Transafricaine Du sable, des larmes et de l’aventure

 

 

Mardi 25 novembre – Etape 11: Bou-Lanouar – Akjoujt  (615 km)

 

Véritable morceau de bravoure au cœur d’une Mauritanie aussi magique au regard qu’elle est redoutable pour les machines et les hommes, cette 11e étape de la TransAfricaine Classic 2008, conduisait les concurrents à Akjoujt à mi-chemin entre Atar et la capitale Nouakchott. Plus de six cents kilomètres de sable et de navigation hors piste dans des décors à couper le souffle. Tandis que la nuit commençait à tomber sur le bivouac de cette deuxième escale mauritanienne, seule une dizaine d’équipages avaient rejoint les dunes d’Akjoujt, ce qui laissait présager une longue soirée d’attente et, pour certains, une courte nuit de repos avant de s’élancer, ce mercredi, sur la piste d’Idini.

• Le ‘bip’ reçu 5 sur 5

En toute fin de deuxième SR, nombre de concurrent croyaient avoir manqué la 5e et dernière arrivée. Si bien que certains, firent demi-tour pour  aller chercher un point qu’ils croyaient manquer, avant de constater, un peu surpris, que leur GPS l’avait d’ores et déjà enregistré, mais sans repère sonore. Mieux vaut, bien sûr deux fois que… pas du tout.

• 22, Revoilà Gabriel !

Particulièrement satisfait de sa performance de navigateur, hier aux côtés de Sylvain Mautret, Gabriel Roy affichait fièrement son score du jour. Un 22 bien tassé qui permet au leader des ‘Zèbres’ d’effacer sa déconvenue de la 9e étape et de conforter son avantage au classement général en catégorie ‘Classic’

• Marreau à la ficelle.

Signalés en panne (problèmes électriques) à 100 kilomètres de l’arrivée, Claude et Grégory Marreau ont fini par rallier le bivouac à la ficelle derrière le Land-Rover d’assistance  de Laurent Laguerre, Julient Laurent et Thierry Combe.

 

• Chacun s’occupe de son bidon.

Vision surréaliste sur cette 11e étape. Au milieu du désert : deux fûts d’essence TOTAL déposés, comme convenu par la filiale mauritanienne du groupe pétrolier français, sur le bord de la piste. L’un à l’attention de l’hélicoptère de la direction de course piloté de main de maître par Franck Arrestier et l’autre destiné au ravitaillement du buggy-quad de Michel Blanc. Tandis que le pilote d’hélicoptère effectuait son ravitaillement, Patrick Zaniroli, lui, jouait les ‘pompistes du désert’ pour le Ginomoto  de Michel Blanc. C’est aussi cela la magie de la TransAfricaine Classic.

• Les filles sauvent la télé.

Pour Florence Dehaine et Eva Jaerling (Land-Rover), l’aventure de cette TransAfricaine Classic 2008 se poursuit tout en sourire. Après avoir déjà donné un coup de main à pas mal de concurrents dans les dunes de Merzouga, nos deux princesses accompagnées de leur chaperon Patrick Juillet, ont volé au secours de la voiture de télé en piste de Patrick Pagand et du cadreur de Motors TV, William Enneau afin de les aider à solutionner leur problème mécanique…

• Africa Run, court pour l’Afrique. 

Tandis que le rallye se poursuit, les déposes humanitaires de la caravane TransAfricaine Amitié Afrique battent leur plein. Aujourd’hui, à Akjoujt, la semi-remorque humanitaire a livré plusieurs centaines de kilos de matériel et de mobilier scolaire à l’attention de l’Association Medrassar de l’Adrar, pris en charge par le maire adjoint d’Atar. Outre cela, à l’initiative d’Africa Run, l’opération mise sur pieds par Jean-Philippe Allaire depuis trois ans et qui, cette année a récolté plus de 2.500 paires de chaussures et des vêtements de sport sur différentes arrivées de marathons et de courses de 20 kilomètres à Paris, comme à Reims. Ici à Akjoujt, tant ‘Les Enfants du Désert’, que les ‘Les Femmes de Chinguetti et l’Association ANAP, bénéficieront des dons de cette merveilleuse opération…

• Tonneaux pour le 244.

Dominique Janneau et Patricia Chevalier, l’équipage du Toyota HDJ 80 n°244 ont effectué des tonneaux sur la piste. Heureusement sans mal pour l’équipage, cet accident a eu des effets moins bénéfiques pour leur voiture qui pas mal endommagée, parvint néanmoins à rallier le bivouac.

• Quand les Gones font la trace…

Pierre Bourdeau et Bruno Domy (Toyota HJ61) ont fait une bonne partie de la trace dans les dunettes parsemées sur le parcours de cette 11e étape. Le seul problème étant qu’ils s’éloignèrent un peu trop du parcours idéal, entraînant dans leur sillage, une grande partie de la caravane sur un tracé nettement plus compliqué que prévu. C’est sans doute pour cela que les ‘Gones du Désert’ étaient prêts à offrir l’apéro à leurs malheureuses victimes du jour.

INTERVIEWS 

Sylvain Mautret  (Fra/Nissan) :

« Comme finalement nous avons bien pris le point 5 du SR2, nous réussissons encore une belle étape. Depuis la journée de repos je me prends de plus en plus à rêver du baobab en or remis au vainqueur. »

Olivier Million (Fra/Range Rover) :

 « On doit avoir une ouverture dans la voiture. Nous mangeons de la poussière à longueur de journée. Parfois, nous n’y voyons vraiment plus grand-chose. À l’arrivée à Dakar, le cockpit de la voiture risque d’être envahi par une dune… Hier nous avions réussi la 3e place à l’étape. Aujourd’hui nous espérions la deuxième, mais Noël, ce n’est qu’une fois par an… »

Sport

About Author

admin

Leave a Reply