Contrefaçon : saisie record Contrefaçons de vêtements

  
 
Dans le cadre de son action de lutte anti-contrefaçon, l’ACO vient de remporter une belle victoire en obtenant la saisie et la destruction de 13 000 produits contrefaisants, d’une valeur totale de 200 000 € !
 
Les marques de l’ACO telles que “LE MANS” ou “24 HEURES” ou “24 HEURES DU MANS” par exemple, sont aujourd’hui des marques reconnues dans le monde entier, liées à un savoir faire, un esprit, une image et une histoire au même titre que les grandes marques de luxe françaises.

A ce titre, elles font, comme ces dernières, régulièrement l’objet de contrefaçons.

Une société reconnue (State of Art), basée aux Pays-Bas, a créé et fabriqué une ligne de vêtements portant plusieurs de ces marques sans avoir obtenu d’accord préalable.
13 000 produits (polos, chemises) d’une valeur commerciale de 200 000 € ont ainsi été fabriqués puis stockés dans l’attente de leur diffusion à travers toute l’Europe.

Fort d’un dispositif de veille efficace, l’ACO a été rapidement informé de cette situation et a fait saisir, par voie d’huissier, la quasi-totalité des produits contrefaisants avant leur exportation. La Cour du district de la Hague (Pays-Bas) a ensuite prononcé la destruction de toutes les contrefaçons qui ont ainsi été brûlées le 16 juillet 2008 aux Pays-Bas.

Cette affaire qui constitue une nouvelle victoire pour l’ACO témoigne, s’il en était encore besoin, du fléau mondial que représente le marché de la contrefaçon.

« Ce fléau nous a contraints à nous structurer afin de parvenir à nous défendre efficacement », explique Fabrice Bourrigaud, directeur commercial de l’ACO. Qui poursuit:

« Nous nous appuyons ainsi notamment sur un cabinet spécialisé qui travaille en relation avec des confrères aux quatre coins de la planète, ce qui nous assure une veille efficace de la marque ainsi qu’une réelle réactivité en fonction des législations en vigueur dans chaque pays». Outre les enjeux économiques très importants liés à ce type de délit, c’est l’image même de l’ACO qui est en jeu à travers les contrefaçons dont le Club est victime. En effet, nous imposons à nos licenciés officiels un cahier des charges très précis à plusieurs niveaux et, notamment, au niveau de la sécurité et de la qualité des produits, autant de préoccupations généralement étrangères aux contrefacteurs. Nous nous devons, de plus, de protéger nos licenciés dont l’implication et l’engagement à représenter nos marques sont très importants ».

Avec cette nouvelle saisie, l’ACO démontre plus que jamais qu’il est prêt à utiliser toutes les voies de droit à sa disposition, et affirme encore un peu plus sa volonté et sa détermination à protéger ses marques, son image, mais aussi et avant tout ses licenciés.

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply