IRC : Succès final pour Nicolas Vouilloz à Madère

 

Le Français Nicolas Vouilloz et son copilote Nicolas Klinger ont remporté le ‘’ Rali Vinho Madeira’’, cinquième manche de l’ IRC  – Intercontinental Rally Challenge- au volant de leur Peugeot 207 S2000 équipée de pneumatiques BFGoodrich.

Cette victoire, la première de la saison pour le pilote Peugeot-Benelux, lui permet de prendre seul la tête du Championnat Pilotes.

Double vainqueur de ce rallye, l’Italien Giandomenico Basso (Fiat Abarth) a arraché la deuxième place finale des mains du pilote local Alexandre Camacho (Peugeot) lors de l’ultime spéciale.

Le pneumatique ‘g-Force Profiler A10 ’ (gomme hard) a fait l’unanimité auprès des pilotes  

Après un Rallye d’Ypres et un Rallye de Russie où il n’y eût guère de bagarre pour la victoire tant Freddy Loix (Peugeot) et Juho Hanninen (Peugeot) – absent à Madère pour cause de participation au fameux Rallye de Finlande chez lui la haut en Scandinavie – avaient dominé les débats, l’Intercontinental Rally Challenge a renoué avec ses principes ce weekend sur l’île de Madère où la lutte fut d’une rare intensité entre les meilleurs pilotes de l’IRC, du championnat d’Europe et du championnat régional de Madère.

 

L’écart maximum relevé entre le leader et le deuxième du général fut de 11,1 secondes en fin de première étape ! Le lendemain, les Peugeot de Vouilloz et Camacho furent rarement à plus de 5 secondes l’une de l’autre, et au départ de l’ultime spéciale (21 km), les trois hommes de tête n’étaient séparés que de…. 12,6 secondes !

C’est dire l’intensité de cette épreuve et de la lutte que se sont livrés les meilleurs…

La victoire est finalement revenue à Nicolas Vouilloz, le vice-champion IRC 2007, qui courrait après un premier succès cette saison.

Le Français hérita du commandement en fin de première étape, lorsque le pilote Peugeot-Portugal, Bruno Magalhaes fut victime d’une crevaison et perdit un temps précieux évalué à trois minutes dans l’ES12. Tant d’efforts bêtement  ruinés et vains pour le Portugais qui avait dominé la première partie du rallye.

Seul l’Italien Giandomenico Basso (Fiat-Abarth) et déjà double vainqueur de cette épreuve, était parvenu à suivre son rythme.

Mais le pilote officiel Fiat Abarth-BFGoodrich, dont l’équipier Anton Alén terrassé par un virus fut remplacé au pied levé par Umberto Scandola, choisit des pneus g-Force Profiler à gomme soft pour les quatre spéciales du milieu de journée, quelques gouttes de pluie ayant humidifié les routes sur les hauteurs.

Mais le soleil revint fouetter les flancs des volcans assoupis et Giandomenico Basso bascula au cinquième rang pendant que Vouilloz – Camacho et Renato Travaglia, chaussés eux de pneus g-Force Profiler A10 (gomme hard) s’étaient idéalement placés.

La crevaison de Magalhaes laissa Vouilloz et un surprenant Alexandre Camacho en découdre pour la victoire, et le duel fut particulièrement âpre tout au long de la seconde étape. Avec seulement 5,3 secondes d’écart au départ des 21 derniers kilomètres de course, il ne fallait pas trembler.

Et Nicolas Vouilloz, sans doute plus expérimenté que son rival, n’a pas bafouillé son pilotage pour remporter sa quatrième victoire en IRC, la première de la saison. Alexandre Camacho n’a pu résister à Giandomenico Basso, venu arracher la deuxième place du général dans l’ultime secteur chronométré après avoir remporté sept des huit spéciales de la deuxième étape.

Grâce à trois podiums et une victoire, Nicolas Vouilloz prend  désormais seul la tête du championnat Pilotes devant Rossetti, cinquième ce week-end.

Une excellente opération avant le Barum Rally Zlin dans trois semaines, une épreuve qu’il avait remportée l’an passé. L’équipe Fiat-Abarth enregistre quant à elle son meilleur résultat 2008 avec Giandomenico (2e) et Renato Travaglia (4e) qui inscrit de gros points au Championnat d’Europe.

« On l’a a attendue longtemps cette première victoire de l’année ! » souriait Vouilloz.

 "Tout s’est bien passé pour nous. On a réalisé le premier temps scratch du rallye, on était en tête en fin de première étape après la crevaison de Bruno, mais ça fait partie de la course, et on l’emporte pour une poignée de secondes. Nous avons quand même pris des risques dans la dernière spéciale ! Pas d’erreur dans nos choix de pneumatiques, les gommes BFGoodrich ont bien fonctionné, il fallait faire attention à ne pas trop sous-virer pour épargner les pneus avant."

Décidémment avec Loeb et Vouilloz,  les rallymen Français en ce premier week-end d’aout ont été à la fête

Gilles Gaignault

Rallye IRC

About Author

admin

Leave a Reply