L’Africa Race est bien lancée …

 

Depuis l’annonce par Hubert Auriol au début de l’été de sa naissance, l’Africa Race n’a cessé de défrayer la chronique dans le milieu du Rallye Tout Terrain Français et International.

A tel point qu’aujourd’hui, il se dit tout et n’importe quoi.

Voici par conséquent, point par point, où en est précisément l’Africa Race, un peu plus de trois mois avant son départ.

Marseille comme ville de Départ

C’est confirmé, cette première édition de l’Africa Race prendra son départ depuis Marseille. La cité phocéenne accueillera le vendredi 26 et le samedi 27 décembre 2008 les vérifications techniques et administratives de l’Africa Race. Le prologue se déroulera le dimanche 28, suivi de l’embarquement au port de Marseille. Direction Nador au Maroc où les concurrents débarqueront le mardi 30 au matin.

Mauritanie

La Mauritanie, pays traversé par l’Africa Race, a occupé l’actualité. Au mois d’août, le Président élu démocratiquement a été démis de ses fonctions. Hubert Auriol se trouvait alors à Nouakchott et il a d’ailleurs pu relater les événements à divers journaux européens. Un communiqué du Parlement Européen daté du 15 septembre 2008, indique que le dialogue a repris entre l’Union Européenne et la Mauritanie, notamment avec le Premier Ministre en place, dans le but de reprendre au plus vite des échanges commerciaux.

 

 

Un parcours pour les puristes des Rallyes Africains

Après une première session de reconnaissances en Mauritanie au cours de l’été, l’équipe de l’Africa Race va partir à la fin de ce mois pour entériner définitivement la dernière partie du tracé et réaliser la totalité du road book. L’Africa Race sera dans la pure tradition des Rallyes Africains.
Au programme, la palette complète des terrains rencontrés en Afrique, associée aux difficultés qui ont permis d’écrire la légende de la discipline comme le hors piste et les dunes. Le parcours mettra à l’honneur le pilotage et l’endurance, tout en évitant au maximum les portions cassantes qui martyrisent hommes et mécaniques. Une chose est sûre, les concurrents vont être comblés !

 

Des bivouacs traditionnels

Toujours dans le but de donner une dimension humaine à l’événement, tous les bivouacs de l’Africa Race seront installés au cœur de sites sauvages et sublimes, histoire d’offrir aux concurrents un dépaysement total pour que cette première édition reste à jamais gravée dans leur mémoire, comme ce fut le cas pour les pionniers des tous premiers Rallyes Tout Terrain.

Un retour aux sources au niveau sportif

Le but premier de l’Africa Race est un retour aux sources de cette discipline qu’est le Rallye Tout Terrain. Une discipline qui, la technologie aidant, est devenue ces dernières années «  une véritable course à l’armement » et finalement à l’argent. Les notions d’aventure, de solidarité, de débrouillardise ont été sacrifiées sur l’hôtel de la performance pure, ne laissant une place que secondaire à l’exploit humain.
Bien sûr, il n’est pas question de renier tout cela et de revenir trente ans en arrière, mais simplement de permettre à tout concurrent de tirer son épingle du jeu. Pour se faire, le règlement moto mettra les 450 à égalité avec les grosses cylindrées et en auto, des solutions techniques seront adoptées pour niveler l’écart entre les différents véhicules. Idem pour la navigation où le road book sera l’élément majeur, accompagné tout de même par le GPS qui permettra de retrouver la bonne piste en cas d’égarement.

Une sécurité optimale pour les concurrents

En revanche, il n’est pas question de transiger sur les dispositifs de sécurité pour les concurrents. L’Africa Race utilisera donc tous les matériels sécuritaires modernes comme l’Etrack, balise satellite permettant de suivre chaque véhicule en temps réel, et le téléphone satellite, tous deux inclus dans le tarif d’engagement. Les moyens médicaux seront également à la hauteur de l’événement avec une équipe de 22 personnes réparties dans deux hélicoptères, quatre véhicules médicalisés, les CP, le camion balai, sans oublier le PC médical installé sur chaque bivouac.

Un plateau international composé surtout d’amateurs

Côté inscriptions, les estimations annoncées par Hubert AURIOL au moment du lancement de l’Africa Race étaient justes. En effet, de nombreux concurrents en provenance de France, d’Espagne, du Portugal, d’Italie, de Russie, d’Angleterre, de Belgique et de Hollande seront au rendez-vous. En grande majorité des amateurs séduits par le concept du règlement adapté pour équilibrer les chances de chacun, afin que tout le monde puisse vivre, malgré des différences de véhicules et d’expériences, une grande aventure sportive et humaine.

Et de poursuivre sur le sol d’Afrique pour certains tel Jean Louis Schlesser ou de découvrir pour d’autres, les pistes et parcours qui ont fait le succès de ce type de compétitions des décennies durant !

Une médiatisation originale

L’Africa Race disposera de moyens de communication performants. Une liaison Internet par satellite en WIFI sera installée au Média Center et rayonnera sur le bivouac. L’Africa Race disposera de sa propre équipe de production qui répondra aux cahiers des charges des chaînes de TV ou des concurrents avec, grâce à l’utilisation du secteur spatial, les envois quotidiens dans le monde entier de sujets TV prêts à diffuser. Hubert Auriol, homme de terrain et d’expérience maîtrise parfaitement l’aspect médiatique d’une telle aventure.

Quoiqu’il en soit, à l’heure ou le monde vit une crise économique de grande ampleur, il est évident que l’Africa Race saura attirer bon nombre de concurrents, amoureux des grands espaces et de l’Afrique. Et qui affolés par les budgets que nécessitera c’est une évidence l’épreuve Reine qui elle se déroulera au même moment en Amérique du Sud, auront heureusement le choix de ne pas rester cette année à la maison !

Et de plus, toutes les grosses armada «  usine  » s’affrontant sur ces terrains en Argentine et au Chili, les privés, les sans-grades et autres poireaux disposeront d’une épreuve à leur mesure ou il ne sera pas nécessaire de rouler sur un prototype valant une fortune pour se mettre en valeur…

Au fil des années d’ailleurs ces Teams ont complètement dénaturés l’esprit d’aventure condamnant les anonymes à faire de la simple figuration !

La semaine dernière à l’occasion du Rallye du Maroc-AMV Shamrock – que nous avons suivi quotidiennement en effectuant la totalité du parcours dans le Toyota presse d’AMV Assurances- et remarquablement organisé par l’équipe NPO de Stéphane Clair, nous avons pu apprécier la mixité entre les pilotes chevronnés mais privés tels Jean Louis Schlesser et les purs amateurs. Il régnait sur cette nouvelle épreuve née du mariage entre le Maroc de NPO et le Shamrock de Jean Michel Sinet, un esprit de camaraderie, de solidarité, de complicité qui a totalement disparu dans les grandes organisations. Ou seule la notion de compétition  prédomine…

Gilles Gaignault

Rallye-Raid

About Author

admin

Leave a Reply