VdeV à l’EuroSpeedway Lausitz : « Week-end exceptionnel »

 

Les concurrents des plateaux endurances  » V de V  »ont découvert un lieu exceptionnel sur le circuit EuroSpeedway du Lausitz situè au centre de l’Allemagne au sud de Dresde.

Les commentaires élogieux ne manquaient pas, tant de la part des pilotes, qui ont dû s’adapter et comprendre un tracé très technique et impressionnant, qu’au niveau des équipes qui ont apprécié un site grandiose et des infrastructures modernes et fonctionnelles.

Ainsi voici les premiers commentaires fort élogieux :

Philippe Haezebrouck (pilote de la Norma M20 F #7) :

«  Le circuit est magnifique et très technique, il va falloir apprendre. Certaines entrées de « S » sont à sacrifier pour accélérer tôt et être bien pour la ligne droite suivante »

– Nigel Greensall (pilote de la Radical SR3 #71) :

« C’est un endroit incroyable, fantastique et la technicité du tracé donne de l’intérêt aux courses. »

– Joël Bozetti (pilote de la Porsche 2,7 l RS #22) :

« Que c’est beau ! »

– Ander Vilariño (pilote de la Norma M20 F #23) :

« J’étais déjà venu sur ce circuit avec les Worlds Series et c’est un grand plaisir que d’y revenir avec la Norma. Je vais pouvoir faire découvrir le tracé à mon père et ma sœur qui courent avec moi ce week-end, il y a du boulot pour faire des bons temps ici. »

– Thierry Perrier (team manager de Perspective Racing et pilote de la Ferrari F430 #1) :

– « Le tracé est très intéressant et le site est grandiose, il faut absolument revenir. Merci à Eric de nous avoir fait découvrir ce circuit. Dommage que tout le monde n’ait pas répondu présent. J’espère qu’Eric nous fera revenir l’année prochaine. »

– Alain Ferté (pilote de la Norma M20 F #55) :

« C’est la deuxième fois que je cours en V de V et sur ce tracé, c’est vraiment exceptionnel. »


– Philippe Burel (pilote de la Porsche 911 2 l. #6) : 

« Ca paraît facile mais c’est très technique, vraiment très intéressant pour le pilotage. »

 – Jean-Luc Le Duigou (team manager de LD Racing) :

«  Quel endroit grandiose, il faut absolument revenir. »

En conclusion, l’EuroSpeedway du Lausitzring a fait l’unanimité auprès des pilotes et de leurs accompagnateurs et l’envie d’y revenir est générale.

Satisfait du week-end,   » THE boss  » Eric Van de Vyver a d’ores et déjà mis en œuvre le projet d’organisation d’une nouvelle épreuve pour 2009 où seront conviés l’ensemble des plateaux endurance et sprint   » V de V  ».


Les « 6 heures EuroSpeedway – Lausitz » VHC et GT-Tourisme

CHALLENGE ENDURANCE VHC et CHALLENGE ENDURANCE GT-TOURISME

« Mélange réussi »

Afin de donner plus de saveur à cette épreuve, la décision avait été prise de mélanger le plateau GT-Tourisme et celui regroupant le VHC dans une même course d’une durée de six heures. Ce panachage allait s’avérer judicieux, le Fair-play des concurrents participait à cette réussite dans une course où seulement trois Safety-Car n’entamaient pas le sport. On crût même un moment qu’une VHC, en l’occurrence l’une des deux Chevron B16 ou l’Elva MK8, allaient se hisser sur la troisième marche du podium.

Challenge Endurance GT /Tourisme
« Kelders et Greisch récoltent »
Challenge Endurance VHC
« Tout est possible ! »

L’appréhension des concurrents du Challenge Endurance VHC de rouler avec les modernes était palpable dès le vendredi matin mais les premières séances d’essais allaient laisser place à des affrontements d’une grande sportivité. L’équilibre était en effet parfait et certains se sont fait un malin plaisir à aller chatouiller leurs descendantes.
Venue du Championnat Tchèque GT, une superbe Pagani Zonda réalisait la pole position aux mains d’Antonin Herbeck, Michael Vorba et Greg Caton, chargé du développement. Ils ne devançaient toutefois que de moins de deux secondes, la Renault Mégane Trophy de Guillaume Rousseau et Christophe Lemée particulièrement rapides sur cette piste que tous découvraient. Malheureusement, les deux voitures finissaient la séance d’essais avec des problèmes moteurs et ne pouvaient hélas se présenter au départ ! Dommage

Souhaitant défendre leur troisième place au Challenge, Rousseau et Lemée obtenaient le feu vert de la direction de course, après l’accord de tous les concurrents, pour prendre le départ en fond de grille sur la BMW Z3 M d’ASP Compétition, disponible pour cette épreuve. Accablés par des soucis de direction assistée, ils ne pouvaient faire mieux que neuvième, en empochant toutefois dix-huit points.

A l’extinction des feux, la bagarre des Porsche s’engageait et le premier virage donnait lieu à un léger cafouillage entre Philippe Nozière et Philippe Baudinière. Les deux Porsche partaient en tête à queue et les autres en profitaient pour s’échapper. La Chevron B16 des seconds du Challenge VHC, Hal Catherwood et Geoff Mc Conville, allait se glisser au milieu du peloton de tête, imitée par celle des frères Scemama et Yann Le Calvez au volant de l’agile Elva MK8 qu’il partageait avec Sylvain Guanzini.

La Porsche 996 RSR de Manuel Ferreira et Ludovic Bour s’installait tout d’abord en tête devant la Porsche 997 Cup S de Philippe Greisch et Christian Kelders avant de connaitre des soucis ne lui offrant que la sixième place sous le damier.

La Chevron anglaise subissait alors une première avarie et devait remplacer à deux reprises sa batterie défaillante alors que celle de l’équipage suisse devait procéder au changement d’une rotule de suspension. Yann Le Calvez lâchait également prise lors de son premier relais lorsque le levier de vitesse de l’Elva cédait, immobilisant la voiture sur le circuit pour un retour à la ficelle et une longue intervention. Les Britanniques Catherwood et Mc Conville en profitaient pour récupérer la première place, suivis par les frères Scemama.

Thierry Perrier, venu prêter main-forte à Jean-Paul Pagny et Pierre Benoist sur la Ferrari F430 Visiom, s’emparait rapidement de la tête de la course jusqu’au ravitaillement pour laisser la place à la Porsche 997 Cup S de First Motorsport. Les Belges profitaient d’une petite sortie de route de Pierre Benoist ayant entrainé une perte de quatre tours pour reprendre la tête et ne plus la quitter jusqu’au damier en décrochant une superbe victoire. Thierry Perrier remontait lors de son dernier relais de deux heures dix et échouait à la deuxième place à un tour des Belges qui prennent la tête du classement provisoire du Challenge.

Leaders provisoire du Challenge VHC, Patrick Biehler et Marc De Siebenthal, faisaient une course discrète, en embuscade pour récupérer une place de choix.

Dans le peloton historique, la Lotus Seven emmenée magistralement par Lionel Deslandes, Pierre Petitgas et Bernard Tironneau, terminait à une superbe sixième place sous le damier juste derrière la Porsche 911 2 litres d’Eric Belooussoff, Alain  Rueda et Benoît Lusseaud. Ces derniers réalisaient la course parfaite avec seulement sept minutes passées au stand durant six heures. Ils récupéraient rapidement la première place de la catégorie GTS11 lorsque l’équipage allemand, jusqu’alors le plus rapide sur la piste avec Achim Peitzmeier au volant, voyait le moteur de la Porsche 911 2 litres de son co-équipier Andreas Kunert, rendre l’âme !!!

Philippe Burel et Patrick Brossard n’en attendaient pas tant, épaulés pour cette course par le débutant Christophe Profit sur la Porsche 911 2 litres de  » V de V Organisation  ». Grâce à leur deuxième place, ils se présenteront en leader de la très relevée catégorie GTS11 à Lédenon.

Derrière le groupe de tête des GT-Tourisme, les explications étaient chaudes entre les différents prétendants au podium et les places s’échangeaient régulièrement. Auteurs d’une course parfaite associés pour cette occasion à Lionel Robert, Rémy Brouard et Philippe Nozière décrochaient finalement la troisième place avec une Porsche 997 Cup théoriquement moins performante que les RSR.

Ce dernier conforte ainsi sa deuxième place du Challenge GT-Tourisme alors que Rémy Brouard se hisse à la sixième.

Eric Vincenot et Jean-Marc Bachelier réussissaient encore « un bon coup » en se classant cinquième juste derrière la Porsche 996 RS de Baudinière, Vicaire et Brigand. Longtemps en bagarre avec la 993 RSR, la Touring Cup d’Eric Van de Vyver et Guillaume Maillard était particulièrement à l’aise sur ce circuit où elle pointait à la cinquième place à l’amorce de la troisième heure, au coude à coude depuis le début de course avec la Chevron B16 de la famille Scemama. Le bris d’une transmission mettait malheureusement un terme à cette belle prestation.

Le paysage du VHC s’éclaircissait avec l’abandon de la Chevron B16 de l’écurie Suisse. Un morceau de tuyau de graissage de culbuteur étant venu bloquer la distribution de ce nouveau moteur, refait depuis Magny-Cours, confirmant la malchance des frères Scemama dans cette saison qui sera certainement à oublier. Une heure plus tard, à deux heures du terme, c’est l’autre Chevron qui montrait des signes de faiblesse avec une pompe à eau défectueuse. La surchauffe moteur allait finalement endommager le joint de culasse. Hal Catherwood et Geoff Mc Conville sauvaient toutefois quelques points en reliant MIRACULEUSEMENT l’arrivée.

Patrick Biehler et Marc De Siebenthal terminaient finalement troisième, confortant ainsi leur avance en tête du Challenge VHC à deux épreuves de la fin de saison. Sylvain Guanzini sauvait in-extremis, pour six secondes, la deuxième marche du podium en passant le damier au démarreur, première enclenchée, après être tombé en panne à trente mètres de la ligne !!!

Longtemps dans le coup en tête de la catégorie GTV4 en Moderne, la Maserati de Didier Van Straaten et Gérard Tremblay était ralentie et abandonnait finalement. Particulièrement en verve ce week-end, Eric Havette accédait à la deuxième place de la catégorie GTV4 sur la Porsche Cayman S de LD Racing qu’il partageait avec son fils Guillaume et Grégory Tougnaud, devant la Renault Clio RS3 de René Vaysse et Pierre Pelosi, ravis d’avoir pu rouler sur ce fantastique tracé, comme l’ensemble des pilotes engagés.

Enfin et surtout, réalisant la course parfaite grâce à une très bonne stratégie, une voiture parfaitement préparée et un équipage homogène, la Porsche 2,7 RS de LD Racing, ne s’arrêtaient qu’un peu plus de sept minutes au stand durant les six heures de course.

Emmenée par Eric Havette, Gilles Fabre et Joël Bozetti, elle remporte une éclatante victoire au scratch en VHC :

« Cette victoire est inespérée », déclarait Eric à l’arrivée, ajoutant

« C’est la magie de l’Endurance, tout peut arriver ! ».

Pour cette première participation aux côtés de Havette et Fabre, Joël Bozetti était ravi d’avoir pu « chasser le chat noir » qui accablait la #22 depuis le début de la saison. L’équipe de Jean-Luc Le Duigou fêtait dignement cette victoire avec l’équipage après un début de saison difficile.

Course :

1. Christian Kelders-Philippe Greisch, Porsche 997 Cup S, 1er GT-Tourisme, en 6h01’02’’116, 2. Jean-Paul Pagny-Pierre Benoist-Thierry Perrier, Ferrari F430, 2e GT-Tourisme, à 1 tour, 3. Rémy Brouard-Philippe Nozière-Lionel Robert, Porsche 997 Cup, 3e GT-Tourisme, à 3 tours, 4. Philippe Baudinière-Joël Vicaire-Emmanuel Brigand, Porsche 996 RS, 4e GT-Tourisme, à 4 tours, 5. Eric Vincenot-Jean-Marc Bachelier, Porsche 993 RSR, 5e GT-Tourisme, à 10 tours, 6. Manuel Ferreira-Ludovic Bour, Porsche 996 RSR, 6e GT-Tourisme, à 14 tours, 7. Eric Havette-Guillaume Havette-Gregory Tougnaud, Porsche Cayman S, 8e GT-Tourisme, à 18 tours, 8. Eric Havette-Gilles Fabre-Joël Bozetti, Porsche 911 2,7 RS, 1er VHC, en 6h02’22’’560, à 22 tours, 9. René Vaysse-Pierre Pelosi, Renault Clio RS3, 8e GT-Tourisme, à 28 tours, 10. Yann Le Calvez-Sylvain Guanzini, Elva MK8, 2e VHC, à 29 tours, 11. Patric Biehler-Marc De Siebenthal, Porsche 911 3,0 RSR, 3e VHC, à 30 tours, 12. Eric Belooussoff-Alain Rueda-Benoît Lusseaud, Porsche 911 2 litres, 4e VHC à 31 tours, 13. Lionel Deslandes-Pierre Petitgas-Bernard Tironneau, Lotus Seven, 5e VHC, à 38 tours, etc…

Meilleur tour GT-Tourisme : Jean-Paul Pagny-Pierre Benoist-Thierry Perrier, Ferrari F430 en 1’49’’881 (148,546 km/h).

Meilleur tour VHC : Catherwood-Mc. Conville, Chevron B16 en 1’57’’028 (139,474 km/h).

Classement Challenge Endurance GT-Tourisme :

1. Kelders-Greisch, 122 pts, 2. Nozière, 115 pts, 3. Pagny-Benoist, 107 pts, 4. Perrier, 103 pts, 5. Rousseau-Lemée, 99 pts, 6. Brouard, 90 pts, 7. Baudinière-Vicaire, 88 pts, 8. Moreau-Langin, 83 pts, 9. Bachelier, 81 pts, 10. Ferreira-Bour, 70 pts, etc…

Classement Challenge Endurance VHC :

1. Biehler-De Siebenthal M., 212 pts, 2. Mc Conville-Catherwood, 188,5 pts, 3. Bozetti, 166,5 pts, 4. Le Calvez-Guanzini, 165,5 pts, 5. Luco-Ancelet, 136 pts, 6. Clairay, 131,5 pts, 7. Petitgas-Tironneau, 122 pts, 8. Burel-Brossard, 107 pts, 9. De Sebienthal O. 104 pts, 10. Kolher-Depagneux 103 pts, etc…

Classement Challenge Compobat :

 1. Eric Van de Vyver, 85 pts, 2. Damien Kolher, 75 pts, 3. Serge Kriknoff, 54,5 pts, 4. Séverine Moreau-Langin, 48 pts, 5. Benoît Lusseaud, 32,5 pts, etc…

Les « 6 heures EuroSpeedway – Lausitz » Proto.
CHALLENGE ENDURANCE PROTO
« Schell et Caussanel enfin »

Les conditions météo estivales du début de week-end laissaient place dimanche matin à un véritable déluge pour le départ de la course. Les pilotes de pointe de chaque équipage se présentaient pour s’élancer dans ces conditions périlleuses pour ne pas risquer un incident dans le premier relais. Les anglais se frottaient les mains et s’imaginaient déjà en haut des classements.

Le départ était parfaitement lancé et aucun incident ne venait perturber un peloton fair-play, pourtant dans l’impossibilité d’avoir une vision claire de la ligne droite dans un brouillard d’eau. Parti de la première ligne, Ander Vilariño se faisait rapidement déborder par le Britannique Ross Kaiser, très à l’aise dans ces conditions et qui venait de se débarrasser d’Alain Ferté, venu faire une « pige » sur la Norma M20 F de Philippe Illiano.

Déchainé sous cette pluie battante et pourtant privé des seconds et troisièmes rapports sur la Radical SR3 d’Alain Giavedoni, le Britannique Nigel Greensall, vainqueur du Challenge en 2005, se lançait dans un véritable numéro d’équilibriste, battant régulièrement le record du tour et améliorant les partiels à chaque passage pour se présenter en tête avant le terme de la première heure.

Les Safety-Car sortaient régulièrement dans ce début de course et les positions s’échangeaient. A la faveur de ceux-ci, les premiers ravitaillements modifiaient les classements et la deuxième Norma de Race Team Solutions, conduite par Nick Padmore et Jean-Lou Rihon se plaçait en tête.

Afin de profiter au maximum des pilotes aguerris sous la pluie, de nombreux équipages allongeaient ce premier relais, qui ne devait toutefois pas dépasser deux heures dix de conduite, comme l’impose le règlement. Plusieurs se faisaient piéger et étaient sanctionnés par un Drive-Through ou, pour les plus gourmands, par une pénalité de temps à l’arrivée. Ainsi, deuxième sous le damier, la Norma M20 F de Lionel Robert et François Desprez, perdait quatre places.

Ils laissaient finalement leur place à l’équipage de pointe de Race Team Solutions. Ian Ford et Ross Kaiser, lancés dans une fantastique remontée au volant de leur Norma M20 F, dépassaient dans le dernier tour la Juno SSE de Richard Bernans et Chris Ward. Ces derniers, auteurs d’une course régulière, s’adjugeaient un podium mérité après un début de saison régulièrement ponctué par des places d’honneur.

Pourtant très bien partie, la famille Vilariño, le père, le fils et pour la première fois, la fille, avouaient des sorties de route trop nombreuses pour pouvoir espérer bien figurer au final. Philippe Vidal, Denis Caillon et Michel Nourry, toujours en embuscade, se glissaient une nouvelle fois dans le haut du classement, à la quatrième place, toutefois déçus de ne pas avoir pu décrocher un nouveau podium comme à Dijon.

L’écurie Pegasus Racing plaçait la Ligier JS49 du Belge Leo Van Sande, exceptionnellement assisté par son compatriote Olivier Muytjens, à une très belle cinquième place. Le bonheur était total avec la victoire de l’équipage de pointe de l’écurie. En effet, le vainqueur 2006 du Challenge Julien Schell, alors sur une Norma M20 F, décrochait sa première victoire cette saison sur la Ligier JS49 Evo, en compagnie de David Caussanel, ancien animateur du plateau des Formule Ford et pilote en devenir.

Ce succès vient couronner un début de saison où les podiums se sont succédés. Elle permet à ce duo de s’envoler au classement provisoire du Challenge, bien aidé par l’abandon prématuré de leurs dauphins, Philippe Haezebrouck et Damien Toulemonde, qui ont vécu un week-end en enfer avec une Norma M20 F régulièrement en panne.

Course :

 1. Julien Schell-David Caussanel, Ligier JS49, 1er CN en 6h00’29’’773, 2. Ian Ford-Ross Kaiser, Norma M20 F à 1 tour, 3. Richard Bernans-Chris Ward, Juno SSE, à 1 tour, 4. Denis Caillon-Philippe Vidal-Michel Nourry, Norma M20 F, 1er Gentlemen drivers à 2 tours, 5. Leo Van Sande-Olivier Muytens, Ligier JS49, à 2 tours,  6. François Desprez-Lionel Robert, Norma M20 F, 2e Gentlemen drivers, à 2 tours, 7. Ander Vilariño-Andres Vilariño-Angela Vilariño, Norma M20 F, à 7 tours 8. Alexis Delb-Gilles Charpentier, Ligier JS49, 3e Gentlemen drivers, à 8 tours, etc…

Meilleur tour : Ian Ford-Ross Kaiser, Norma M20 F en 1’55’’740 (141,026 km/h)

Classement Challenge Endurance Proto :

1. Schell-Caussanel, 155,5 pts, 2. Haezebrouck-Toulemonde, 83 pts, 3. Ibanez-Cavailhes, 70 pts, 4. Bernans, 66 pts, 5. Desprez-Robert, 65 pts, 6. Caillon-Vidal, 55 pts, 7. Ward, 51 pts, 8. Vilariño-Vilariño, 47 pts, 9. Ford-Kaiser, 40,5 pts, 10. Guillet Arnaud-Rosier, 33 pts, etc…

La prochaine épreuve de Lédenon sera déterminante pour la fin de saison à Estoril au mois de novembre

V DE V

About Author

admin

Leave a Reply