F1 : Lewis Hamilton nouveau Champion du Monde

 

Il aura fallu attendre… l’ultime virage du dernier Grand Prix de cette saison 2008 pour enfin connaître l’identité du tout nouveau Champion du Monde de Formule 1 !

En effet, au terme d’un finish haletant, sous la pluie, Lewis Hamilton au volant de sa McLaren s’est défendu comme un forcené dans le dernier secteur pour obtenir in extrémis cette indispensable cinquième place du Grand Prix du Brésil.

Un résultat suffisant pour être couronné Champion du Monde en conservant … un tout p’tit et infime point d’avance sur son adversaire le Brésilien Felipe Massa de Ferrari qui avait pourtant fait, dans l’optique de la conquête du graal, le maximum en remportant comme il devait absolument le faire, la course.

Sa course, « son » Grand Prix devant son public évidemment entièrement acquis à sa cause.

Hélas, on le sait maintenant cela n’a pourtant malheureusement pas suffit !

 

Même si les commentateurs de TF1, aveuglés par leur excitation comme trop souvent qu’ils sont à ne pas suivre toutes les actions, déclaraient lorsque qu’Hamilton  franchissait à son tour la ligne d’arrivée que c’était bel et bien Félipe Massa,  LE Champion…

Les spécialistes dont nous sommes avaient pourtant bien vus eux que dans l’ultime virage, la Toyota de l’Allemand Glock, alors en quatrième position, était au ralenti à l’extérieur lorsque Sébastien Vettel, les BMW et la Mclaren d’Hamilton le doublèrent…

Du coup même si le pilote de la Toro Rosso Sébastien Vettel semblait, en ayant dépassé trois tours plus tôt la Mclaren, comme le soutenaient les hommes de TF1 qui n’avaient curieusement d’yeux que pour lui, l’avoir irrémédiablement condamné, le repoussant ainsi au-delà de l’indispensable cinquième place absolument nécessaire pour remporter le titre mondial, il n’en était rien.

La Toyota au ralenti redonnait in extrémis cette couronne mondiale et ce à quelques centaines de mètres de l’arrivée, au jeune Anglais de Mclaren !!!!

Incroyable dénouement…

Dans les stands des deux équipes pendant ces dix dernières secondes, les visages étaient serrés. Et puis soudain découvrant sur les écrans TV la Toyota au ralenti, les hommes de Mclaren comprirent à leur tour, se levèrent de concert, bras levés en hurlant leurs joies.

L’image suivante, saisissante, montrait un stand Ferrari mi figue-mi raisin et qui, visiblement ne semblait pas avoir encore compris que le titre  pilote était en train de leur échapper. Le temps de…….  et les visages devinrent brusquement graves.

Le rêve était passé et le bonheur qui s’annonçait laissait alors la place  à l’amertume : Félipe, leur pilote ne serait pas le tout nouveau Champion du Monde.

La faute à cette maudite Toyota et à son pilote Timo Glock, superbe quatrième au passage du 71éme et ultime tour, qui avait tenté de rallier l’arrivée sans monter à sept tours du but comme la totalité de ses confrères des gommes prévues pour la pluie qui refaisait comme en début de GP, son apparition.

Et qui subitement, brutalement ralentissait l’allure, laissant ainsi passer ses suivants dont un certain… Lewis Hamilton incroyablement chanceux, à dix secondes de tout perdre…

Et qui très certainement n’en croyait pas ses yeux de découvrir tout à coup là devant le capot de sa Mclaren, le bolide rouge et blanc au ralenti dans le dernier virage qui remonte vers la ligne d’arrivée.

Une fois de plus le destin, ce destin qui guide nos vies s’est rappelé au bon souvenir devant des millions de téléspectateurs probablement médusés d’une telle issue.

En tout cas, ce dix huitième et dernier GP de la saison 2008 aura couronné ensemble les deux meilleurs pilotes du Championnat.

Avec Massa sur la plus haute marche du podium du jour et Hamilton sacré sur l’ensemble des dix-huit épreuves courues cette année.

Le destin a choisi entre les deux ! 

L’inverse n’aurait pas été une injustice…

Gilles Gaignault

F1

About Author

gilles

Leave a Reply