IRC : Sébastien Ogier le pilote BFGoodrich Drivers Team en tête du « MONTE-CARLO » !

 

A l’issue de la seconde étape disputée sur les routes ardéchoises, c’est le pilote du BFGoodrich Drivers Team en tête du « MONTE-CARLO » qui occupe le commandement du prestigieux Rallye Monte Carlo!

Avant de disputer ce vendredi la troisième et dernière étape et surtout la fameuse terrible « Nuit du Turini »

Le Champion du Monde Junior WRC 2008 devance l’un de ses équipiers au sein de l’impressionnante équipe Kronos que supervise avec maestria Marc Van Dalen, le Belge Freddy Loix et celui qui fut leader jusqu’à la neuvième et dernière spéciale au menu du jour, le Finlandais Juho Hanninen au volant de la débutante mais oh combien surprenante Skoda Fabia, elle aussi montée en BFGoodrich.

Dorénavant il reste cinq spéciales ce vendredi dont quatre dans la fameuse « Nuit du Turini » avant l’arrivée en Principauté à Monaco.

Mais revenons sur la dernière spéciale du Rallye de Monte-Carlo au programme ce jeudi, l’ES9. Laquelle a bouleversée les positions en tête du rallye et permis à Stéphane Sarrazin malchanceux en début de journée avec sa Peugeot de s’illustrer, en réalisant de nouveau le meilleur chrono et ce pour la troisième fois depuis le départ de l’épreuve mercredi.

Mais à l’arrivée de ce neuvième secteur chronométrée, c’est un autre pilote Français, Sébastien Ogier, lui aussi au volant d’une Peugeot 207 qui s’est emparé des commandes du classement général provisoire, avant la dernière journée.

 

Auteur du deuxième chrono lors de l’ES9, Ogier a profité et bénéficiè d’une course complètement ratée par Juho Hanninen et sa Skoda Fabia ou incroyablement le jeune Finlandais à concédé plus de deux minutes sur les meilleurs, pour s’offrir  dorénavant une bonne marge, possédant ce jeudi soir, 54"8 d’avance sur le Finlandais au classement général. Lequel possédait pourtant 1’32 » d’avance sur Ogier au départ de cette dernière spéciale du jour !!!

Et c’est un autre pilote Peugeot, le belge Freddy Loix qui devient son dauphin et grimpe lui à la deuxième place comptant 32"4 de retard sur Sébastien Ogier.

Une journée tout en rebondissements donc. Voilà ce qu’a réservé la  seconde étape de l’épreuve ce jeudi.

Juho Hanninen, impérial depuis le départ et qui paraissait intouchable en milieu d’après-midi encore, signant lors de l‘ES8 son troisième temps scratch du jour, termine cependant la journée non pas en leader, mais à la troisième place seulement du classement général provisoire.

Et c’est  donc Sébastien Ogier, toujours présent aux avant-postes et qui découvre à la fois il est vrai et les routes du Monte Carlo et le pilotage de cette Peugeot 207 S2000  que lui a confié le manufacturier BF Goodrich et qui n’a bouclé aucune des six spéciales de jeudi en tête mais qui a vu sa régularité récompensée à l’issue de l’ultime spéciale, qui se retrouve en tête du plus célèbre des Rallyes au monde !

Une nouvelle fois dauphin de Stéphane Sarrazin, qui a lui, comme Hanninen, porté son total à trois temps scratch, Sébastien Ogier a donc profité d’une ES9 manquée par le Finlandais (18e seulement et à… 2’36"8 de Sarrazin) pour passer en tête.

Une superbe et magnifique journée, donc pour lui le néophyte !

Ce qui n’a pas été le cas pour tous les Français…

Effectivement, avant sa superbe prestation au cours de cette neuvième spéciale, Stéphane Sarrazin, le pilote ‘’ officiel ‘ Peugeot a malheureusement jeudi en fin de matinée planté sa voiture dans le bas-côté lors de l’ES5,  et ce visiblement à cause d’une vitesse trop élevée dans un virage ! Le verglas se chargeant du reste… Mais pour lui, cette erreur d’inattention lui coute  surtout la victoire finale à Monaco car  même s’il aligne les belles performances depuis étant parvenu à reprendre la route, cet incident lui interdit maintenant de viser la première place sur le podium. Et il a hélas laissé un éventuel triomphe s’envoler…

Mais si le pilote d’Alès a perdu le Rallye que dire du Champion IRC en titre ! Car, c’est surtout, lui Nicolas Vouilloz  l’autre pilote Peugeot qui faisait grise mine. Lui aussi  est sorti de la route ! Et dans cette bévue, il a cassé la direction de sa Peugeot 207 S2000 du Team Kronos. La mort dans l’âme comme Didier Auriol la veille, Nicolas n’a donc pas pu repartir lors des spéciales de l’après-midi. Et a été forcé et contraint de renoncer et d’abandonner.

Sur que Sébastien Ogier doit lui espérer ne pas connaître pareille mésaventure ce vendredi. Il lui reste maintenant cinq spéciales au programme pour maintenir sa position en tête et tenter de s’imposer dans le plus beau Rallye du calendrier. Et ainsi faire son entrée dans la légende …

Il est vrai que pour l’heure la saison 2009 du pilote  ‘’BFGoodrich Drivers Team’’ ne pouvait pas mieux démarrer. A l’issue de cette deuxième étape du rallye le plus mythique au monde, le pilote de la Peugeot 207 S2000 aux couleurs de BFGoodrich est  donc incroyablement leader du classement général.

Classé quatrième à l’issue de la première étape, Sébastien Ogier s’est élancé ce jeudi matin à l’assaut des redoutables et redoutées spéciales ardéchoises au volant de sa Peugeot 207 S2000 équipée de pneu neige cloutés’’ g-Force Winter’’. Un choix de pneumatiques nécessaire tant les routes étaient verglacées et enneigées du côté de St-Bonnet-le-Froid.

Dans ces conditions difficiles, qui piégèrent de nombreux favoris dont le Champion IRC en titre Nicolas Vouilloz  et son compatriote Stéphane Sarrazin, le jeune Sébastien Ogier fit preuve d’une remarquable maturité en réalisant le quatrième meilleur temps de l’ES4, puis le troisième meilleur temps de l’ES5 et ce malgré une commande de boîte cassée !

Après une réparation de fortune entre l’ES5 et l’ES6, le pilote du BFGoodrich Drivers Team parvint heureusement à rentrer et regagner le parc d’assistance de Valence à la seconde place du classement général.

Mais déjà, le choix de pneumatiques pour la seconde boucle de spéciales s’annonçait
stratégique. Les informateurs étaient catégoriques : la neige avait fondu et les chaussées étaient désormais trempées et non plus verglacées.

En toute hâte, les techniciens BFGoodrich retaillèrent quatre pneus pluie ‘’ g-Force Profiler M01.’’

Rapide et régulier, Sébastien Ogier se maintenait en deuxième position jusqu’à ce que le leader Juho Hanninen touche une pierre dans la dernière spéciale du jour et laisse hélas pour lui s’échapper la première place du classement général provisoire qui revenait à la voiture du BFGoodrich Drivers Team avant la dernière étape et la fameuse « Nuit du Turini ».

Invité de «  dernière heure  » suite au vote des journalistes Françaisdont autonewsinfo – pour piloter la Peugeot BF Goodrich du Team Kronos, Sébastien Ogier qui se retrouve leader fait honneur à cette décision et ce choix.

Souhaitons lui d’aller jusqu‘au bout de ce rêve. Lui qui enfant  se passionnait pour les féroces bagarres lors de la fameuse dernière «  Nuit du Turini  »

Cette année des ce vendredi soir, c’est pourtant lui le môme des Hautes Alpes qui sera le principal acteur de cette dernière «  Nuit du Turini »

En rejoignant Valence, Sébastien Ogier a livré avec une belle maturité ses impressions de leader :

« Bien sûr, je suis extrêmement heureux ce soir, mais je reste lucide. Le rallye est encore long et c’est une épreuve particulièrement difficile où tout peut basculer d’un instant à l’autre. Depuis le départ, nous roulons sur un mode « sécurité ». Nous n’avons pas commis d’erreur, hormis une belle frayeur lorsque le levier de commande de boîte de vitesses a cassé dans l’ES5. Grâce aux informateurs et au technicien BFGoodrich, nous avons effectué un très bon choix de pneumatiques cet après-midi avec les pneus pluie g-Force Profiler M01»

De son coté, Jacques Morelli, Responsable du programme IRC BFGoodrich expliquait :

« C’est une journée historique pour BFGoodrich et l’opération BFGoodrich Drivers Team. Pour la toute première fois, la Peugeot 207 S2000 du BFGoodrich Drivers Team est en tête d’un rallye ! Sébastien a été exceptionnel sur ces deux premières étapes, tant dans son pilotage que dans ses choix de pneumatiques»

Quant au boss, Marc Van Dalen, Team Manager du Kronos Racing, lui il concluait :

 « Le Rallye Monte-Carlo 2009 est très difficile avec du verglas, de la neige et de la pluie. Pour l’instant, aucune spéciale n’a été parcourue sur un sol sec, contrairement aux années précédentes. Malgré ces difficultés et son inexpérience, Sébastien réalise une course parfaite, très intelligente»

Qu’ajouter devant tant de louanges ?

Gilles Gaignault

 
Le classement général à l’issue de l’ES9 jeudi soir :

1. Sébastien Ogier-Julien Ingrassia (France) Peugeot 207 : 2h35’09"8
2. Freddy Loix-Isidoor Smets (Belgique) Peugeot 207 à 32"4
3. Juho Hanninen-Mikko Markkula (Finlande) Skoda Fabia à 54"8
4. Kris Meeke-Paul Nagle (GB) Peugeot 207 à 59"2
5. Toni Gardemeister-Tomi Tuominen (Finlande) Fiat Abarth Grande Punto à 1’40"7
6. Stéphane Sarrazin-Jacques-Julien Renucci (France) Peugeot 207 à  3’42"6
7. Jan Kopecky-Petr Stary (Tchéquie) Skoda Fabia à  4’10"6
8. Giandomenico Basso-Mitia Dotta (Italie) Fiat Abarth Grande Punto à  4’17"8
9. Anton Alen-Timo Alanne (Finlande) Fiat Abarth Grande Punto à 8’12"8
10. Franz Wittmann-Bernhard Ettel (Autriche) Mitsubishi Lancer à 10’01"8

Sport

About Author

admin

Leave a Reply