TransAfricaine : Des baobabs aux dunes géantes…

Vendredi 28 novembre – Etape 14: Richard Toll – Lompoul (284 km)

 

Tracée sur moins de deux cents kilomètres de piste des rives du fleuve Sénégal à la plage de l’Atlantique, cette 14e et avant dernière étape de la TransAfricaine Classic 2008, était aussi l’une des plus délicates à négocier. Un véritable labyrinthe de pistes serpentant entre les baobabs géants, d’un village de cases à l’autre.

Comme ce fut le cas l’an dernier, tout pouvait donc encore basculer quant aux classements des différentes catégories à la veille de l’arrivée au Lac Rose. Avant la sortie de classements officiels, la tension était donc à son comble pour certains leaders, pourtant réconfortés dès leur arrivée par un bivouac cinq étoiles niché au cœur des dunes géantes de Lompoul.

• L’assistance à la ficelle.

Les étapes se suivent et se ressemblent pour Jacky Fossa et Pierre Leguil. En délicatesse avec le joint de culasse, l’équipage de la Mitsubishi Pajero n° 303, était suivi de près par son véhicule d’assistance. Mais c’est bien connu, les cordonniers étant toujours les plus mal chaussés, c’est la voiture d’assistance qui connut de ennuis mécaniques. Résultat des courses : sur la fin de l’étape d’aujourd’hui, c’est Jacky Fossa qui tracta son assistance jusqu’au bivouac…

• ‘Lulu’ retrouve ‘petit Dom’.

C’est un beau roman et c’est toujours la plus belle histoire de la TransAfricaine Classic. L’an dernier, en arrivant à Lompoul, Dominique Elut, l’un des membres de l’organisation et ambulancier au SMUR ‘Alençon dans lOrne, avait aidé une femme en détresse prénatale à accoucher, sous un arbre, au bord de la route. Le nouveau-né fut prénommé Dominique, ‘Lulu’ accepta d’en devenir le parrain et hérita d’un lopin de terre dans la région. Aujourd’hui, après une année d’échanges de courriers,  ‘Lulu’ est donc repassé voir son filleul, aujourd’hui âgé d’un an et pour lequel il a céré une association ‘Petit Dom’. Un grand moment d’émotion…

• La Mehari…jaune.

Parties sur les chapeaux de roues ce matin au départ de Richard Toll, les concurrents de la 2CV-Mehari Cup, s’en sont donnés à cœur joie tout au long de cette avant dernière étape de la TransAfricaine Classic 2008. Emportés par leur euphorie, certains se sont laissés aller à quelques imprudences. C’est ainsi que la Mehari n°615 de Marquez mère et fils est partie en tonneaux sur le premier SR du jour. Jacqueline Marquez, victime d’une fracture à l’avant bras droit a été immédiatement prise en charge par l’hélicoptère médical et transférée à Dakar via Saint –Louis. Quant à son fils Laurent, sorti complètement indemne de l’accident,  il attendait le camion balai pour ramener la Mehari jaune un rien chiffonnée…

 

• SR4 : loupé… presque général.

Nombre de concurrents ont connu de grands moments de solitude sur le SR4 du jour. Parmi eux, les leaders des catégories Classic et Historic attendaient fébrilement la publication des classements officiels pour voir si leur score du jour mettait en péril leurs espoirs de victoire finale.

• Le bonheur est dans la dune.

À leur arrivée au splendide bivouac de Lompoul, les concurrents furent réellement émerveillés. Petites tentes blanches nichées dans les dunes, illuminées de nuit pas des dizaines de lampes à pétrole. L’ambiance de ce dernier bivouac du la TransAfricaine Classic 2008, c’est certain, allait être à la hauteur de toutes les espérances.

• Feu, le leader camion.

Coup de chaud pour le leader de la course camions. L’Unimog n°402 de l’équipage Laury-Petot-Koukariotis, victime d’une rupture de turbo, a malencontreusement et involontairement mis le feu aux herbes hautes qui l’entouraient. Heureusement le départ de feu put être assez vite maîtrisé.

• Richaume paré pour 2009 !

Rapatrié depuis deux jours chez lui, au CHU d’Orléans, Dominique Richaume a tenu à remercier les organisateurs de la TransAfricaine Classic ainsi que toute l’équipe médicale de FIDELIA ASSISTANCE, pour l’attention et le service dont il a bénéficié après son accident. Il a également tenu à faire savoir à Patrick Zaniroli qu’il serait certainement de la partie en 2009…

INTERVIEWS

Sylvain Mautret (France-Nissan Patrol) :

« Je suis vert. Je crois qu’on s’est pris 360 points de pénalité dans le SR4. Tout ce que j’espère c’est que nos plus proches poursuivants auront commis la même erreur, sinon la victoire risque de nous échapper. J’ai tellement rêvé du baobab en or que je serais dépité… »

Gérald Mognier (France-Mercedes-Benz) :

« Nous aussi, on est tombé dans le piège du SR 4. Heureusement, notre avantage est suffisant pour nos permettre encore quelques erreurs d’ici à demain et l’arrivée au Lac Rose. »

Thierry de Lavergne (France-Nissan Hardbody) :

« C’est un réel plaisir de retrouver tous les anciens du Dakar, ici au Sénégal. Pour nous, il s’agit d’une manche nationale des rallyes-sur terre, mais rien ne vaut un tracé dessiné par Patrick Zaniroli et la convivialité des bivouacs d la TransAfricaine Classic. »

Patrick Zaniroli (France-Organisateur) :

 « À la veille de l’arrivée finale au Lac Rose, je tiens à dire à tous les équipages de cette TransAfricaine Classic 2008 que je suis très fier d’eux. Ce fut un rallye exceptionnel, tant sur le plan sportif que humain, nous avons vécu, tous ensemble, une histoire extraordinaire. Les splendeurs du Maroc, la difficulté et la beauté d’une Mauritanie retrouvée et la chaleur du Sénégal :une fois de plus nous avons réussi l’osmose parfaite entre le sport, l’aventure et la convivialité… »

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply