Lewis Hamilton, l’enfant Roi !

 

           World Champion … C H A M P I O N !  Yes

À 23 ans 9 mois et 26 jours, l’ex-kartman est devenu le plus jeune Champion du Monde de F1
 
Il y a onze ans, lors de la remise des prix ‘’Autosport awards’’, un jeune anglais, Lewis Carl Hamilton, vainqueur de la série « Champions of the future », croise Ron Dennis le boss du prestigieux Team McLaren.

Et l’ado lui avoue son rêve : "piloter un jour en F1 pour vous !"

Touché, le boss de l’écurie McLaren lui répond tout de go,

"Si tu gagnes, je t’aiderai à réaliser ton rêve…"

Ron Dennis peut étre fier de son poulain

Lewis devient alors, à 13 ans,’’ l’enfant roi ‘’car le plus jeune pilote sous contrat avec un team de Formule 1. Car l’équipe McLaren a tout réglé, toutes les factures dans toutes les disciplines ou Lewis est passé avant de débarquer en F1.

Depuis, il n’a cessé de briller. Et dans toutes les disciplines ou il est passé avant de débouler en Grand Prix…

En kart bien sûr, du circuit de Rye House où il débuta à 8 ans – l’âge légal des premières courses -, jusqu’au championnat d’Europe, puis en auto : en Formule Renault, en F3, en GP2 et en F1.

Son plus fervent supporter est Nicholas, 16 ans, son demi-frère. Victime d’une paralysie cérébrale qui handicape ses membres inférieurs, Nick adore Lewis. C’est réciproque. Cela se voit dans les paddocks, où Anthony le papa poule veille au grain.

 

           Tour de déccélération: Lewis vient tout juste de réaliser…

Pour Yannick Iglesias, qui a croisé les trajectoires de Lewis, le destin du nouveau Champion du Monde F1 était écrit. Lui même est ex-champion de France de kart, devenu team manager de Kart In Pro Compétition – l’une des plus performantes structures françaises du genre basée à Aubagne -, il entraîne des minots de six ans avant d’en faire des pilotes, et même des champions.

« Les parents sont plus difficiles à gérer que les enfants. À force de voir un Schumi en eux et de projeter leurs désirs sur les gamins, ils les empêchent de prendre du plaisir à piloter et de progresser naturellement, » regrette Iglesias.

Lequel s’empresse d’ajouter :

« Chez les Hamilton, je n’ai jamais ressenti cela. Lorsque Lewis gagnait, son père lui disait bravo mais il ajoutait immédiatement : "ici, tu as fait ceci et là cela, ce n’était pas bien". C’est grâce à ça que le petit s’est forgé un moral de gagneur.
Plus ça va et plus on apprend tôt aux enfants à avoir un comportement de pro, sans perdre de vue qu’ils pratiquent un sport. Et il est devenu exceptionnel de voir un gamin arriver accompagné de son papa mécanicien pour remporter une course. »

C’est à cause de cela que les budgets explosent : de 5 000 €  en Minikart à 200 000 € au niveau européen et mondial pour une saison!

« Au plan régional et national nous parvenons à temporiser, poursuit Yannick  Iglesias. Selon les courses, nous veillons sur 15 à 25 pilotes. Avec les enfants, on fait tout pour que l’apprentissage tactique – entrer en action au bon moment en qualifs, suivre un adversaire, le doubler ou le tasser – devienne un réflexe. En regardant Lewis (Hamilton) courir en kart lorsqu’il était adolescent, tout cela se faisait avec aisance. Il n’y avait jamais de pression inutile. Il avait toujours confiance en lui et possédait une étonnante capacité à répliquer. »

      Une équipe McLaren soudée : Ron – Lewis- Heikki et les boys

Avec Lewis Hamilton, la F1 prend encore un sérieux coup de jeune, cela va-t-il continuer ?

« Sûrement, car le kart, pratiqué de plus en plus tôt, apporte un vrai savoir-faire pour une future pratique du sport auto. La différence, au delà des volumes et du poids, compensés par la puissance, se situe au niveau de la perception du mode de fonctionnement d’une auto. Ce que les pilotes font naturellement. »

François Lyard, motoriste, fondateur de Kart In Pro Compétition, a formé une centaine de pilotes en une décennie.

 "Le kart de compétition, dit-il, à plusieurs avantages, dont celui de former des conducteurs qui auront toujours le bon réflexe sur la route, c’est aussi une école de la vie. Au foot, un minime qui met ses chaussures à l’envers part jouer ainsi… En kart, s’il confond la droite et la gauche c’est l’accident à coup sûr !

D’où le stress.

« Un stress énorme qui contraint les pilotes à l’art de la concentration. Et le jour d’un examen, un pilote maîtrise mieux la situation qu’un autre »

 Voilà comment Hamilton est vraiment devenu Roi !

Par Charles-Bernard Adréani (La Provence)


        Les félicitations de Nicole Scherzinger sa Girl friend ex Pussy Dolls

F1

About Author

gilles

Leave a Reply