Weea à Reims : Un agréable week-end champêtre

 

 

Pour sa seconde édition, le WEEA organisé le week-end dernier par Franz Hummell sur le mythique circuit Champenois de Gueux aura connu à nouveau un certain succès populaire.

Pourtant, comme un peu partout aussi bien à Monza pour le GP d’Italie qu’à … Indianapolis pour le GP Moto, la météo un tantinet capricieuse a fait des siennes. Cela n’a nullement empêché le samedi plus de 10000 spectateurs de venir patauger et admirer les bolides d’antan.

Et même si la sortie fut parfois un peu compliqué, les parkings étant inondés… Mais les agriculteurs avisés veillaient bénévolement et avaient sortis leurs tracteurs ! Et, ils étaient plus de 35000  à être venus ou revenus le dimanche. Et cette fois-ci fort heureusement sous un chaud soleil.

Mais comme nous l’avait dit dés le vendredi soir, lors de la grande soirée organisée en l’honneur des participants dans les célèbres caves de la maison Vranken  Pommery,  Peter Cheese un concurrent britannique «  ni Goodwood, ni l’Age d’Or, ni le Mans Classic n’ont connus une énorme réussite à leurs débuts !  »

Certes,  mais aujourd’hui elles sont  devenues des manifestations d’envergure et de prestige mais il a fallu un peu de temps et de patience à leurs promoteurs pour y parvenir…

C’est la raison pour laquelle, nous soutenons Franz Hummell et son équipe composée de passionnés. Avec le temps et le soutien des différentes collectivités locales d’une part et de ses actuels fidèles partenaires, tels la maison de champagne Pommery, d’autre part, il y parviendra et réussira ce pari fou de vraiment relancer le  défunt circuit de Reims-Gueux ! Et comme ce week-end parvenir à le sortir de sa torpeur et de ce long silence….

Sans oublier bien sûr l’équipe des " Amis du circuit de Gueux " et son cher Président Gérard Cuif. Lesquels ont tant fait et bénévolement depuis des années… Merci à eux aussi

 

 

En tout cas, les amoureux des belles bagnoles ont pu en admirer quelques-unes. Et non des moindres !

Ainsi, nous avons aperçu entre autres des Bugatti à la pelle : Type 35B de 1926 – 35a de 1924 – 44 de 1930 – 40 de 1927 – 37a de 1926.

Des Bentley :  Type Speed six de 1929 ou MK de 1949.

Une sublissimme Maserati 250F de 1954.

La 196R de Juan Manuel Fangio. 

Une somptueuse Leon Bollee de 1910. 

Une non moins superbe Delahaye 135 datant elle de 1936.

Une Fiat 508S de 1934. Une Peugeot Darlmat de 1938. Une Alvis Grandsport de 1937. Une Teal de 1926. Une Darmont de 1932.

Et puis la trés trés jolie Amilcar de 1927 coupé Bordino de notre ami Joêl Braud qui revenait sur un circuit aprés …. cinquante ans ! 

Sans oublier la magnifique Jaguar type D de 1958.

Et les deux prestigieuses Ferrari. La GTO de Lord Laidlaw et la 365 GTB Daytona engagée par votre serviteur .

Un vrai régal pour le plaisir des yeux !!!

 

Une belle brochette de passionnés : Jean Claude Arnold – Gilles Gaignault – Jean Pierre  » Pappy  » Jaussaud et Christian Poirot Jr.

 

D’ailleurs, Jean Pierre Ronseaux le tout nouveau maire de Gueux y est véritablement favorable. Pour avoir eu le privilège de le rencontrer lors d’un déjeuner dimanche, nous avons pu échanger nos commentaires.

Avec nous, pour évoquer l’avenir, un autre fan du renouveau de cette épreuve champenoise naissante : l’ami Jean Berchon.

Mon partenaire ce week-end au volant de la superbe Ferrari Daytona 365 GTB de 1970 et issue de la non moins prestigieuse collection du Mas du Clos de notre ami Pierre Bardinon.

A son volant sous la pluie et une piste détrempée le samedi, nous nous sommes régalés. A l’entrée ou la sortie des six chicanes improvisées, ses 350 chevaux malgré ses 1200 kilos nous emportaient dans d’amusantes glissades…

A bord, on se disait que du temps des 12 Heures de Reims, piloter de tels engins cela devait être quelque chose et valoir d’agréables montées d’adrénaline…

Sans compter la nuit ; Laquelle devait être bien angoissante et valoir aux pilotes une très grosse charge émotionnelle sur ce tracé !!!

Bref.

Mais pour en revenir aux paroles sages de monsieur le maire de Gueux, le futur du tracé historique n’est pas remis en cause. Loin de la… Simplement, l’élu souhaite que sa commune y soit entièrement associée :

«  Gueux ne doit pas vivre ou revivre trois jours par an. Je ne désire pas non plus qu’il devienne un circuit permanent. C’est la seule véritable crainte de nos habitants. La très grande majorité des habitants de Gueux est pour la renaissance du circuit. Mon but reste de créer une fondation avec des expositions thématiques temporaires type pub Renault sur les Champs Elysées à Paris. Ce projet plairait bien à la population. De toute façon je suis un homme de dossier et je me dois de monter un projet pour l’avenir du circuit »  

D’ailleurs ce week-end pour cette seconde édition du WEEA  qui a une nouvelle fois fait revivre Gueux, bien des observateurs estimaient qu’il serait intéressant de développer les anciennes installations et d’y créer une sorte de centre de congrès voire un musée des sports mécaniques afin que le site vive 365 jours par an. Des idées et des suggestions qui semblaient bien acceptées et reçues par le maire de Gueux. Qui lui n’en manque pas d’idées…

Quoiqu’il en soit, ce qui est important pour l’avenir c’est que Franz Hummell soit parvenu à réaliser ce défi qui paraissait insensé et irréalisable… N’oublions pas qu’avant lui, plusieurs promoteurs sérieux et expérimentés avec des valises de relations s’y étaient hélas cassé les dents !

C’est la raison pour laquelle, nous lui disons bravo.

Et à l’année prochaine pour la troisième édition du WEEA.

Car il ne se passe rien de «  Géant » à Reims et dans toute la champagne. Aucun événement de renom. Et ce WEEA  peut leur permettre d’avoir à leur tour cette manifestation internationale capable de drainer des dizaines de milliers de visiteurs…

Gilles Gaignault

Historique

About Author

admin

Leave a Reply