Le grand lancement pour la voiture la moins chère et la plus populaire du monde.

 

Avec six mois de retard sur le timing initialement prévu, le groupe indien Tata lance dés ce lundi 23 mars 2009, la voiture la moins chère du monde. Baptisée " Voiture du peuple ", la " Nano " cette petite automobile citadine indienne n’est pas franchement " révolutionnaire " dans sa conception mais plutôt par son coût !

Pour la somme de 1500€ soit environ 113 000 roupies, un tarif record, les classes moyennes émergentes indiennes, seront les véritables cibles de ce nouveau marché, même en pleine crise économique mondiale.

 Lors de la conférence de presse Mr Ratan Tata, a déclaré:

 

 " La Nano représente un esprit qui brise les barrières conventionnelles. Des planches à dessin jusqu’à sa commercialisation, le concept, le développement et la production de la voiture a relevé plusieurs défis. Ceci est à mettre à l’actif des équipes de Tata Motors, grâce à qui cette voiture dont le monde pensait sa concrétisation impossible est devenue aujourd’hui réalité. J’espère qu’elle sera un moyen de locomotion à quatre roues sûr et abordable pour les familles qui, jusque-là, n’ont pas pu avoir accès à une voiture. Nous nous réjouissons de présenter la Tata Nano à l’Inde et au monde entier.”

Le plus gros marché potentiel mondial à ce jour.

En effet, Tata vise d’abord les dizaines de millions de foyers indiens positionnés entre les classes urbaines bourgeoises et les milieux défavorisés et qui ne peuvent pas s’offrir une voiture neuve classique. Ce choix à également été appuyé par le gouvernement indien désireux de baisser le taux de pollution dans ces grandes villes. En effet les principales villes comme Calcutta- Delhi- Bombay- Hyderabad- Bangalore et Madras sont complètement saturées pas la pollution des vélomoteurs, motos et autres engins qui circulent et tous terriblement polluants.

Photo AFP Sam Panthky

A Bombay à partir de midi, Ratan Tata, Président du conglomérat éponyme, ouvrira  » officiellement  » les carnets de commandes de cette nouvelle populaire, proposée à 113 000 roupies. Depuis quelques jours, 683 véhicules ont d’ailleurs déjà été livrés dans le pays.

Parce qu’il n’y en aura pas pour tout le monde, Tata Motors a choisi un procédé de commercialisation inédit et peut commun : le tirage au sort !

   » Et oui, la nano sera peut être leur nouveau loto !  »

 100 000 véhicules seront disponibles dans un premier temps, pour une demande potentielle estimée à 500 000 unités. Les formulaires de réservation sont disponibles dans 30.000 points à travers 1.000 villes du pays, à 300 roupies le formulaire.

La méthode de l’ajustement du prix.

Pour arriver à ce prix de vente, les discussions ont été réellement sérieuses, tant sur la conception  de ce petit véhicule urbain que par l’ingéniosité des sous-traitants. Il à même fallu quelques fois, revenir à des systèmes mécaniques moins coûteux que certains modèles électroniques (comme pour le contacteur et verrouilleur de colonne de direction ou les commandes de chauffage), un tableau de bord ultra simplifié avec un gros compteur et un témoin de chauffe ainsi que d’huile (le minimaliste est très tendance en temps de crise). Sans oublier bien évidemment, le minuscule moteur de 624 cm3, soit la cylindrée d’une moto. Mais également, un seul essuie-glace ! Et cette Tata ne dispose pas de  » coussin gonflable  » de sécurité (airbag), ni de freinage ABS (antiblocage). Absence aussi de climatisation et de vitres électriques.

Enfin bref, la simplicité  a été de mise mais en conservant tout de même une élégante sobriété… Le véhicule peut atteindre 105km/h pour une consommation de  4,23 litres d’essence aux 100kms.

Ultime précision, la Tata dispose toutefois de quelques options qui sont disponibles. Comme la climatisation, l’autoradio ou la direction assistée.

Une capacité de production réduite depuis quelques semaines.

 La Nano est actuellement produite en quantités limitées dans l’usine de Pantnagar (Uttarakhand). Une nouvelle usine qui lui sera dédié, à Sanand (Gujarat), sera opérationnelle en 2010, avec une capacité annuelle de 350,000 voitures. 

Le second site de production récemment mis en route par le groupe, qui avait couté 230 millions de dollars dans l’état du Bengale-Occidental, est actuellement en cour de démantèlement ! Lequel  à été décidé par le groupe, faisant suite aux différentes divergences entre les paysans locaux et le gouverneur de l’état qui aurait spolié les terres de ces derniers pour le groupe TATA. Cette usine produisait  cependant depuis quelques semaines la voiture du peuple. 

Ce seront donc 30 000 à 50 000 exemplaires qui seront livrés dans les prochains mois. La liste d’attente risque d’être longue au vu de l’engouement du peuple indien. En revanche une usine de remplacement devrait voir le jour au Gujarat au Nord –Ouest de l’Inde à la fin 2009 voire au tout début de 2010. Son chef de gouvernement, BC Khanduri, à proposé 400 hectares de terres à Tata, accompagnés de "financements additionnels en cas de besoin".

L’un des autres bienfaits de cet engouement populaire. 

Le taux de remplissage des autos école affiche complet, car les Indous ne possédant pas d’automobiles et donc pour eux il n’y avait pas une nécessitée de passer un permis de conduire. La sécurité routière pourra donc enfin exister en Inde, car elle était plus que théorique !

 La NANO à la conquête de l’Europe.

 

La Nano en version Europa a été présentée au tout récent Salon de Genève 2009, par son constructeur.  Elle sera proposée à la vente en Europe pour environ 5.000 euros.

 La différence de prix nous à été expliqué.

 " La différence de prix entre la version européenne et la version indienne réside sur les équipements répondant aux normes de sécurité et de pollution " a déclaré Rajan Tata au Salon Automobile de Genève au début du mois.

 

Philippe Janot

Photos: DR,  AP/Ajit Solanki, AFP Sam Panthky et divers sources 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply