TransAfricaine : Un magnifique tour de passe-passe

Mercredi 26 novembre – Etape 12: Akjoujt-Idini  (488 km)

 

Comptant parmi les étapes les plus difficiles de cette TransAfricaine Classic 2008, celle reliant Akjoujt à Idini, en plein cœur de la Mauritanie, a tenu toutes ses promesses. Et  » la passe  » de Tizéguine, planté au cœur d’un cordon de dunes et légitimement redoutée par tous, a joué son rôle de juge de paix sur ce rallye.

Sous un soleil retrouvé et dans une chaleur surprenante à cette époque de l’année, les équipages et leurs machines ont souffert tout au long des quelques 400 kilomètres de piste, prévus au menu du jour. Et si, par mesure de prudence, certains avaient choisi de rallier Idini en direct par le goudron, ceux qui ont accompli ce nouveau morceau de bravoure pour atteindre le bivouac planté au beau milieu de dunes ocres, pourront avoir ce soir, le sentiment du devoir bien accompli…

• Sanchez joue au ‘mille bornes’.

Pour rallier Akjoujt, Antoine Sanchez et Philippe Morille ont effectué près de mille kilomètres. Engagés dans l’étape de dune, leur Mercedes Coupé a été victime d’un bris de tirant de pont. Marche arrière toute et retour au bivouac de Bou Lanouar pour refaire le ‘grand tour’ par le goudron. Même pas fatigué, ce matin au départ d’Akjoujt, l’équipage n°100 faisait partie de la poignée de véhicules historiques à s’élancer sur cette 12e étape…

• Une seule Iltis au départ.

À trois jours de l’arrivée au Lac Rose, les ‘historic’ commencent à tirer la langue. Tant au Maroc que depuis l’entrée en Mauritanie, les machines commencent à souffrir. Si bien que dans le clan belge, trois des quatre VW Iltis présentes ont choisi de court-circuiter cette 12e étape pour se rendre à Idini par le goudron. Seuls Patrick Marichal et Pierre Riga, ainsi que le Pinzgauer d’Eric Ouverleaux et Eric Olivier ont relevé le défi de la passe… infranchissable. Bravo !

• Un Land à Nouakchott.

Pour Gauthier van der Straten et Nicolas Vaxelaire (Land-Rover 88), une halte à Nouakchott s’imposait lors de cette 12e étape. Le temps de réparer à nouveau le pont arrière et de repartir pour rejoindre la caravane, en soirée à Idini pour prendre la route du Sénégal.

 

• See you in Rosso.

Stoppés net par une grosse herbe à chameaux entre Bou Lanouar et Akjoujt, Blaise Panzani et Jean Fernandez (2CV n° 609), ont été finalement remis sur le goudron et transportés à Nouakchott où ils cherchent à réparer le châssis de leur ‘deuche’. Avec un peu de chance, ils devraient retrouver la caravane de la TransAfricaine Classic, demain pour le passage du bac à Rosso.

• Tout droit sur piste… invisible.

L’expression date d’il y a trente ans et a été extraite d’un road book de Thierry Sabine : aujourd’hui dans les premières dunes menant à la passe de Tizéguine, les cinq premières voitures ont fait leur trace. Malheureusement pour elles… ce n’était pas la bonne !

• Fumée blanche pour Fossa.

Pour Jacky Fossa et Pierre Leguil (Mitsubishi Pajero), cette 12e étape à tourné au chemin de croix. Un joint de culasse cassé leur a fait consommer quelques hectolitres d’eau pour parvenir à rallier le goudron menant à Nouakchott en compagnie de leur véhicule d’assistance.

• Claude Marreau à la masse. 

Surpris en pleine ‘transfusion’ d’essence avant le SR 2 du jour, Grégory et Claude Marreau, nous ont offert un spectacle étonnant. Tandis que le ‘fiston’ s’occupait de relier avec un tuyau les deux réservoirs du Pajero, papa, s’occupait de relier la pompe à la batterie tout en faisant office de masse.

• Histoire d’eau pour le 104.

En délicatesse avec une surchauffe d’amortissseur sur leur proto Mercedes, Henri Guyonnet et Jean-François Demay ont passé cette 12e étape à partager l’eau avec leur mécanique. Fifty-fifty : 5 litres d’eau pour l’équipage et autant pour refroidir la belle mécanique pour qu’elle tienne le coup jusqu’à Idini.


INTERVIEWS

Pierre Bourdeau (Fra/Toyota HJ61) :

« On a fait les bûcherons aujourd’hui. Mais la grille du radiateur est pleine de feuilles et c’est pour cela qu’on souffle avant le départ du SR2. »

Simon Callier (Fra/Nissan Patrol GR) :

« On s’est tellement régalé dans les dunes aujourd’hui, qu’on a jardiné volontairement pour faire durer le plaisir. C’était vraiment génial ! »

Jean-Philippe Allaire (Fra/Toyota HDJ80) :

 « Quelle étape de rêve ! C’était vraiment super. On s’est régalé. Les paysages étaient d’enfer et, de plus, il faisait beau… »

Patrick Marichal (Bel/VW Iltis) :

« Il s’agissait sans doute de la plus belle étape de cette TransAfricaine 2008. L’Iltis était tout à fait à l’aise dans ces dunes. C’était du sport. On a pelleté mais on est passé partout, même dans l’herbe à chameaux. Les paysages étaient étaient grandioses. La Mauritanie dans toute sa splendeur ! »

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply