WRC : Loeb vainqueur en Corse file vers son cinquième titre

Leaders depuis la première spéciale du 52e Tour de Corse, treizième manche du Championnat du Monde WRC 2008, le tandem Sébastien Loeb – Daniel Elena et leur Citroën C4 se sont fort logiquement imposés dimanche à Ajaccio.

Sous les yeux de Gilles Michel, Directeur Général de Citroën, l’équipage quadruple Champion du Monde remporte ainsi sa … dixième victoire de la saison et effectue un pas supplémentaire vers une cinquième couronne mondiale consécutive.

IMPERIAL !

Logique en … Corse pour Sébastien l’Alsacien « intouchable et souverain » sur ces routes sinueuses qui lui conviennent chaque année à merveille

 

 

 Un double passage dans ‘Agosta-Pont de Calzola’ (31,81 km) et ‘Pierra Rossa-Verghia’ (26,32 km), deux grandes classiques du Tour de Corse, était au programme des réjouissances de ce dimanche. Ces ultimes 116,26 km, courus cette année en sens inverse, pouvaient cependant encore réserver bien des surprises.

S’élançant avec plus de 50’’ d’avance sur le deuxième, le duo et leur C4, superbe d’efficacité, négociaient d’abord parfaitement l’ES13, sa montée vers le col de Bellevalle, son épingle marquant le début de sa longue descente effrénée vers Pila-Canale. Ensuite, après une courte liaison, ils attaquaient l’ES14.

 Se présentait d’abord à eux la route large et lisse grimpant jusqu’en haut du col de Gradello où aux trois célèbres épingles, succédait la folle pente, étroite, bosselée et rapide vers Coti-Chiavari. Auteur de deux nouveaux meilleurs temps, l’équipage Citroën creusait encore l’écart.

Et ce d’autant plus qu’Hirvonen crevait et concédait du temps, beaucoup de temps et  retombait alors à la … cinquième place, précédé par ses deux équipiers Duval et Latvala et par la Subaru de l’ancien Champion du Mone, le Norvégien Petter Solberg !!!

Dur, dur.

Solberg crevant à son tout, Mikkko regagnait ite une position. Et se profilait alors la seizième et ultime spéciale.

 

Hirvonen a frolé la correctionnelle !

A l’arrivée à Ajaccio, le Français finalement devancait le Finlandais Mikko Hirvonen et sa Ford Focus ! Et le Belge François Duval lui aussi au volant d’une Focus officielle.

Le Finlandais pointait pourtant quatrième avant cette seizième spéciale mais il a généreusement profité des consignes d’équipe après avoir perdu suite à une crevaison 2’34" dans la première spéciale de la journée 

 .

François Duval obéissant a logiquement respecté les consignes. Il était la pour cela au cas ou ! C’est d’ailleurs grâce a Duval qui a volontairement pointé avec deux minutes de retard qu’Hirvonen finit second et aussi grâce à son habituel lieutenant Latvala qui s’est lui aussi effacé !

Au classement général du Championnat du Monde, Loeb compte désormais 14 points d’avance sur Hirvonen  et ce à deux rallyes de la fin. Autant dire que ce cinquième titre auquel il aspire se dessine lentement mais surement…

Malcolm Wilson  » le boss de Ford avec Hirvonen

« Je veux être quatrième. J’espère que nous ne changerons pas le classement, je ne le veux pas. J’ai perdu le championnat sur des crevaisons… une en Allemagne, une en Nouvelle-Zélande et une ici. J’aurais pu éviter celle de ce matin. J’ai vu le trou mais j’ai décidé de passer dessus. Je le mérite. C’est une erreur de ma part. Jari-Matti a fait un beau rallye, j’espère qu’il pourra monter sur le podium.»

 Tels étaient les paroles de Mikko Hirvonen après l’ES 14 dimanche matin, alors qu’il venait de glisser à la quatrième place après la crevaison du Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza). Dans la spéciale précédente, c’est lui qui avait crevé et perdu 2’34", perdant ainsi trois places d’un coup, de la deuxième à la cinquième.

 

François Duval : Le bon élève discipliné…


Mais le pilote finlandais n’a pas été écouté par le patron du Team Ford, l’ancien pilote Malcolm Wilson. Et la logique d’équipe a pris le dessus sur l’honnêteté de Hirvonen. Duval s’est présenté au départ de la dernière spéciale avec deux minutes de retard, écopant ainsi de deux minutes de pénalité, tandis que Latvala a consciemment pointé avec neuf minutes de retard, étant ainsi pénalisé de 90 secondes.

Hirvonen a donc terminé le rallye à une inespérée deuxième place, à tout de même 3’24" de Loeb !

Cependant que le bon élève François Duval recruté signalons-le pour aider le Finlandais prend la troisième place, à 3’31".

Le Français et son copilote Daniel Elena, bien loin de ces consignes, ont eux tranquillement su gérer leur avance construite lors des deux premières journées.

«Même avant les problèmes de Mikko, nous étions en avance. Désormais, François est à plus d’une minute. Je dois seulement éviter les crevaisons » déclarait-t-il ainsi après l’ES 14.

Un écueil dont il a donc su se préserver et avec trois nouveaux temps scratchs dimanche, il a remporté quatorze des seize spéciales du rallye. Une domination de tous les instants, comme le week-end dernier en Catalogne, qui lui offre sa cinquième victoire d’affilée cette saison, la dixième cette année. Et la quarante-sixième de sa brillante carrière…Impressionnant. Respect  » Mister Loeb  »

« C’est de mieux en mieux. Gagner en Corse est toujours un grand moment. Nous étions plus rapides que nos adversaires durant tout le rallye. C’est fabuleux pour moi et pour l’équipe.»

L’Alsacien est donc de mieux en mieux placé pour se succéder à lui-même et décrocher son cinquième titre mondial consécutif.

 Les deux dernières épreuves, au Japon et en Grande-Bretagne, même si elles ne se déroulent pas sur asphalte, ne devraient pas changer la donne.

Car, n’oublions pas que même s’il n’a jamais remporté officiellement le Rallye de Grande Bretagne, il était pourtant sur le point de le gagner il y a trois ans lorsque survint l’accident qui couta la vie au co équipier du lettonien Marko Martin, Michael Park.

La 307 de Markko Märtin était violemment sortie de la route, heurtant un arbre. Son copilote britannique Michael Park était mort sur le coup. Effondré, son équipier Marcus Grönholm s’était alors immédiatement retiré de l’épreuve

Et, dans un geste  » chevaleresque  » ne souhaitant pas devenir ce soir la et dans le chagrin et la tristesse Champion du Monde, Seb avait volontairement pointé en retard pour ne pas être déclaré vainqueur repoussant justement au rallye suivant celui du Japon, son sacre attendu…

C’est la raison pour laquelle, totalisant désormais quatorze points d’avance à deux manches – dont la course anglaise – de la conclusion d’une remarquable saison,on voit mal comment la couronne mondiale pourrait une fois encore lui échapper.

Gilles Gaignault

WRC

About Author

admin

Leave a Reply