F1 : Le mini Grand Prix de Paris de Sébastien Bourdais

 

Quelle belle initiative de la part de la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile) que d’avoir programmé en ce dimanche ensoleillé de fin d’été, cette démonstration d’une Formule 1 tournant dans les plus belles avenues de la capitale Française.

Et quelle réussite !

Pour preuve, les milliers de spectateurs et de fans rassemblés tout au long du parcours pour admirer de prés la monoplace Toro Rosso et son pilote, le jeune manceau Sébastien Bourdais, seul Français à courir en Grand Prix.

Sur le lieu ou était programmé un  » mini paddock  » dans les jardins situés en bas des Champs Elysées, entre le prestigieux Petit Palais et le non moins célèbre restaurant Ledoyen, ils étaient ce dimanche 31 aout, des centaines bien avant l’heure fixée – 11 h50 – à s’être rassemblés derrière les barrières Vauban délimitant … LA zone ou se trouvait cette vraie FI de GP avec… son vrai pilote !!!

Quel succès…

Lorsque Seb et les mécaniciens du Team Toro Rosso mettent en route le moteur Ferrari, nous avons observés certains spectateurs qui fermaient les yeux pour probablement se mettrent à rêver qu’ils assistaient aux tous premiers tours de roue du …premier Grand Prix de Paris !!

 

Et puis la gendarmerie qui encadre l’opération annonçant que « tout le parcours est sécurisé  » la F1 dans un grondement assourdissant s’est enfin, à l’heure prévue, engagée dans le bas de la plus belle Avenue du Monde :

Les célèbres Champs Elysées et en direction de la Place de la Concorde.

De chaque coté sur les trottoirs, la foule est la, compacte, massée, à applaudir. Parvenu sur la Place, Seb tourne immédiatement à droite et se dirige alors vers la voie Georges Pompidou en direction du Trocadéro.

A haute vitesse puisque la route est fermée et libre. Par contre de l’autre côté, les automobilistes roulent bien vers la Concorde et font des appels de phare, probablement pas prévenus et subitement surpris par cette vision  » apocalyptique  » croyant pour certains halluciner….

Vous pensez, un dimanche croiser une F1 à fond la caisse dans les rues de Paris, il y a de quoi rêver et avoir un accident !

Non. Ils ne rêvaient pas et pourtant, ils ont bien du se retourner… et risquer l’accrochage !

En ce 31 aout… Sous le fameux tunnel de l’Alma, fatal à Lady Di, Seb nous avouera, plus tard, s’y être engouffré à 166 km pour être précis…

Passage devant le siège de la FFSA, quai de New York. Arrivés en bas des jardins et fontaines du Trocadéro il y a toujours autant de monde. Le pont qui enjambe la Seine et mène Bourdais vers la Tour Eiffel est lui aussi noir de Monde.

Au milieu des fanatiques prévenus de l’événement, se trouvent des milliers de touristes ahuris, appareils photos en ordre de marche. Et qui mitraillent…

Puis de nouveau les quais rive gauche. Le quai Branly est avalé en moins de deux. Etant juste derrière avec l’escorte policière et les motards de la gendarmerie, nous fonçons avec l’ami Yves Sunhill, à plus de 160…

Mais, ce diable de Bourdais est déja bien loin devant !!!!

Oubliés pourtant les feux rouges et autres lignes blanches !!!  Quel pied … C’est grandiose ! Yes

Nous voici déjà parvenus sur l’Esplanade des Invalides ou le sponsor de Bourdais, la firme de boissons Red Bull a installé son Barnum pour ces invités.

Devant les invités, Seb nous gratifie alors d’un 360° en faisant cirer ses roues arrière dans un magnifique panache de fumée …

La foule toujours aussi dense n’en croit visiblement pas ses yeux tout comme celle rassemblée tout au long de ce périple.

Avant  de revenir vers la Concorde et passer devant les fenêtres de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), la Toro Rosso passera d’abord devant le bâtiment de l’Assemblée Nationale.

Toujours le même engouement, la même ferveur. Il en sera ainsi jusqu’à notre retour vers le point de départ.

Descendu de sa monoplace, Seb venu rejoindre les journalistes et photographes nous a vouera timidement

" Avoir un peu stressé quand même sur un tel itinéraire avec ce bolide gavé de chevaux "

 Nul doute que tous ceux qui ont eux la chance de suivre et d’applaudir Seb Bourdais au volant de sa F1 Toro Rosso dans les rues de Paris ne sont pas près d’oublier cette journée.

Et nous, suiveurs privilégiés nous rêverons encore sûrement longtemps à ce que pourrait être un véritable Grand Prix de Paris

Sublime et magique.

Ah le bruit sur les quais…   INOUBLIABLE !

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Bakalian et Flavien Delaine

F1

About Author

admin

Leave a Reply