TransAfricaine : Arrivés, par vagues, au Lac Retba

Samedi 29 novembre – Etape 15: Lompoul – Dakar (170 km)

 

Une fusée de détresse rougeoyante dans la main gauche, le drapeau à damiers dans la main droite, Patrick Zaniroli a lancé, en fin de matinée depuis la plage de pêcheurs de Kayar, la première vague de concurrents sur l’ultime étape de cette TransAfricaine Classic 2008.

Longeant l’océan à marrée haute, au terme de quinze jours d’une course intense, l’émotion était palpable et se mêlait, dans les yeux rougis de chacun à une fierté légitime d’avoir accompli un incroyable exploit :

Celui de rallier Dakar sans encombre le plus souvent à bord de véhicules anciens. Autant dire qu’à l’arrivée, plantée sur les bords du Lac Rose (Lac Retba), les sourires et les larmes étaient autant de récompenses et d’hommages intenses aux organisateurs de cette 3e TransAfricaine Classic, commémorant de la plus belle des manières, le trentième anniversaire de cette course mythique lancée en 1979 par ler regretté Thierry Sabine…

• Transplantation moteur.

Sur la TransAfricaine Classic, les miracles sont permanents. Pour avoir cassé le moteur de sa VW Iltis hier soir en arrivant au bivouac de Lompoul, Patrick Marichal pensait devoir terminer le rallye à la ficelle. C’était sans compter avec la solidarité belge, puisque le team Iltis venu de Flandre, lui offrit leur moteur de rechange. Travaillant d’arrache-pied durant une bonne partie de la nuit, Pascal Patureau et les mécaniciens du Team Rallye-Raid 23, réussirent la ‘transplantation’ parfaite. Chapeau messieurs…

• Salée, la plage, à marrée haute.

Partis de Kayar en fin de matinée, les concurrents ont parcouru la fameuse étape de la plage avec les roues dans l’eau. En effet, la marrée montante obligeait chacun à flirter avec les vagues et l’eau salée afin de conserver de la portance avant de déboucher sur le mythique Lac Rose dont il s’agissait de faire le tour complet.

• Hitchcock roule en Classic !

Sylvain Mautret et Gabriel Roy (Nissan Patrol GR), en tête depuis la première étape, croyaient s’être fait doubler sur le fil, hier à l’arrivée à Lompoul au profit de d’Yvan-Pierre Dard et Christelle Päro (Toyota HDJ 80), déjà vainqueurs l’an dernier dans les mêmes circonstances. C’était pourtant compter sans le scénario ‘hitchcockien’ de cette ultime étape, Passant le podium en larmes, ‘Les Zèbres’ apprenaient que les lauréats de 2008, tournaient, un peu en panique autour du Lac Rose, à la recherche du dernier point de ce rallye. C’est finalement là que tout s’est joué car concédant à leur tour près de 400 points au total de l’étape les lauréats 2008 voyaient cette fois le sacre leur échapper in extremis ! • « Merci de nous avoir porté dans votre cœur ! »

Tout de rose vêtus, aux couleurs de la Toyota n°213 d’Yvan-Pierre Dard et Christelle Paro, une cinquantaine d’enfant de la Fondation FOMECO de Mbourg sont venus acclamer leurs favoris en leur chantant, tous en chœur, une belle chanson avec le refrain suivant : « Merci de nous avoir porté dans vôtre cœur… » De quoi réconforter quelque peu l’équipage qui, ce matin, encore, croyait pouvoir réussir un incroyable doublé sur cette TransAfricaine Classic 2008.

• Mognier-Genovini en Historic.

Ils ont dominé la catégorie des plus anciennes voitures depuis Paris pour la perdre après avoir volé au secours de leurs potes Marseillais (Mitsubishi Pajero n°303). Gérald Mognier et Thierry Genovini ont pourtant remis les bouchées doubles pour remporter haut la main cette TransAfricaine Classic à bord de leur Mercedes-Benz. 

• Recent : suspense jusqu’au bout.

Incroyable mais vrai : les deux Isuzu D-Max de Villechalane-Rogeon et de Coste-Scapaticci  étaient à égalité de points en tête de la catégorie ’Récent’ au départ de cette ultime étape. Finalement : la décision est tombée, sur le dernier point au Lac Rose, attribuant la victoire finale pour 100 points au n°308 de Coste-Scapaticci.

• Camions : les copains d’abord !

L’an dernier déjà, ils nous avaient offert une arrivée au couteau, remplie de suspense. Cette fois, les camions Lerclerc-Mr Bricolage de Laury-Petot-Koukariotis et Seguin-Treboute-Loizance ont remis le couvert. Victime d’un bris de turbo hier avant Lompoul, le n°402 a pu compter sur les copains pour tracter jusqu’au bivouac et réparer avant de reconduire son titre, ici, sur les bords du Lac Rose.

PAROLES DE ‘TRANSAFRICAINS’

Michel Blanc (France – Buggy Ginomoto) :

«Je ne croyais pas arriver au bout de cette aventure. Hier mon embrayage a lâché et j’ai du bricoler astucieusement pour pouvoir repartir. Ce fut long, mais ce fut une aventure incroyable. Il va falloir renforcer quelques points du buggy, mais dans l’ensemble, sa fiabilité a été totale… »

Gérald Mognier (France-Mercedes-Benz) :

« Cela faisait deux ans que nous courions après cette victoire. Cette une belle récompense au bout d’un merveilleux rallye où la catégorie Historic reste le plus incroyable des défis sur un parcours très exigeant… »

Sylvain Mautret (France-Nissan Patrol) :

« Je ne sais plus quoi dire. Durant treize jours de course, nous avons cru que nous allions gagner. Et puis hier, entre les baobabs, nous avons cru avoir tout perdu. Et puis là, après avoir franchi la ligne, tout rebascule à nouveau sur le dernier point. Il faut arrêter de jouer avec nos nerfs ! L’année prochaine nous reviendrons, mais en Historic au volant d’une Citroën CX de la grande époque ! »

Christophe Coste (France- Isuzu D-Max) :

« Une première et… une grande réussite. Thierry et moi nous découvrions la régularité et, surtout une épreuve d’une telle durée. Notre meilleur souvenir sera les paysages, la découverte et la convivialité. »

Philippe Laury (France-Unimog) :

« Quelle fin de course incroyable. Hier tout était foutu. Mais nos potes nous ont sorti du pétrin pour nous permettre d’arriver à nouveau premiers. Ce qui est certain, c’est que nous devrons revenir pour disputer une troisième manche ! »

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply