La cascade mortelle de Taxi 2 au tribunal

 
  
L’ancien cascadeur Rémy Julienne a reconnu ce lundi devant la cour d’appel de Paris avoir une part de responsabilité dans le décès accidentel d’un caméraman lors d’une cascade au cours du tournage du film Taxi 2 mais s’est refusé à porter seul le chapeau.

L’avocat général Denys Millet a requis entre 6 et 18 mois d’emprisonnement avec sursis ainsi qu’une amende contre l’ancien cascadeur.

Alors qu’en première instance les poursuites contre le producteur Europacorp avaient été jugées irrecevables, le représentant du parquet général a demandé lundi une sanction: une amende de 150.000 euros.

Le 16 août 1999, entre la Porte Dauphine et la Porte Maillot (XVIe), sur les boulevards dits des Maréchaux, le caméraman Alain Dutartre, 41 ans, avait été fauché par une voiture effectuant une cascade avec tremplin lors du tournage d’une scène de Taxi 2.

Absent à son procès en première instance, pour des raisons de santé, Remy Julienne avait été le seul condamné pour "homicide involontaire". Il avait écopé de 18 mois de prison avec sursis et 13.000 euros d’amende.

Le tribunal correctionnel de Paris avait en revanche relaxé le producteur exécutif du film, Bernard Grenet. Le réalisateur de Taxi 2, Gérard Krawczyk, et le dirigeant de Leelo Productions, devenue depuis Europacorp, Luc Besson, avaient bénéficié d’un non-lieu dès la fin de l’instruction.

L’accusation reproche à Rémy Julienne de n’avoir

"pas pris toutes les mesures nécessaires pour la sécurité de la cascade"

et notamment de n’avoir pas reculé l’emplacement de la caméra alors que lors du second essai, la vitesse avait été augmentée, le tremplin surélevé et le matelas rallongé.

Reconnaissant des "manquements", le prévenu qui s’exprimait pour la première fois devant un prétoire, a toutefois affirmé qu’il n’était pas "le seul responsable".

Pour l’ancien cascadeur, aujourd’hui âgé de 79 ans – il est né le 17 avril 1930 à Cepoy  prés de Montargis dans le Loiret, le véritable fautif se nomme…  Europacorp :

"si la production avait accepté les essais que je proposais, le drame ne serait pas arrivé", a-t-il déclaré, incriminant la pression sur le tournage et les économies de la production.

Avec plus de 1 400 films à son actif et une énorme carrière internationale, Rémy Julienne est considéré comme « le casse-cou du cinéma français » Il a commencé sa carrière en 1964 auprés de Gil Delamarre et supervisé les cascades de six James Bond,

Sport

About Author

admin

Leave a Reply