Trophèe Andros : Paul Belmondo « Heureux de retrouver l’Andros »

 

Aprés plusieurs années d’absence, Paul Belmondo va retrouver cet hiver les pistes de glisse du Trophée Andros. Alors qu’il débarquait d’Antigua ou il monte un hôtel, Paul a fait le point sur ce  » come-back  » au sein du Team Skoda ou il fera équipe avec Jean Philippe Dayraut et  Christophe Ferrier, le jeune moniteur de l’Ecole sur glace d’Isola 2000, formé par Arnaud Trévisiol.

Que vous inspire ce retour à la glace, 13 ans après votre dernière expérience ?

– « Je suis très heureux d’avoir pu saisir cette opportunité avec Škoda et l’écurie AS Events de Dany Snobeck. J’espère retrouver la super ambiance, chaleureuse et amicale, qui régnait au début des années 90. »

Vous avez déjà participé trois années de suite au Trophée Andros ?

– Effectivement. Notre meilleur classement a été obtenu en 1995, avec la « Flymo » de l’équipe Jean-Michel Bourrèche. Nous avons terminé 3e de notre catégorie moins de 2 litres, 2 roues directrices.»

– Quel est votre objectif cette saison?

– Essayer de prendre du plaisir et faire de mon mieux. Mais c’est une compétition qui réclame une grande régularité dans les manches qualificatives, et je pense que ce sera le plus difficile pour moi au début. L’important sera de progresser rapidement.»

– Vous n’avez guère couru ces deux dernières saisons ?

– 2007 est l’année de l’arrêt de mon écurie, créée en 1998, et je n’ai participé qu’aux 24 Heures de Spa. En 2008, je n’ai pas couru du tout, en effet.»

– Quels temps forts retenez-vous du Paul Belmondo Racing ?

– Deux. Notre victoire à Homestead (USA) sur Viper, avec Emmanuel Clérico. Nous avons battu les Viper ORECA d’usine, ce que personne n’a jamais réussi à faire, ni avant, ni après. Je citerai aussi Le Mans 2005, lorsque nous avons placé nos deux voitures sur le podium de la catégorie LMP 2, après avoir frôlé la victoire.»

 

– Et quels sont les souvenirs les plus marquants dans votre carrière ?

– La F1, même si mes résultats n’ont pas été à la hauteur de mes espérances. Je ne connais pas d’autre voiture capable de procurer des sensations aussi fortes qu’une F1.»

– Que pensez-vous de la F1 d’aujourd’hui ?

– Très intéressante en termes de pilotes parce qu’il y a un réel renouveau. Je regrette cependant l’époque des petites et moyennes équipes, pour lesquelles on a toujours une affection particulière. Cette année, Toro Rosso a heureusement apporté ce petit plus qui manque parfois à la F1 d’aujourd’hui »

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Bakalian

Trophée Andros

About Author

gilles

Leave a Reply