Rallye OiLibya de Tunisie : « Mano à Mano » Coma-Despres …Et nouveau triplé des BMW !

 

Ce jeudi, la neuvième étape de ce Rallye OiLibya de Tunisie entre Oueni et l’oasis de Ksar Ghilane a vu la victoire en moto de l’Espagnol Marc Coma. Lequel devance son principal adversaire, le Français Cyril Despres.

Le leader concède aujourd’hui quatre minutes, mais conserve néanmoins la tête du classement provisoire à deux étapes de l’arrivée finale.

Troisième du jour, le Chilien Francisco Lopez conforte précisément sa troisième place au général.

Hold-up pour Olivier Pain qui remporte sa troisième étape consécutive en 450cc et reprend du même coup la tête de la catégorie à Bruno Da Costa, victime de problèmes mécaniques.

Lionel Lainé poursuit sur sa lancée et remporte lui sa… neuvième étape du rallye dans la catégorie quad, un sans–faute parfait.

Chez les autos, nouveau triplé des BMWX3 et nouvelle victoire pour Leonid Novitskiy devant Guerlain Chicherit et Orlando Terranova.  Entre ces trois hommes chaque jour, c’est un peu «  à toi, à moi !  »

Au classement général, l’Argentin « contrôle »  l’étonnant Christian Lavieille, toujours deuxième tandis que son équipier Russe revient mais à 8’30, tout de même du Français.

En catégorie deux roues motrices, Pascal Thomasse  particulièrement incisif et brillant jour après jour devance toujours Jean-Louis Schlesser, tandis qu’en T2, Artem Varentsov est quasiment assuré de remporter la catégorie 

En T4, Alain Coquelle signe une nouvelle victoire.

Pour gagner l’oasis de Ksar Ghilane, havre de paix au cœur de la palmeraie, les concurrents du 27ème Rallye Oilibya de Tunisie se sont affrontés sur une spéciale de 275 km.

Des pistes sablonneuses, des bosses, des cailloux, pour certains motards, la seconde partie du tracé avait un petit air d’Enduro… En auto, les nombreux sauts ont quelque peu bousculé les navigateurs.

Assez physique, ce secteur chronométré n’en fut pas moins sélectif. Côté deux roues, Marc
Coma
signe le scratch devant Cyril Despres qui compte toujours cinq petites minutes d’avance sur son principal rival. Le jeu est très serré entre les deux hommes, à deux étapes de la fin du rallye.

Tout est encore possible.

….Même si Marc Coma,lui en doute :

« J’ai peut-être perdu la course hier mercredi mais c’est le rallye raid, il faut l’accepter. Je suis très heureux d’avoir retrouvé l’Afrique et de rouler ici. Je suis dans une forme exceptionnelle en roulant sur un rythme très élevé. Je me sens très bien et si je dois perdre, je l’accepte. »

Cyril Despres qui a peut-être fait lui ‘’ la ‘’ bonne affaire la veille, ajoute :

« Nous avons tellement roulé à fond que j’ai très mal aux mains. Marc m’a rattrapé et nous avons roulé ensemble. Un véritable terrain de cross sur lequel il a imprimé un train d’enfer. Ce sera très serré. Je pars ce vendredi deuxième et tout peut se passer avec de très nombreuses pistes et une navigation qui devra être précise. Il ne faudra pas laisser la moindre faille car Marc pourrait s’y engouffrer et renverser la vapeur. »

Venant compléter le trio de tête, le Chilien « Chaleco » Lopez tient pour le moment à distance Jordi Viladoms. Là aussi, l’écart est relativement faible et tout peut encore basculer.

Le Chilien raconte :

« Mon objectif jusqu’à la fin sera de défendre ma 3ème place au général. Jordi n’est pas très loin et je dois le contenir au maximum. »

Quant à David Casteu, il concluait très lucide ce jeudi soir :

« Un peu de navigation, un peu de sable, j’ai pris beaucoup de plaisir ce matin. J’ai rattrapé
Helder Rodrigues et nous avons roulé ensemble en s’éclatant dans le sable. Je n’ai plus de pression au regard du classement général, c’était juste pour le plaisir…»

En 450 cc, Olivier Pain a réussi son pari en se replaçant en tête de la catégorie devant Bruno Da Costa, ayant perdu sa chaine et une bonne trentaine de minutes au passage.

Olivier Pain le pilote Yamaha explique :

« Sixième temps aujourd’hui…Encore une bonne journée et pas mal de temps repris…Je pense qu’au général je suis sur la bonne voie et atteindre mon objectif n’est plus si utopique après tous les problèmes rencontrés. »

Bruno Da Costa, le pilote Honda poursuit :

« Journée galère… Je perds la chaine et rien pour réparer. Plusieurs pilotes sont passés, mais aucun n’avait d’attache rapide. Puis Lionel Lainé s’est arrêté pour me dépanner en me donnant une attache rapide et une dérive chaine. La spéciale était très roulante. Je manque un peu de technique, mais ça vient jour après jour… »

 

Déception pour Luca Manca, fâché avec la mécanique et qui perd aujourd’hui plus d’une heure sur Olivier Pain. Bonne surprise pour notre  rugbyman, Christian Califano qui en fin de spéciale fut accueilli par son « professeur », Cyril Despres, venu évaluer les progrès de son élève.

Un Cali pas avare en déclarations :

« Super étape, je suis resté avec Hervé Theuriot, nous avons roulé ensemble et c’était très sympa pour cette belle balade dans les dunes. Nous n’avons pas voulu forcer avec les motos car les compressions à la fin étaient assez rudes. Pas de chute et que du plaisir. Je suis très heureux que Cyril soit venu m’attendre à l’arrivée. La grosse surprise…alors que je roulais à
120 km/h, soit à 120% de mes moyens, sur la fin du tracé, j’ai vu passer un mirage habillé en Red Bull ! C’était Cyril…Il a pu vérifier que les leçons qu’il me donne sont efficaces… Encore deux jours à tenir et j’aurais réussi mon pari. »

Premier Tunisien aujourd’hui, Hassen Jemili s’est bien amusé sur ce tracé éclectique. En quad, encore et toujours Lionel Lainé, mais cette fois, il devance le Russe Vladimir Marugov, à l’aise sur ce type de terrain.

En auto, les BMW raflent les trois premières places de la spéciale devant Nicolas Misslin et Christian Lavieille. Pas de chance pour Eric Vigouroux, vainqueur à Ksar Ghilane en 2008. Alternateur cassé, le Français a du s’arrêter trente bonnes  minutes pour réparer. Beaucoup de déception se lisait sur son visage car cette étape était taillée pour le Trophy Truck.

Quant à Jean-Louis Schlesser, les problèmes rencontrés sur son système de gonflage lui ont fait perdre beaucoup de temps.

De concert, les pilotes de la firme bavaroise lâchaient :

Leonid Novitskiy :

« Je suis très content de ma journée. Je reprends encore du temps sur Lavieille et tout est encore possible pour la deuxième place du général. Je vais me concentrer sur cet objectif demain avec la dernière « grosse » journée. »

Guerlain Chicherit :

« Encore une crevaison et la roue à moitié arrachée. A part cela, j’ai de bonnes sensations… »

Et, Orlando Terranova poursuivait :

«Je vais assurer ma première place au général. Aujourd’hui, mon objectif était de rattraper
Christian et de gérer. C’est ce que j’ai fait pour éviter qu’il nous reprenne du temps. Demain, je ne prendrai pas de risques. »

Les pilotes qui les suivent au classement racontaient eux aussi cette journée.

A commencer par Nicolas Misslin :

« Je continue mon apprentissage sur cette voiture et les choses évoluent positivement jour après jour. Je prends beaucoup de plaisir car cette auto est tout simplement fabuleuse. »

Il est vrai qu’il s’agit rappelons-le de la Mitsubishi victorieuse du Dakar … 2007 ! Véhicule que Misslin a tout récemment quelques semaines avant le départ de ce Tunisie, racheté au service-course de la firme installé à Pont de Vaux.

L’étonnant et surprenant, Pascal Thomasse tout autant que son incroyable Buggy MD précisant :

« Comme Jean-Louis, nous avons crevé en début de spéciale et cassé le système de gonflage-dégonflage. Nous avons dégonflé pour passer les dunes en priant pour que rien ne se passe. Plutôt belle journée car l’objectif était de ne pas se faire distancer par Jean-Louis. A présent, il faut gérer jusqu’au bout.»

Justement, laissons la conclusion à notre pote, le père Jean-Louis Schlesser :

« Au km 18, nous avons crevé en projetant un énorme caillou de la roue avant vers la roue arrière. En arrivant dans les dunes, j’actionne le dégonfleur et là il m’indique 0… Ayant alors peur de déjanter, je m’arrête pour regarder la roue et surprise, elle est très peu gonflée. Nous avons fini la spéciale soit … 200 km, avec la peur au ventre. Il faut accepter et être fataliste, que faire ? Pour le classement en deux roues motrices, Thomasse est devant nous, c’est sympa pour lui et pour la course »

 

Sur le « Wildcat Trophy », Jérôme Pelichet conserve sa première place en signant une nouvelle fois le meilleur temps. En camion, Alain Coquelle persiste et signe en signant aujourd’hui encore le meilleur chrono.

La belle histoire du jour se déroule à Ksar Ghilane. En marge de la course, elle concerne toutefois des concurrents, l’équipage Gaëtan Gé-Richard Crétier En 2008, Gaëtan et des amis achètent un troupeau de chèvres de moutons et de dromadaires dont ils confient la gestion à Moktar Ben Omani, ici, à Ksar Ghilane.

Aujourd’hui, après la spéciale, Gaëtan est allé rencontrer cet homme. Grâce à cet investissement, une activité pastorale a pu être maintenue dans l’oasis. Une action plus que positive fruit d’une belle initiative.

Ce vendredi, direction Tozeur… Annoncée comme le morceau de bravoure du Rallye, cette avant dernière journée promet d’être déterminante car tout peut encore basculer…

Au programme :  Navigation, pilotage, franchissements de dunes, pistes entrecoupées de langues de sable, chotts, tôle ondulée, des forts… et une arrivée dans les célèbres décors de Star Wars.

Bref une terrible journée qui pourrait bien décider définitivement du sort du Rallye et choisir ses vainqueurs

Christian Colinet
Photos : Alain Rossignol

Rallye Tunisie

About Author

admin

Leave a Reply