La Corvette « Caldentey » a tournée sur le circuit HTT Paul Ricard

Il y a quelques jours, à l’invitation de notre ami Gilles Sagne, un amoureux des  » belles américaines  » , il posséde une sublissimme Ford Mustang avec laquelle il a brillé lors du récent  Rallye des Pyrénées et de Philippe Gualerzi, propriétaire de cette superbe Corvette, nous avons pu admirer et voir tourner cette superbe automobile de course qui en a fait rêver plus d’un à l’époque ou elle participait au milieu des années 60 aux très célèbres 24 Heures du Mans !

Refaite à l’identique par l’entreprise de Patrick Caldentey, Caldentey Engineering dans ses ateliers varois et situés précisément non loin du circuit HTTT Paul Ricard du côté de Signes, ce bolide surpuissant nous a rappelés les nuits mancelles ou le fabuleux bruit émis par cette Corvette nous ravissait tour après tour.

Voici, résumé l’authentique histoire de la Corvette 68 « Rebel »

En 1972, Dave Heinz et Bob Johnson remportent les très réputées 24 heures de Daytona puis dans la foulée quelques semaines plus tard les non moins prestigieuses 12 Heures de Sebring en catégorie GT Gr4 plus de 2500cc.

Leur voiture, une Corvette L88 de 1968 à moteur 7 litres à culasses alu de 580cv, est peinte au couleur du drapeau sudiste car leur principal adversaire est John Greenwood.

Un solide « yankee » natif du Michigan dont la voiture, soutenu par BF Goodrich arbore elle, une peinture « Stars and stripes » évoquant la bannière des USA.

Leur inscription aux fameuses 24 heures du Mans n’ayant pas été accepté, l’entreprise de pneumatiques Goodyear, alors numéro 1  mondial et leur principal partenaire, également sponsor du NART (North American Racing Team) somme alors son propriétaire, Luigi Chinetti, d’enrôler la Corvette dans son team !

Et ce dans la mesure où l’Ecurie NART possède trois engagements fermes pour la course sarthoise du mois de Juin.

Après une longue bataille entre Luigi Chinetti, Enzo Ferrari et Léo Mehl, le patron du département compétition de la firme d’Akron, la Corvette ‘’sudiste’’  débarque en France et arrive au Mans sous les couleurs…. du NART !!!

Et, remarquablement préparée, particulièrement pilotée, la  belle Américaine ira au bout des deux tours d’horloge avec à la clé une formidable 15eme place au scratch.

C’est pour rendre hommage à ces « sudistes » que Philippe Gualerzi et son préparateur Patrick Caldentey ont choisi cette décoration. Et qu’ils ont redéposés à l’identique la Corvette.

 

Cette « réplique » utilise le même moteur big block qui développe aujourd’hui 600Cv à 7000 tr/mn pour une voiture qui pèse 1320kg et freinée comme à l’époque par quatre disques ventilés de 300 mm de diamètre et étriers à 4 pistons.

Les rapports de ponts disponibles permettent suivant les circuits des vitesses allant de 210 km/h à 300 km/h

La boite de vitesse est à 4 rapports.

Le châssis a été lui renforcé par la pose d’un arceau 6 points, mais la caisse en fibre de verre comme toutes les Corvette depuis 1953 reste d’origine exceptée les modifications homologuées à l’époque : extensions d’ailes, phares sous plexi.
Le réservoir FIA contient 100L  ce qui permet de rouler environ une heure.

A l’avant, la «  pelle à tarte » est rigoureusement identique au modèle de 1972. Certes, cela fait franchement ‘’ moche’’. Mais son montage a été rendu obligatoire et indispensable en vu de l’homologation de la voiture.

Pour l’essai sur le circuit HTTT Paul Ricard, c’est l’ancien Champion de F2, Richard Dallest qui s’est mis au volant pour commencer à procéder au deverminage de la voiture. Par la suite au cours des prochaines semaines, d’autres séances sont d’ores et déjà prévues sur les circuits d’Alés, du Luc et du Grand Sambuc situé lui à Vauvenargues prés d’Aix en Provence.

Car l’idée est d’engager cette magnifique Corvette la saison prochaine en compétition et en principe dans les courses du Champîonnat VdV qu’organise avec succès Eric Van de Vywer.

 

Gilles Gaignault

Photos : Fabrice Gallou

Sport

About Author

admin

Leave a Reply