Loukoil s’implanterait en Espagne et reprendrait … Repsol !

 

La Caixa, l’une des plus importantes banques Espagnoles, a annoncé qu’elle négociait avec la célèbre compagnie Russe ’’ Loukoïl’’ pour lui céder sa participation  estimée à environ 14 % dans le pétrolier Ibérique Repsol.

Le groupe cherche en effet selon certaines informations qui circulent dans les milieux financiers à devenir le premier actionnaire de la compagnie Espagnole Repsol.

S’il y parvient, il lui faudra débourser au minimum 10 milliards d’euros selon les responsables de Caixa.
 
Faut-il  alors s’attendre à un bouleversement important dans le monde de l’énergie en Espagne ?

La Caixa a précisé  « qu’un accord éventuel était soumis à une décision similaire du premier actionnaire du groupe pétrolier Repsol (avec 20,01 % du capital), le groupe Sacyr, lequel cherche au plus vite à se désendetter d’urgence »

Si les choses se dénouaient, Loukoïl deviendrait alors le tout premier actionnaire de la compagnie pétrolière Repsol, à condition évidemment de débourser les 10 milliards d’euros réclamés par les actionnaires !

Comme on l’imagine, il n’en fallait pas plus pour déclencher une véritable polémique en Espagne, pays particulièrement  »sourcilleux » quand il est question que l’on prenne le contrôle de ses actifs énergétiques, même privés.

L’énergéticien allemand E.ON l’a appris à ses dépens, lui qui, après une bataille financière de plus d’un an et demi, a finalement dû renoncer à acquérir le premier électricien espagnol, Endesa.

Réputation internationale

Si Loukoïl parvenait à ses fins, ce serait une grande première. À l’exception de petites opérations, jamais un énergéticien Russe n’est encore à ce jour parvenu à prendre des positions significatives en Europe de l’Ouest. Ils sont deux aujourd’hui à la manœuvre : outre Loukoïl, le géant gazier Gazprom cherche lui aussi également à se développer dans l’aval et dans la distribution, tout en poursuivant sa politique de contrats d’approvisionnement à long terme. Gazprom a ainsi ciblé plusieurs pays – dont la France – où il désire prendre à terme …10 % du marché ouvert à la concurrence !

« De telles ambitions résultent tout simplement de la libéralisation des marchés » souligne Catherine Locatelli, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des questions pétrolières en Europe de l’Est. Et d’ajouter : « Par ailleurs aussi bien Gazprom que Loukoïl souhaitent devenir des acteurs internationaux à part entière et plus seulement des groupes étiquetés d’abord et avant tout comme Russes. »

Parallèlement, comme pour la plupart des grandes compagnies, Loukoïl est soumis à un problème de renouvellement de ses réserves. « Or, ajoute Catherine Locatelli, il est beaucoup moins risqué de procéder par l’acquisition de nouveaux gisements (Repsol est particulièrement bien implanté en Amérique latine ainsi qu’en Libye) que de chercher à explorer les sous-sols de la Sibérie orientale. Sans compter que la fiscalité Russe est particulièrement contraignante pour ce genre de développement. »

Quant à Gazprom, ses ambitions en Europe sont placées sous le signe d’une politique de sécurisation globale de ses ventes de gaz, en visant une clientèle d’industriels bien plus que de particuliers.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply