F1 : Quel circuit accueillera le Grand Prix de France de Formule 1 ?

Vue aérienne du circuit de Magny Cours

Alors que les rumeurs vont bon train concernant le lieu ou pourrait à l’avenir se tenir le futur Grand Prix de France de Formule 1, outre Magny Cours toujours candidat avec son projet d’extension baptisé Magny Cours 2 et dont le Conseil Général de la Nièvre vient de lancer un appel d’offres auprès des plus gros cabinets d’architectes, au fil des semaines les projets se font jour.

 

Ainsi après Villaroche Réau – Evry et Eurodysney avec le tandem Prost-Lagardère pour piloter l’opération, c’est maintenant au tour du projet du nord de Paris de se dévoiler.

« Pôle de France » s’impose d’ores et déjà comme un véritable projet d’envergure à la hauteur des espérances du Grand Paris.

Les territoires du Nord de Paris, notamment ceux souvent oubliés de l’Est du Val d’Oise, ont des disponibilités foncières importantes. Le Grand Prix de France de Formule 1 est à la recherche d’une implantation parisienne, et il n’existe aucune infrastructure majeure pour la pratique des sports mécaniques autour de la capitale.

C’est à la croisée de ces exigences que se trouvent les fondements du projet initié par l’équipe du « Pôle Val de France » et par le Député du Val d’Oise, François Pupponi.

Le projet proposé, entièrement financé par des investisseurs privés, constitue à l’évidence une opportunité historique de développer un pôle sportif et tertiaire d’envergure internationale. Il se pose en outre comme le seul projet audacieux véritablement apte à proposer des réponses aux différents enjeux de l’aménagement du Grand Paris.

 

Ce projet est situé sur un territoire à fortes potentialités : le nord de la métropole parisienne, innervé par des axes de communication majeurs (A1, Francilienne, lignes TGV, TER et RER), constitue un pôle de développement économique et social en pleine croissance, ancré autour des aéroports de Roissy CDG et du Bourget, du parc des expositions de Villepinte et du Stade de France de St Denis.

Le projet proposé tout autant que le positionnement stratégique du territoire au nord de Sarcelles s’inscrivent dès lors dans la logique de développement de la frange nord parisienne et participeront de fait pleinement à l’attractivité métropolitaine.

Sur des terrains dévalorisés soumis aux contraintes du Plan d’Exposition au Bruit (et donc inconstructibles pour l’habitat), gelés par l’Etat (projet de l’A16), ou encore occupés par une déchetterie, les disponibilités foncières s’avèrent importantes.

 

3 axes concourent à faire de ce projet Pôle de France un projet véritablement ambitieux : 

–          Un projet sportif d’envergure internationale : bien entendu, le circuit accueillera en premier lieu le Grand Prix de France de Formule 1 ; mais trois circuits combinés permettront également l’organisation de nombreux évènements sportifs, culturels et de loisirs.

–          Un projet territorial de développement économique et social : c’est toute la cohésion sociale et l’attractivité économique d’un territoire que ce projet ambitionne. La visibilité de certains évènements internationaux, la constitution d’un pôle tertiaire et logistique, la création de milliers d’emplois directs et induits permettront en effet de rendre le territoire attractif, d’attirer les entreprises et les investissements, d’améliorer les conditions de vie de populations fragiles.

–          Un projet de développement durable : outre un circuit et des installations construits selon les normes HQE et BBC (Bâtiment Basse Consommation) et la reconversion de terrains en friche et pollués, le projet propose un pôle R&D unique à cette échelle sur les nouvelles énergies de la mobilité de demain (bio-carburants, propulsion électrique…) dans les domaines de l’automobile et de l’aéronautique.

 10 ans après le Stade de France et l’avènement d’une métropole sportive de statut international, l’aventure continue…

Gilles Gaignault

          Une image que l’on souhaite revoir encore longtemps. A Magny Cours ou ???

F1

About Author

admin

Leave a Reply