F1 GP d’Australie : Formidable doublé des Brawn

 

On le présentait. On l’envisageait sérieusement.

‘’Elles l’ont fait ’’

Après les sensationnels débuts lors des ultimes séances d’essais de Barcelone puis dans la foulée de Jerez de la Frontera, il y a à peine tout juste dix jours, on le présentait !

Après leurs débuts tonitruant lors des essais libres puis des séances de qualification ou elles avaient monopolisées la première ligne, on l’envisageait avec sérieux.

Et ce dimanche pour l’ouverture du Championnat du Monde de Formule 1, édition 2009, ‘’ Elles l’ont fait ‘’ !!!

Elles ? Les Brawn, pardi…

Les anciennes monoplaces de la défunte équipe Honda, devenues il y a quelques semaines … Brawn, du nom du génial ingénieur Ross Brawn, l’homme à qui Ferrari et aussi bien sur un certain, Michael Schumacher, doivent tout ou partie de leurs succès …

Après avoir connu ‘’ l’enfer ‘’ et avoir imaginé et tout simplement envisagé de devoir … mettre la clé sous le paillasson, après l’inattendue annonce, le 23 décembre 2008  par Takeo Fukui, le patron de la firme Honda, du retrait du Géant Japonais de la scène des GP, Brawn et ses hommes se sont battus et démenées pour pouvoir poursuivre leur aventure.

Il est vrai que depuis quinze mois, ils travaillaient tous à l’usine de Brackley en Angleterre, à la conception de cette monoplace 2009, ayant abandonné le développement des dernières Honda, pour se consacrer à cette voiture aux normes de la toute nouvelle réglementation de 2009 !

Au vu des fabuleuses performances de cette auto, dorénavant dénommée Brawn – mais qui pourrait trés prochainement rouler sous l’appellation de Virgin Brawn -, il eut été franchement bien dommage de s’arrêter la en chemin et de quitter le monde des Grands Prix.

C’est la raison pour laquelle, nous ne pouvons qu’admirer les exploits de ce week-end Australien des monoplaces Brawn. Lesquelles entre les essais qualificatifs et la course, n’ont laissées que des miettes à leurs adversaires.

Quelle formidable mais néanmoins entiérement méritée revanche …

C’est le Britannique Jenson Button qui remporte l’épreuve à Melbourne? devançant son équipier, le vétéran pilote Brésilien, Rubens Barrichello. Les deux hommes offrant par la même occasion à leur tout nouveau sponsor, la firme Virgin, une victoire retentissante et un merveilleux doublé pour son arrivée dans l’univers de la F1.

Et ce sous les yeux hilares du patron de la firme, le magnat et milliardaire Anglais, Sir Richard Branson !

Fabuleux mariage conclu la veille de la course aux Antipodes et qui débute de la plus belle des manières, les deux pilotes au volant des Brawn-Virgin, déposant dans la corbeille et la pole et une première ligne 100% Virgin sans oublier la victoire et le doublé!

 Un quasi Grand chelem !!!

Ne manque dans l’escarcelle que le meilleur temps en course? obtenu par Nico Rosberg au volant de l’une des deux Williams-Toyota.

Mais quels débuts en fanfare pour l’équipe Brawn. Franchement on ne peut encore une fois qu’applaudir et s’incliner, tant la naissance de ces voitures l’a été comme on dit ‘’ au forceps ‘’

Respect. RESPECT

Les Brawn-Mercedes réalisent en outre, le premier doublé d’une nouvelle écurie  et ce depuis … le Grand Prix de France couru le … 4 juillet 1954 à Reims ou l’Argentin Juan Manuel Fangio et son équipier Allemand Karl Kling? avaient obtenus la même performance au volant de leur Mercedes-Benz. Le podium étant ce jour-là complété par la Ferrari du Français  Robert Manzon

Mais revenons à la course.

 
Et de deux donc pour Jenson Button. Trois ans après sa toute première victoire, glanée à l’été 2006 lors du Grand Prix de Hongrie à Budapest, le pilote Britannique a enfin  récidivé ce dimanche pour l’ouverture de la saison de Formule 1. Et renoué avec la victoire!

Au volant de sa Brawn-Mercedes, il précède son coéquipier  le Brésilien Rubens Barrichello. Jarno Trulli au volant d’une Toyota, complétait ce podium du Grand Prix d’Australie. Avant d’être déclassé !

Motif ?

Convoqué par les commissaires de course après l’arrivée du Grand Prix d’Australie, Jarno Trulli, écope de… 25 secondes de pénalité et termine finalement douzième.

Les commissaires sportifs reprochent à l’Italien d’avoir dépassé le Champion du Monde en titre en fin de course, alors que tous les pilotes …suivaient la voiture de sécurité. Ce qui est contraire au règlement.

Conséquence : Tous les pilotes classés au-delà du troisième rang? gagnent une place. Le premier bénéficiaire de ce déclassement est donc justement le Britannique Lewis Hamilton qui monte sur le podium

Pour son arrivée en GP et la première course de sa toute jeune existence, l’équipe Brawn, anciennement connue sous l’appellation Honda, frappe donc un énorme coup. Lequel fera date dans les annales des Grands Prix.

Pour réaliser ce merveilleux doublé, l’équipe que manage l’ingénieur Ross Brawn, si elle mérite amplement la victoire n’en a pas moins profité de ce que dans le milieu on nomme, un incident de course !

En effet si le succès de Button est logique, tant il a dominé le GP de bout en bout, menant la course dés le départ, la seconde place de son équipier, Rubens Barrichello relève elle, d’un coup du destin et d’une dose de chance. Car cette seconde place de la seconde Brawn, est avouons-le, un peu inespérée, elle.

Le Brésilien  a en effet,  à trois tours de l’arrivée, bénéficié d’un stupide accrochage, mettant aux prises, la Red Bull-Renault du jeune Allemand Sébastian Vettel et la BMW-Sauber du jeune loup Polonais Robert Kubica.

Tous deux à la lutte pour l’obtention de la seconde place, le Polonais  était en train de dépasser le nouveau pilote Red Bull dans un virage. Mais ce dernier, très incisif et qui ne voulait visiblement pas se laisser doubler, a tenté de résister.

Résultat, Robert Kubica s’est rabattu. Et a d’abord abîmé son aileron avant et cassé ensuite celui de son rival. Tous deux ont alors essayé et tenter de poursuivre l’épreuve jusqu’à son terme, il restait trois P’tits tours à boucler …

Las, les deux lascars n’ont malheureusement pour eux, pas poursuivis bien longtemps le GP car assez rapidement, quelques secondes plus tard, le Polonais, avec une monoplace bien endommagée allait finir dans le mur ! Cependant que la Red Bull, blessée, tentait de continuer sur trois roues,…  Mais elle n’allait elle non plus, pas beaucoup plus loin.

L’Allemand, après l’arrivée,a été condamné à reculer de dix places sur la grille de départ le week-end prochain en Malaisie, cependant que son écurie, Red Bull, a  elle, écopé d’une amende de 50.000 dollars ! On se demande bien pourquoi !!!

Du coup, placé immédiatement derrière, après avoir hélas loupé son envol, la seconde Brawn, celle du vétéran Barrichello, héritait de la seconde place, qui permettait au Team Brawn, de réaliser un authentique exploit,  plaçant ainsi ses deux monoplaces aux deux premières places

La voiture de sécurité faisait alors son apparition en piste. L’arrivée étant proche, les positions ne bougeaient bien évidemment plus et restaient figées.

Et Jarno Trulli qui s’était élancé vingtième et des stands après le déclassement des Toyota aux essais qualificatifs et qui auteur lui aussi, d’un superbe GP,  finissait à une inattendue troisième place, tout surpris mais ‘’Oh combien ‘’ heureux de se retrouver sur le podium. Avant on l’a déjà dit plus haut, d’être victime d’un déclassement

Le Champion du Monde en titre, Lewis Hamilton au volant de la McLaren Mercedes, limitait la casse en se classant quatrième. Puis miraculeusement, troisième après le déclassement de Trulli.

Les deux Ferrari de Raikkonen et de Massa le Vice-champion du Monde, ayant abandonnées, l’une, celle du Finlandais, à la suite d’une sortie de piste  et l’autre, celle du Brésilien, suite à des ennuis mécaniques (probléme hydraulique), on peut dire qu’Hamilton empoche quelques précieux points. Lesquels on l’a vu l’an passé, à Sao Paulo, servent toujours en fin de Championnat !!!

Kimi, comme toujours très honnéte et lucide précisant :

« J’ai terminé dans le mur et c’est de ma faute. C’est dommage car lorsque l’on voit ce qui s’est passé après, j’aurais pu finir deuxième. Nous avons perdu de gros points mais nous essayerons de nous refaire en Malaisie »

Quant à l’ancien double Champion du Monde, Fernando Alonso, au volant lui de sa Renault ,il finit sixième. Puis cinquième, pour les mêmes raisons déjà évoqué.

Le seul pilote Français engagé en F1, le manceau Sébastien Bourdais avec sa Toro Rosso, à peine rodée, vu que les deux monoplaces Italiennes étaient les deux à avoir le moins tournées en essais d’avant-saison,  termine  néanmoins ce premier GP. Il a donc accumulé du roulage en se classant neuvième. Puis, finalement toujours pour le même motif, huitième. Marquant ainsi un P’tit point ! Melbourne lui réussit donc puisqu’il y a tout juste un an, il s’était classé septième, empochant ses deux premiers points en Formule 1.

Cette année il finit d’ailleurs juste derrière son nouveau coéquipier, le jeune espoir Suisse, Sébastien Buemi, qui hérite de cette septième place !

Une fois redescendu  du podium ou il avait accompagné ses deux pilotes, Ross Brawn racontait :

« Je suis stupéfait. Avec tout ce que l’équipe a traversé ces derniers mois, c’est simplement sensationnel, j’ai du mal à trouver les mots. C’était loin d’être aussi facile que ça en a eu l’air. Par moments nous ne savions plus où donner de la tête. Nous n’avions aucune assurance sur la fiabilité des voitures car nous n’avons pas pu faire beaucoup d’essais cet hiver. Mais les deux voitures ont fini, même celle de Barrichello qui a connu des soucis au départ, c’est incroyable.»

De son côté, Nick Fry, son associé poursuivait :

« J’ai du mal à croire que nous y soyons arrivés. Nous étions inquiets sur la fin de la course, en voyant Robert Kubica revenir très vite. Mais finalement c’est passé. Je tiens à féliciter tout le monde ici  et  à l’usine à  Brackley sans oublier aussi tous ceux chez Mercedes. Chacun a vraiment fait un excellent travail. La plupart d’entre-nous pensaient ne plus avoir de job et voilà où nous en sommes aujourd’hui. Tout le monde a su rester motivé, notamment les pilotes, qui se sont entraînés tout l’hiver. Jenson Button nous est resté fidèle alors qu’il a eu des propositions ailleurs et qu’il ne savait pas s’il allait pouvoir piloter avec nous.»

 

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Asset.

F1

About Author

admin

Leave a Reply