La prime à la casse

Notre chef d’état Monsieur Nicolas Sarkozy l’a officialisée, jeudi 4 décembre dernier "LA PRIME A LA CASSE". Elle se substitue en élargissant les conditions d’attribution le "super bonus" déjà en place depuis janvier 2008. 
 

Une prime de 1 000 euros déduite à l’achat d’un véhicule neuf rejetant moins de 160 grammes de CO2 par kilomètre, si cet achat est assorti d’une mise à la casse (cela ressemble aux Balladurettes et aux jupettes) d’un véhicule de plus de 10 ans. Cet effet est immédiat, concernant aussi bien les véhicules particuliers que les utilitaires. Cette mesure à pour but de contrer la crise actuelle bien encrée dans le secteur automobile, puis par la même occasion d’assainir le parc automobile français en accélérant le renouvellement du parc automobile en faisant acheter des voitures plus respectueuses de l’environnement et retirer de la circulation les plus polluantes.

Un coup de pouce bienvenu pour ceux qui en ont les moyens, mais qui hésitaient à franchir le seuil de la réflexion, les incitants à concrétiser cette démarche pour renouveler leur véhicule.

Par contre, certaines distorsions risquent de se produire, liées à cette prime, mais aussi aux offres complémentaires de constructeurs. En effet, depuis quelques jours vous n’êtes pas sans savoir que nos deux constructeurs, PEUGEOT et RENAULT  ont décidés d’étendre la mesure gouvernementale aux véhicules âgés de huit à dix ans. Des véhicules qui ne seront pas destinés à la destruction et qui viendront à terme, alimenter un marché de l’occasion déjà saturé.

La découverte d’un paradoxe ou d’une solution ?
Ces mêmes constructeurs ont également décidés d’étendre cette prime  sur une soit disant sélection de véhicule d’occasion récents selon leurs termes, nous comprendrons plus aisément "les concessionnaires ou agents qui n’arrivent pas ou ont du mal à écouler pour plusieurs raisons : Trop gourmands, trop chères, ou bien désuets de prime"…

Ce sera donc une voiture d’occasion contre une voiture d’occasion? Bien vue l’idée il n’y aura pas de quoi pousser le COCORICO !!! Un effet bienfaiteur pour le marché de l’occasion récente serte, mais il ne faut cependant pas se leurrer, Renault et Peugeot ne représente pas 100 %  du marché français donc, ces mesures n’auront qu’un impact très limité.

En fait ce système n’aura pour seul effet que de venir grossir les rangs des occasions âgées ! Et oui, il ne faut pas rêver, toutes les voitures reprises n’iront pas à la casse, cela s’est vérifié du temps des Balladurettes et Jupettes.

En revanche, il est probable que le marché de l’occasion, va une nouvelle foi faire les frais de ces actions, tant que la crise maintiendra la demande à des niveaux très bas pour des véhicules neuf, faites vos calcules, mais il ne faut plus prendre la côte argus, mais plutôt une côte de cœur soit entre – 20 à – 40 % de la côte argus.

Cette prime aura donc des effets positifs à cours terme sur le marché du véhicule neuf essentiellement, mais potentiellement des conséquences désastreuses sur celui de la seconde main, en le surchargeant de véhicules plus anciens..

Philippe JANOT
Sources : multiples
Photo :DR

Economie

About Author

admin

Leave a Reply