina du Grand F1 circus tire les ficelles, car malgré sa fortune d’ingénieur horspair Ross Brawn n’a jamais été en mesure d’acquérir seul l’écurie Honda !

Chez Renault, le contrat de Piquet Junior (0 pointé au compteur) a été tellement bien ficelé que Flavio Briatore n’a pu le renvoyer à ses études de trajectoires pour donner un équipier digne de ce nom à Fernando Alonso.

Conséquence ? Pas de résultat ou si peu, aucun podium et 9 points en cinq courses pour Renault alors que le leitmotiv du président Carlos Ghosn est inchangé: "Renault restera en F1 tant que nous y aurons des résultats". On comprend donc pourquoi, bien qu’en parfaite santé, M.Ghosn tousse à chaque évocation du virus F1… Et voilà la raison des tractations en cours, avec notamment un milliardaire hispanique installé à Londres, en vue de la cession de Renault F1.

Dans le même temps, Toyota, qui court depuis dix ans après de légitimes lauriers en Formule1 sans avoir attrapé la bonne branche, a également décidé de passer la main en fin de saison et sa décision s’est renforcée en enregistrant récemment la première perte financière annuelle de son histoire. Celle-ci est estimée à un milliard d’euros.

Si on ajoute à cela le bras de fer perdu par Ferrari face à la FIA, la disparition du Grand Prix de France et la guerre des tranchées pour un improbable circuit tricolore, on ne peut que constater une chose : la F1 est sens dessus dessous et en réel danger !

Demain, samedi, essais libres de 11h à 12h, puis qualifications à partir de 14h.

Charles-Bernard Adréani (La Provence)

http://www.laprovence.com/articles/2009/05/22/821924-Sports-Renault-et-Toyota-a-vendre.php

F1

About Author

admin

Leave a Reply