F1 : Sébastien Bourdais est soulagé

  

Soulagement ce vendredi pour le pilote manceau en apprenant la nouvelle qu’il attendait depuis des semaines pour ne pas dire des mois !

La confirmation qu’il serait bien au départ de sa seconde saison de F1 et que la France en plus de l’équipe Renault serait bien représentée en GP.

Sébastien Bourdais, pilotera ainsi pour la seconde année consécutive une monoplace Toro Rosso cette saison aux côtés du jeune pilote Suisse Sébastien Buemi. Lequel avait été confirmé début janvier en remplacement de l’autre Sébastien, Vettel enrôlé lui par la maison-mère, Red Bull !


Comme on l’imagine c’est avec soulagement que l’ancien quadruple Champion en Champcar a appris cette excellente nouvelle :

« Cela fait tout simplement du bien d’apprendre que  ma carrière va se poursuivre et le programme finir par se concrétiser. Cela met enfin un terme à une inter- saison et un hiver qui a été particulièrement long et incertain. Je vais enfin pouvoir me concentrer à nouveau sur mon métier qui est avant tout de piloter des voitures de course »

Et le sarthois de poursuivre : 

« J’ai surtout été étonné par toutes ces péripéties hivernales. En fait, la désignation du pilote était au départ avant tout lié au fait de trouver des soutiens financiers. Subitement il n’en fut plus question. Et puis à nouveau, il me fallait apporter des sponsors. Je suis franchement  passé par tous les états. La situation a elle également énormément évoluèe .  ZA un moment, l’écurie a diminuée son budget. Puis ce ne fut plus le cas. Les cartes n’ont pas cessées d’étre rebattues. Mais au final je demeure pilote Toro Rosso et c’est l’essentiel. La seule chose qui compte au fond »


En conclusion, Seb a t’il été inquiet de des retrouver avec le Japonais Takuma Sato  que l’on disait soutenu par Honda d’abord puis par des sponsors après le retrait de la firme Japonaise ?

«  Pour tout dire, j’ai surtout tenter de me convaincre que ce n’était pas un problème de pilote mais plutôt que la comparaison était avant tout lié à la conjoncture économique. Mais il y eut une période où ce fut sincèrement terriblement difficile. A un moment j’ai cru percevoir le réel désir de l’équipe de poursuivre avec moi et de me conserver. Au fond de moi j’estimais qu’il eut été dommage de ne pas continuer ensemble et que l’aventure s’arrête là. Je savais que Franz Tost désirait et souhaitait me conserver. Tout comme  les ingénieurs et mes mécaniciens. »

Pour l’heure, Sébastien peut à nouveau préparer son paquetage pour rejoindre la semaine prochaine le circuit de Jerez de la Frontera ou il aura enfin la satisfaction de retrouver le baquet de sa Toro Rosso

Gilles Gaignault

F1

About Author

admin

Leave a Reply