Africa race : Hans Bekx et son DAF commencent l’année en beauté !

 

                                              

           

Avec 305 Km à parcourir au lieu des 492 Km initialement prévus, cette troisième spéciale de l’Africa Race a tout de même tenu toutes ses promesses.

En parlant de ce tracé relativement cassant, René Metge avait évoqué de possibles surprises.

Le Directeur sportif ne croyait surement pas si bien dire puisque, pour la première fois depuis l’interdiction des prototypes dans la catégorie camion, un de ces ‘’ mastodontes du désert ‘’ signe…  le meilleur temps du jour, précédant les autos et motos !

Cet authentique exploit, c’est le pilote Hollandais Hans Bekx qui l’a réalisé au volant d’un DAF du Team De Rooy.

Une équipe qui a d’ailleurs frôlé le doublé puisque le patron, Jan De Rooy, était en tête à 5 Km de l’arrivée, suivi de près par son co-équipier. Hélas, l’Iveco du Hollandais allait taper fort dans une saignée endommageant la direction.

Après un arrêt d’une trentaine de minutes pour effectuer une réparation de fortune, De Rooy réussissait à passer la ligne en ne concédant que 18’18’’ sur Hans Bekx, le nouveau leader de la catégorie camion.

Avec un peu moins de 17 minutes d’écart entre les deux hollandais qui devancent le Scania du Hongrois Miklos Kovacs et l’Unimog-Mercedes de l’italien Giacomo Vismara de plus d’une heure, la course camion s’annonce plus que jamais passionnante. Et assurément très ouverte.

Beau joueur, Jean Louis Schlesser a félicité Hans Bekx pour sa performance à l’arrivée. Le leader du classement auto a connu une journée en demi-teinte, battu une fois encore de trois minutes par le Russe Andrey Ivanov. Une contre-performance provoquée par la fissure d’une jante du Buggy POWERADE.

Jean Louis Schlesser était d’ailleurs étonné par ce problème :

 « Dès le début de spéciale, j’ai senti que le la voiture avait un comportement bizarre. Avec Arnaud, nous avons cherché à identifier la cause du problème. Nous avons perdu beaucoup de temps avant de nous rendre compte qu’il fallait changer la roue défectueuse. Rien de grave au classement mais Ivanov nous reprend encore du temps. Il ne va pas falloir trop s’endormir, d’autant que maintenant, les camions s’y mettent aussi ! »

En tout cas, après la belle bagarre en septembre dernier lors du Rallye du Maroc-Shamrock avec la BMW X3 d’un autre pilote Russe Léonid Novitskiy, Jean Louis s’est trouvé un nouvel adversaire… Russe. Cela ne peut que pimenter l’épreuve !

Après des problèmes d’amortisseurs rencontrés hier sur leur Toyota, l’équipage Franco Marocain composé de François Lethier et Renaud Pellen a de nouveau montré le bout de son nez en terminant troisième de la spéciale du jour. Là encore une superbe performance pour ce véhicule T2 qui pointe déso

Chez les deux roues, l’Espagnol Juan Manuel Ellice appréhendait cette spéciale où il avait lourdement chuté en 2006. Malgré cela et le fait que la dernière partie était très roulante, il a réussi à imposer sa BMW 450 devant la puissante KTM 690 d’Arnaud Jacquart privé de ses instruments de navigation après une chute dans la liaison pour éviter un camion local. Au classement général, Pellicer possède à présent près de huit minutes d’avance alors que l’Allemand Thomas Schattat, le Sénégalais Jean Hugues Moneyron et le Français Thibault Chatelier, qui roulent régulièrement ensembles, sont respectivement 3ème, 4ème et 5ème.

Un mot enfin pour finir sur les deux motards engagés sur le Raid organisé en parallèle de la course. Laurent Casters et Marc Berinstain qui avaient choisi de vivre l’Africa Race sans la pression du chronomètre, se disent ravis de l’expérience. Ils ont effectué environ 80 % du parcours de la course et comptent bien rallier Dakar.

Ce vendredi en raison … des fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours sur la côte Atlantique du Maroc, la boucle autour de Fort Boujerif a été très légèrement raccourcie. Une décision qui n’est pas sans déplaire aux concurrents déjà quelque peu usés par le rythme de l’Africa Race.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply